Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka De son émission \" Archives d’Afrique

OBSEQUES DE BIRGUI JULIEN OUEDRAOGO : Adieu l’artiste !

Accueil > Actualités > Nécrologie • • jeudi 17 février 2011 à 00h34min

Les obsèques de Birgui Julien Ouédraogo (BJO), décédé la semaine passée à Paris, se sont déroulées les 10 et 11 février 2011 à Gourcy (province du Zondoma). Chants, danses, poèmes et témoignages ont accompagné l’illustre disparu à sa dernière demeure.

A l’aube de ce dimanche 6 février 2011, l’annonce du décès de BJO à Paris a semé la désolation au sein de la population de Gourcy, sa ville natale. La nouvelle se répand comme une traînée de poudre. Dès lors, tout est mis en branle pour des obsèques à la hauteur de l’illustre disparu. Le jeudi 10 février 2011 dans la soirée, la population fortement mobilisée avec au premier rang les autorités locales a accueilli la dépouille mortelle en provenance de Ouagadougou. C’était à Niessega, localité située à 10 km, à l’entrée sud de Gourcy. Le cortège funèbre s’ébranle en direction du domicile du défunt, sis au secteur 4 de la ville où attendent parents, amis, connaissances et hommes de culture.

A 20 heures commence la veillée de prières avec la chorale Sainte famille de Nazareth de Gourcy. Le lendemain 11 février, lors de la levée du corps, BJO est d’abord élevé à titre posthume au rang de chevalier de l’Ordre national. Puis vint le moment des témoignages et autres allocutions. Le maire de Gourcy, Dominique O. Ouédraogo, remercie "papa Birgui" pour ses multiples actions en faveur de la paix et du développement de sa commune. Il cite en exemples la conception des armoiries de la ville, le financement des études architecturales du Stade omnisport, la réalisation du mausolée de Naaba Yadéga et du musée du même nom. Pour lui, c’est une bibliothèque qui vient de se consumer.

Selon Hassane Sawadogo, arrivé à la tête de la province du Zondoma en décembre 2010, c’est à travers des œuvres originales et des témoignages élogieux qu’il a connu l’homme. Il trouve son parcours professionnel atypique et ses réalisations patriotiques. Les petits-fils, par la voix de Eliette Compaoré, ont dit un grand merci à "papy Birgui" pour tout ce qu’il a fait pour eux. Pour Adama Fofana, ancien ministre, BJO reste un héros qui a su scellé un mariage entre l’art et l’action pour en faire la clé de voûte de son existence. Son départ constitue alors une perte de repère temporel. Le secrétaire général du ministère de la Culture, du tourisme et de la francophonie (MCTF) a, au nom du ministre, rendu un vibrant hommage au "grand artiste Birgui" pour sa contribution au rayonnement international du Burkina Faso à travers les arts plastiques.

Séance tenante, promesse a été faite de finaliser, avec la famille du défunt, le projet de création du musée Naaba Yadéga qui lui tenait à cœur. Après ces instants d’émotion, BJO a été conduit à sa dernière demeure dans la cour dudit musée. Il s’en est allé mais restera parmi les siens à travers ses œuvres. L’homme que la Nation entière pleure aujourd’hui est un fils de Naaba Sigri. Né en 1926 à Gourcy, il était inspecteur des postes et télécommunications à la retraite. Il a eu pour passions, le dessin, la gravure, la peinture et la collection d’objets d’art. Elu conseiller territorial en 1957 puis député en 1970 et 1978, il a occupé plusieurs postes de responsabilité dont celui de directeur du Centre voltaïque des arts. Il a participé à de nombreuses expositions nationales et internationales et obtenu des distinctions, telles la médaille du mérite des arts et des lettres de la République française.

Par P. B. Winninmi ILBOUDO (Collaborateur)

Le Pays

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
In memoria Christian Bourou
Décès de SAWADOGO Larba Louis Gilbert : Remerciements
Décès de Yéri Clémence DIARRA née SIB : Faire part
In memoria KI Jean Baptiste Doulaye Corentin
Décès de BAKYONO Jean Luc : Remerciements et faire part
Décès de NIAMEOGO/TRAORE Marie Claire : Remerciements et faire part
Décès de OUEDRAOGO Léocadie Somwoumyan : Remerciements
Décès de BARA MOHAMED STEPHANE ADOLPHE : Faire part
Décès de Traoré Lamine Laurent : Faire part
Décès de Joachim ZONGO : Faire-part et remerciements
Décès de OUEDRAOGO Somwoumyan Léocadie : Faire part
Décès de Jean Marie COMPAROE : Faire part
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés