Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’autonomie et l’indépendance peuvent se transformer en égoïsme et en licence, l’ambition en cupidité, un désir effréné de réussir à tout prix.» Barack Obama

PRESIDENCE EN EXERCICE DE L’UNION AFRICAINE : Au secours, Obiang Nguema arrive !

Accueil > Actualités > International • • mardi 1er février 2011 à 02h30min

Le 16e sommet de l’Union africaine (UA) a refermé ses portes, hier, au siège de l’organisation à Addis-Abeba, en Ethiopie. La fin de ce sommet marque également celle du mandat du président en exercice de l’organisation continentale, exercé pour une année, par le président malawite, Bingu Wa Mutharika. Désormais, cette charge échoit, pour une année, au chef de l’Etat équato-guinéen, Théodoro Obiang Nguema Mbasogo.

Au nom du principe de rotation de la fonction de président en exercice, Théodoro Obiang Nguema est devenu le président de l’Afrique et, à ce titre, sera amené à parler au nom du continent, à le représenter partout où besoin sera. "N’a-t-on pas trouvé mieux que celui-là ?" C’est la question que ne manqueront pas de se poser spontanément tous ceux qui n’ont pas une bonne image du nouveau président de l’Afrique.

"La loi est dure, mais c’est la loi" et on n’y peut rien au nom du respect du principe de rotation de la présidence en exercice. C’est donc au nom de ce principe que, par exemple, le guide libyen a été président en exercice de l’UA en 2009. A l’époque, bien des gens n’avaient pas manqué d’exprimer leur désapprobation. Et cela à cause du personnage, connu pour ses déclarations fracassantes et son aversion pour la démocratie.

Il en est de même aujourd’hui avec Théodoro Obiang Nguema qui n’a rien d’un démocrate. Il est presqu’un Khadafi bis d’autant qu’il est à la tête d’un Etat pétrolier qu’il dirige d’une main de fer. Comme Khadafi, il est lui aussi à la tête de son pays depuis bien longtemps (32 ans en août prochain). La seule différence avec le guide libyen est que, officiellement, l’Equato-guinéen n’est pas un roi bien que ses agissements ne l’éloignent pas de ce statut, en témoigne le boulevard de la présidence à vie qu’il s’est aménagé.

C’est donc ce chef d’Etat qui est hissé sur le toit politique de l’Afrique au moment où il est plus que jamais question de démocratie, de respect scrupuleux des droits humains dans tous les pays, de bonne gouvernance, d’alternance au pouvoir, etc. Appliquées à la Guinée-équatoriale, toutes ces énumérations sonnent comme des vœux pieux, Nguema n’aimant pas la contradiction. La preuve est qu’il n’y a pas d’opposition digne de ce nom dans son pays. Tous ceux qui se sont engagés dans cette voie sont en exil, notamment en Espagne, l’ancienne puissance colonisatrice.

Outre la démocratie, la bonne gouvernance que le président en exercice de l’UA devrait promouvoir et défendre, il y a la crise ivoirienne sur laquelle il aura son mot à dire d’autant qu’un panel de cinq chefs d’Etat africains a été mis en place à cet effet à l’issue du dernier sommet. Hélas, le nouveau président en exercice présente deux "défauts" majeurs. Le premier est qu’il est vu comme un ami du président ivoirien sortant, Laurent Gbagbo. Si bien qu’on se demande s’il ne ménagera pas son ami. A priori, et au regard donc de cette proximité affective, il ne faudra pas compter sur ce dernier pour défendre l’option de l’intervention militaire au cas où Laurent Gbagbo persisterait à ne pas lâcher prise.

L’arrivée du tout nouveau président en exercice de l’UA pourrait donc être source d’inquiétudes pour le camp Ouattara. Le deuxième grand "défaut" de l’Equato-guinéen est qu’il joue au chat et à la souris avec la démocratie. S’il se dit démocrate, c’est seulement en théorie. La démocratie qu’il professe est juste bonne pour la consommation extérieure, celle des Occidentaux surtout, qui, enivrés par l’odeur du pétrole, ont rangé aux oubliettes leurs discours sur la démocratie, les droits humains, etc. Si fait que l’homme fort de Bata se permet de mâter ses opposants, de bâillonner la presse.

Il n’y a seulement que les organisations de défense des droits de l’Homme qui osent se plaindre de temps à autres de ce qui se passe dans ce pays. S’acheter une respectabilité internationale, Obiang Nguema en a fait son cheval de bataille, en 2010, à l’UNESCO. Il voulait attribuer un prix portant son nom et destiné à récompenser des chercheurs qui se sont illustrés dans leur domaine. Mais au lieu des honneurs, c’est plutôt le déshonneur qu’il a récolté avec la fin de non-recevoir que lui a opposée l’UNESCO et cela, sous l’instigation des défenseurs des droits humains.

Avec la présidence en exercice de l’UA qui lui échoit, Obiang Nguema a, d’une certaine façon, pris sa revanche sur ces Occidentaux trop attachés à la démocratie et aux droits humains au point de décliner son offre. Avec le principe de rotation, un fossoyeur de la démocratie vient de passer président en exercice de l’UA. Cela ne fait pas honneur au continent. Tant et si bien qu’on peut se demander s’il ne faut pas revoir ce principe en édictant des critères d’éligibilité plus rigoureux.

Par exemple, on peut exiger du chef de l’Etat qui prétend à ce poste d’être regardant, dans son pays, sur la démocratie, la bonne gouvernance, les droits humains, etc. Ce doit être un minimum pour que des autocrates ne deviennent pas des représentants du continent, toute chose qui ternit l’image de l’Afrique toute entière.

"Le Pays"

Vos commentaires

  • Le 2 février 2011 à 18:25, par blédja En réponse à : PRESIDENCE EN EXERCICE DE L’UNION AFRICAINE : Au secours, Obiang Nguema arrive !

    c’est dommage que il existe encore en afrique des gens qui font plus confiance aux blancs qu’à leur propre frère chez vous quand quelqu’un ne marche dans votre combine d’installer un mossi à la tête de la cote d’ivoire ,il a droit à tous les défauts sachez une chose ici en cote d’ivoire un musulman peut être un jour président si le peuple ivoirien le vote mais pas un étranger comme alassane dramane ouattara jamais de la vie même s’il tue tous les ivoiriens il ya un seul qui va l’empêcher d’acceder au trône

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés