Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Côte d’Ivoire • • dimanche 5 décembre 2010 à 23h35min

Paul Yao N’Dré

La Côte d’Ivoire n’est plus qu’une République fantoche
présidée par Laurent « j’y suis, j’y reste »,
la marionnette des « mafieux » d’Afrique et d’ailleurs… !

Quando a ditadura è um facto a revoluçào é um dever. C’était, en 1974, au Portugal, un des mots d’ordre qui circulaient à la veille de la « Révolution des oeillets » qui allait mettre par terre le régime de Caetano, héritier de Salazar, puis la junte du général Spinola. « Quand la dictature est un fait, la révolution est un devoir ». L’histoire de la Côte d’Ivoire et l’impéritie de sa classe politique n’incitent pas à penser que le pays soit mûr, cette fois encore, pour assumer son devoir. Dommage.

En ces heures dramatiques, je pense à tous ces jeunes (des Africains, pas seulement des Ivoiriens) qui m’adressent des courriels dans lesquels ils expriment leur désespoir. Un désespoir total ; le modèle comportemental de leurs aînés est la négation de tout ce pour quoi leurs parents se sont, par le passé, mobilisés ; la négation de ce à quoi ils aspirent après des années de sacrifice. Cinquante ans après l’indépendance, l’évolution de la Côte d’Ivoire aujourd’hui illustre la faillite d’un modèle de développement. Plus encore si, jusqu’à présent, les coups de force anti-républicains étaient en Afrique (à quelques exceptions près) le fait de militaires plus souvent analphabètes qu’issus des universités, la clique de putschistes qui entoure Gbagbo ne manque pas de têtes bien pleines à défaut d’être bien faites.

Et c’est là que le bât blesse ; on ne peut pas mettre leur comportement ignominieux sur l’imbécillité des personnes concernées ; leur mode de production politique répond à une préoccupation strictement hégémonique qui ne vise qu’à mettre en coupe réglée l’économie nationale avec la complicité de quelques « mafieux ». La fin justifie les moyens ! Et cette fin est l’enrichissement d’une nomenklatura parasitaire qui a gangrené l’appareil de production et les institutions républicaines et démocratiques. Je doute que les Ivoiriens soient en position de se réconcilier, un jour, avec cette clique politico-mafieuse qui n’a d’autre ambition que de s’en « mettre plein les poches » le plus longtemps possible sans jamais exprimer aucun doute sur sa démarche.

« J’y suis, j’y reste ». Laurent Gbagbo n’a jamais dit autre chose. Et ce discours - plus qu’anti-démocratique : dictatorial - est cautionné par les institutions de la République. Ce qui ne manque pas d’être effarant et effrayant. Dans un mode de production politique d’où tout éthique républicaine est absente, dans un pays où le pouvoir est le fondement de l’avoir, le sens de l’Etat n’a pas de… sens.

Quand, au cours de l’été 2009, Paul Yao N’Dré a prêté serment de président du Conseil constitutionnel, Gbagbo, qui venait de le nommer, pouvait affirmer sans rire : « Je suis heureux naturellement pour Yao Paul N’Dré qui est un ami personnel et que nous appelons « Pablo ». Je le dis parce que beaucoup ne sont pas cultivés, ils ne lisent pas, ils ne s’informent pas. Et ils croient que pour nommer un président du Conseil constitutionnel, il faut aller chercher quelqu’un sur la lune ou sur la planète Mars pour le nommer […] Mais j’ai nommé Yao N’Dré Paul, qui est mon ami et, je le répète pour ceux qui ne le savent pas […] Cher « Pablo », vous êtes président du Conseil constitutionnel, je vous souhaite de faire votre travail normalement. Et celui qui veut contrarier le droit constitutionnel que vous connaissez tant et qui est votre métier et votre raison de vivre, vous le lui expliquez ».

Plus que l’imbécillité, la malhonnêteté intellectuelle est insupportable. Et si la clique de Gbagbo ne manque pas d’imbéciles, elle est aussi championne en cette matière. Gbagbo peut bien présenter Yao N’Dré comme « un agrégé en droit qui est l’un des meilleurs juristes du pays » (agrégé de droit public, ce n’est pas un constitutionnaliste mais un spécialiste des relations internationales), c’est d’abord, hormis être un « ami » de Gbagbo, un « militant actif » du FPI (secrétaire national chargé de la justice et des droits de l’homme), député de Hiré, président du conseil général de Divo, ancien ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, ancien directeur de l’Ecole nationale d’administration. Sa nomination à la présidence du Conseil constitutionnel en 2009 était perçue « comme un manque d’assurance du candidat du FPI dans la dernière ligne droite vers la présidentielle ».

Le Nouveau Réveil, le journal du PDCI de Henri Konan Bédié, écrira : « Yao N’Dré pourra-t-il regarder les Ivoiriens droit dans les yeux et déclarer que Gbagbo a perdu les élections ? Même dans son sommeil le plus profond, sa bouche ne pourra prononcer pareille sentence. Il ne faut pas rêver ». L’AFP, pour qui Yao N’Dré était « la dernière carte de Gbagbo », soulignait que « réputé proche de la première dame Simone Gbagbo, donc de la ligne dure du camp présidentiel, il est perçu par l’opposition comme celui qui ne reculerait devant rien pour faire gagner le leader de son parti ».

L’opposition pensait, en 2009, que la nomination de Yao N’Dré visait à la déclarer inéligible (comme en 2000). Mais Gbagbo avait un autre projet : ne contrôlant pas la Commission électorale indépendante (CEI), il a entrepris de confier la présidence de la Cour constitutionnelle à un homme sans état d’âme, apte à aller à l’encontre de la CEI et d’invalider les résultats de la présidentielle. Le scénario qui vient d’être mis en œuvre avait été écrit de longue date et chacun le savait (Akwaba Saint-Clair, dans je ne sais plus quel journal, écrivait le 11 juillet 2009 : « La CEI peut proclamer un candidat de l’opposition vainqueur, le FPI peut alléguer qu’il y a eu fraude ici ou là pour donner à Yao N’Dré des arguments pour invalider le scrutin. Ce monsieur est une véritable chape de plomb sur le processus électoral »). Bien vu ! Ajoutons que Yao N’Dré est l’époux de la colonelle Hortense Yao N’Dré, directrice générale adjointe des douanes. Ce qui, en Côte d’Ivoire, n’est pas une activité économiquement et politiquement neutre.

Ironie de l’histoire - ou, plutôt, hypocrisie de Yao N’Dré -, le président du Conseil constitutionnel, au lendemain de sa nomination, avait rendu visite à la CEI, pour y proclamer : « Nous sommes convaincus que celui qui aura gagné les élections viendra dire j’ai gagné et que celui qui aura perdu viendra féliciter le vainqueur. C’est la marque de civilité des grandes nations ».

Allons plus loin. A l’occasion des journées de réflexion des jeunes sur le cinquantenaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire (jeudi 22 juillet 2010), Yao N’Dré s’était interrogé : « Après 50 années d’indépendance, quel regard la jeunesse ivoirienne porte sur l’avenir de la Côte d’Ivoire ? ». Il avait invité la jeunesse à rompre avec le réflexe de leurs aînés qui accusent le colonisateur plutôt que de se mettre en cause (c’est pourtant exactement ce que ne cesse de faire Gbagbo) et fustigé le comportement des armées africaines postcoloniales « qui agissent dans une logique déstabilisatrice, tournée contre le peuple, les droits de l’homme et la démocratie ». C’est pourtant des mains d’un général putschiste que le FPI a pris le pouvoir en 2000 ; et ce matin (samedi 4 décembre 2010) les « grands chefs de l’armée régulière se sont mis à disposition » de Gbagbo.

Yao N’Dré peut, tout à la fois, flatter les chefs traditionnels (« Si on ne passe pas vous consulter dans la situation de crise actuelle, le pays n’avancera pas » ; il proposera même que cette consultation soit rémunérée) et dénoncer les comportements tribalistes de ses concurrents politiques (« Il faut que nous ayons recours aux hommes de Dieu pour les désenvoûter. C’est tout ce qu’il nous reste à faire »).

Ah, j’oubliais. En avril 2009, à la suite d’un différend avec le leader du MFA, Innocent Anaky Kobéna (candidat à la présidentielle 2010), avait déclaré : « S’il avait encore de la fierté et de la dignité, il se serait pendu ». Si Yao N’Dré y songe pour lui-même après sa forfaiture d’hier, il y a foule pour lui fournir la corde.

Jean-Pierre BEJOT

Vos commentaires

  • Le 5 décembre 2010 à 14:49, par Tapsoba En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

    Très bonne analyse.Gbagbo n a jamais fait confiance à la CEI.Et depuis le premier tour qui a permis à Ouattara de réaliser des scores staliniens au nord ,Ouest et centre du pays,le centre d intérêt de gbagbo était ces régions .Non pas pour y gagner -car il n y avait plus d illusions à se faire,lui qui n avait pu réunir que des miettes allant de 5 à 7 % dans certains cas-mais de tout faire pour y mettre en cause le scrutin.Pour ce faire ,tous les moyens y ont été mis ,y compris des pièges tendus aux rebelles qui y sont tombés naivement.Voici une déclaration d un d eux à ce propos:Korogho:deuxième tour de la presidentielle :Voici la part de verité des forces nouvelles dans [news.abidjan.net/h/381800.html] ou encore ce communiqué émanant des ex rebelles dans www.secoolio.over-blog.com/article-allegations-de-fraude-dans-la-zone-cno-le-communique-n-2911201-des-forces-nouvelles-61994905.html suite à la sortie du ministre de l intérieur,excusez de peu,3 heures seulement après la ferméture des bureaux de vote pour déjà déplorer l irrégularité du scrutin dans cette zone.Ce sont des preuves que ces manoeuvres dilatoires étaient bel et bien premeditées avant même la tenue du deuxième tour.Le comble de tout cela,son refus de répondre clairement à la question du journaliste lors du debat televisé s il accepterait les résultats de la CEI quelque soit le vainqueur,se bornant à dire,“je suis sûr que je vais gagner,je sais que le premier ministre m appellera dès le lundi 29 nov pour me féliciter” en disait long.

    Répondre à ce message

    • Le 7 décembre 2010 à 12:03 En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

      D’accord pour cette analyse mais qui que ce soit à la tête de la CEI Gbagbo trouvera toujours les arguments pour réfuter les résultats qui ne lui sont pas favorables. C’est lui qui a nommé Bakayoko à la place de Beugré qu’il accusait de tentatives de fraudes. Les élections ont été repoussées 6 fois à cause de lui et il a dû aller aux élections sous la containte.En réalité il savait dès le départ qu’il n’avait aucune chance contre ADO. Donc ce que le Conseil constitutionnel a fait était prémédité depuis longtemps. C’est le plan B mis en place en cas de victoire de ADO.

      Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2010 à 16:55, par Joukov En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

    Que peut faire MBEKI face à Gbagbo ? Rien. N’oubliez pas que GBagbo tient les Sud Africain par la Compagnie de Telephonie Mobile MTN. N’est ce pas d’ailleurs pourquoi l’ambassadeur sud africain etait à l’investiture hier.
    Surtout pour la réunion de la CEDEAO du mardi, il faudrait qu’un message de fermété soit addréssé à LG par rapport aux ouest africains vivants sur son sol. S’ils n’ont pas hesité à s’en prendre aux baoulé et nordistes, ce ne sont pas les ouest africains qui vont échapper si la CEDEAO lui demander de liberer le fauteil.

    Répondre à ce message

    • Le 5 décembre 2010 à 19:28 En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

      Plus qu’ un predisent vote dans des elections calamiteuses, ce ex- president est simplement un calamiteux, poisseux au sens humain du terme. Qui s’ y touche, s’y salit. C’est la vermkine de l’ afrique et je n’ai aucun respect pour ce faux docteur historien. Il compte sur l’ opinion internationale pour appeler ADO a mettre de l’eau dans son vin. Pardon, ADO ne touche pas au vin. C’est toi qui devra debarrasser le plancher. On est fatigue des gbagbreries depuis plus de 30 ans maintenant.

      Répondre à ce message

    • Le 5 décembre 2010 à 23:08, par jc En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

      Comment respecter L’ONU quand elle n’arrive même pas à faire appliquer la résolution 1633 concernant le désarmement immédiat des rebelles ? de simples rebelles. Nous, nous n’avons pas pris les armes. Nos parents ont été tués dans leur sommeil à Bouaké le 19 septembre 2002. Nous ne nous occuperons pas de vos aboiement. Nous attendons une résolution de l’onu sur la côte d’ivoire. Le peuple Ivoirien attend si elle fera 2 poids 2 mesures avant de nous liver pour qu’elle nous tue. Ce n’est pas nouveau, l’armée française et la rebellion l’ont déja fait, il reste les soldats de l’ONU en côte d’ivoire. Jamais 2 sans 3 mais si Jésus est le fils de DIEU, il restera au contrôle et nous protègera. Dieu benisse la côte d’ivoire et vous nos frères africains, que Dieu vous recompense pour nous livrer aux néo-colonisateurs. C’est la traite négrière sous une autre forme. Merci à vous qui ne nous aimez pas. Cela n’arrive pas qu’aux autres

      Répondre à ce message

      • Le 6 décembre 2010 à 04:32, par sauvy En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

        @JC, Si Jésus est le fils de DIEU, Gbagbo sera balayé dans une peu de temps. Sachez que Dieu veut la justice. ëtes vous certain que ce que la CC a fait est juste ? Dans quelle election il n’y a pas de trouble en Afrique, est-une raison de bloquer le travail de le CEI, menacer les membres de mort et après ennuler les votes du Nord, là ou ADO a fait son plein depuis le 1er tour ? S’il vous plait en lisant l’article de Béjot, on voit clairement que Gbagbo a planifié sa chose il y a longtemps, et en suivant les choses (le face à face télévisé) les déclarations de Affi N’Guéssan, la fertmeture des frontières, le rapatriement de la RTI de la CEI, la presence subitement des agens armés non autorisés dans l’enceinte de la CEI, la supression de la presse étrangère... on voit que Gbagbo avait son plan "B" s’il ne gagnait pas les élections. Anyway, je suis aussi croyant et je ne vois pas de justice dans cette décision de la CC si ce n’est la consécration de la partition du pays alors que on attendait une sortie de crise avec cette élection. J’ai une partie de ma famille en RCI, mais si le sacrifice doit passer par la guerre pour que le pays retrouve sa prospérité et sa stabilité d’antant, je suis pour la guerre et que ces violations et dénégation de la souveraineté du peuple prennent fin sous nos tropiques. Grâce à Dieu et par Jésus, Gbagbo sera bouté dehors et si possible se retrouver à la TPI
        Merci

        Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2010 à 18:07, par daniel En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

    Je pense qu’il faut que l’analyse aille au delà des émotions et du cas ivoirien pour poser la problématique de la procédure de nomination dans les Hautes Institutions des Etats en Afrique : Gbagbo n’est pas le premier et ne sera pas le dernier a avoir des institutions taillées sur mesure.

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2010 à 19:34 En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

    Soutien a Jean Pierre Bejot pour ces commentaires pas neutres sur la situation en CI. Quelqu’ un qui se targuerait de l’ argument si leger de neutralite montrerait qu’ il sait se situer a equidistance entre des tueurs, des voleurs,des viopleurs, des menteurs , des anti democrates et d ’ autre part d’ hommes qui aspirent au changement democratique, a la transparence dans la gestion de la chose publique , et a l’ avancee de la democratie. Je m’ aligne derriere Bejot. je ne suis pas neutre. Je ne peux me payer ce luxe. Je suis anti- Gbagbo qui est un pietre politique pour ne pas dire un voyou. Et les Nations Unies sauront etre fermes vis- a vis des nations voyous pour ne pas faire tache d’ huile en Afrique. i on laisse ce dehonte molosse continuer avec sa facheuse facon de s’ asseoir,. plus la peine de parler d’ electiosn en afrique. Ca ne sert a rien.
    Le Bejot Burkinabe

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2010 à 22:30, par l’Haitien En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

    Oui, il fallait s’y attendre. Un tel scenario était prévisible. C’est exactement la marque d’un aventurier arrivé en politique. Un, qui s’est surpis lui même à la tete de l’état ivoirien, puisse que parvenu dans un cafouillage, bien connu des ivoiriens eux même. la cote d’ivoire, dans une impasse, oui je sens le rwanda bis si la communaute internationale de prend pas ces responsablités. oui je suis pour qu’il y ait quelque part dans ce monde des gendarmes qui puisse regler le cas de certains dirigents qui prennent en otage tout un peuple. je suis très inquiet de l’evolution de la situation, mais je suis`aussi très en colère de voir remettre en cause l’évidence, de vouloir s’agripper a un fauteil au grand malheure d’une population qui a souffert pendant 10 ans. je suis cependant etonné de l’analyse de certains dignitaires de la classe intellectuelle ivoirienne. Est ce qu’il s’agit d’analyse faite á l’aveuglette basé sur un regionalisme ou un tribalisme qui constitue et qui a toujours constitué une gangraine rongeant tout un peuple et le conduisant cette fois à l’abattoire ? oui je m’inquiet mais je suis aussi en colere..

    Répondre à ce message

    • Le 5 décembre 2010 à 23:22, par jc En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

      La politique est la saine appréciation des réalités. Tu commences à être intelligent et je vois que c’est bien. Il y’a un age pour être ointelligent sinon après on devient aigri, continu à raisonner et à la fin tu verra la vrai réalité sur la côte d’ivoire et la convoitise de ses richesse par notre colonisateur commun. Bravo

      Répondre à ce message

      • Le 6 décembre 2010 à 05:11, par Osky(Newark) En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

        A vous lire tous je vois que tout un chacun donne des elements a l’interet de son choix. Reconnaissons tout de meme que quand 2 personnes reclamant aime leur pays se retrouve face une siuation pareille chacun d’eux devrais mesurer les consequences que son acte apportera a son peuple : sans pour autant avoir un parti pris dans cette histoire je pense que Mr GBAGBO devrais ceder la place a Mr OUATTARA vu la certification de presque le monde entier, s’il s’obstine dite moi comment il s’en sortirais tout seul avec son peuple sans l’aide des autres pays freres ? Je souhaite de tout coeur que la reunion extraordinaire convoque par l’OUA puissent permettre une resolution a ce probleme. Laurent GBAGBO en sortirais Grandit s’il cedait le fauteuil presidentiel comme ses allies socialiste lui aurais suggere.

        Répondre à ce message

      • Le 6 décembre 2010 à 19:08 En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

        Malheureusement toi tu soufre d’une carence intellectuelle sévère. Espérerons qu’avec le temps tu pourras réduire ce déficit en te cultivant davantage.
        Sans rancune.

        Répondre à ce message

        • Le 6 décembre 2010 à 23:30, par Osky(Newark) En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

          Sans rancune, a ce que je sache personne sur cette terre ne peu se reclamer connaitre tout, alors nous apprenons tous au jour le jour, si mon pointr de vu ne concorde pas avec le sien Mr qui ne se presente pas j’en suis vraiment navre, je t’informe par la meme occasion que pour ma culture je compte sur vous, sur les points de vu, votre connaissance et votre sagesse pour completer ne serai ce que partiellement ce que je pense assimuler presentement.
          Arretons donc de nous attaquer et oeuvrons plutot a partager nos points de vu et connaissance dans les differents forum.

          Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2010 à 09:47 En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

    quelles solution maintenant pour contraindre gbagbo à partir, il faut sans doute un usage de la contrainte sinon le perdant ne va pas accepter partir de son gré,c’est là qu’ on attend ts les etas africains. le facilitateur doit forcer la main de gbagbo, jusqu’ à present il n’ a rien dit,la pression doit venir de lui aussi et surtout de lui.

    Répondre à ce message

    • Le 6 décembre 2010 à 22:47, par MaPatrie En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

      Je suis d’avis avec Daniel qui pose un problème de fond. LG n’est pas le 1er quand bien même c’est très flagrant chez lui. Cette sitaution pose la question fondamentale de la stricte séparation des pouvoirs.
      Le pouvoir Judiciaire devra être indépendant aussi bien de l’Exécutif que du Législatif sans quoi les juges (constitutionnels ou non) seront toujours au service de celui qui nomme. A qq rares exceptions en Afrique (Niger) une Cour Const. a rarement prise une décision à l’encontre du Chef de l’etat.
      Nos Présidents devraient commencer à respecter nos Constitutions, ils respecteront du même coup leurs Peuples et doivent travailler à rendre le pouvoir judiciaire véritablement indépendant (les juges pourront élire leurs pairs à la tête des Institutions judiciaires) :éviter d’être le 1er magistrat, le ler cultivateur, cycliste, footballeur, vol..., non pas ça, ça c’est pas, bref le 1er en tout bien mais cela peut être symbolique mais pas institué.

      Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2010 à 09:55 En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

    quelles solution maintenant pour contraindre gbagbo à partir, il faut sans doute un usage de la contrainte sinon le perdant ne va pas accepter partir de son gré,c’est là qu’ on attend ts les etas africains. le facilitateur doit forcer la main de gbagbo, jusqu’ à present il n’ a rien dit,la pression doit venir de lui aussi et surtout de lui.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2010 à 10:03, par EL KABOR "le conseiller des conseillers" En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

    Ce Paul Yao N’DRE n’est que la vomissure de l’intelligenstia ivoirienne.Quand on regarde autour de Gbagbo on ne voit que des hibous aux regards gluants ,des tortues à double carapaces.Je ne vois qu’une seule issue raser le palais de cocody avec tous ses occupants.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2010 à 10:18, par le voyant En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

    Paul Yao N’Dré tu sens,tu sens,tu sens la pourriture.
    tu viens de remettre en causse des diplômes et montrer à tes enfants, amis que tu n’es pas allé loin à école.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2010 à 17:54 En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

    En tant qu’ africain, je manqque de mots pour qualifier cette atitude de monsieur gbadgo et clan. C’est seulement le jour ou le president du cc a proclamme gbadgo president que je me suis realise qu’il existe dans ce monde des hommes dd’une autre race, des hommes pour qui la dignite n’as pas de sens, des hommes qui sont la honte de la race humaine et de l’afrique en particulier. si le ridicule tuait ! Et que dire une atitude aussi egoiste pour des hommes qui pretendent gerer le destin de leurs semblables ! Je me demande pourquoi dieu laisse t-il de telles vaumissures se moquer de son puissant nom ! Ces gens qui se disent des croyants, mieux encore des chretiens ?
    Et que dire de la communaute internationale ? a quoi sert le droit sans la force ? court-on ainsi le risque de creer un precedent dangereux en Afrique ?
    La situation qui vient de passer en CI merite en effet une reaction prompt et ferme.
    il faut gbagbo et surtout ses partisans naifs, trop fiers d’une CI construite par ceux qu’ils qualifient d’etrangers sache que la CI rayee de la carte du monde n’empechera a l’humanite de continuer sa belle existence.
    Qu’ a defaut d’agir pour que gbagbo accepte sa victoire et cede immediatement ce fautueil qu’il n’as du reste merite, tous les iinvestisseurs et tous les travailleurs en CI quittent ce pays et laissent ces idiots qui travaillent contre leur propre bonheur manger leur cacao et leurs richesses naturelles qu’ils ne sont meme en mesure de transformer.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2010 à 18:01, par Mimi En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

    Resaisissez-vous ? Bagbo est un nationalisme. Ce sont des dirigeants comme Bagbo que nous avons besoin pour faire respecter l’Afrique. Vive Bagbo, vive lumumba, vive sankara, vive Dadis camara.

    Répondre à ce message

    • Le 6 décembre 2010 à 20:07 En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

      vas relire les discours de thomsank et tu comprendras c’est koi aimer son peuple.

      si c’est gbagbo qui est le bon exemple, alors tu n’a encore pas compris qui est ce homme.

      Répondre à ce message

    • Le 6 décembre 2010 à 22:15, par Lao-Tseu En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

      Ce dont j’ai le plus horreur, c’est que quelqu’un ose comparer Gbagbo a Sankara ou Lumumba. Instruisez-vous un peu et cherchez la biographie de sankara et de lumumba afin d’eviter des amalgames obscènes. Juste une petite indication pour vous mettre sur la voie : sankara et lumumba n’ont jamais renié une partie de leur population encore moins legitimé la fracture identitaire de leur peuples. Ah, j’oubliais, comme vous etes des suivistes a la manière des jeunesses hitlériennes qui ressassent a longueur de journee les vomissures ideologiques de vos gourous politiques sans jamais faire preuve d’esprit critique, je suppose que votre cerveau est desormais trop felé ou trop embrumé pour analyser des considerations aussi triviales...

      Bien à vous "mimi"

      Répondre à ce message

    • Le 7 décembre 2010 à 00:42, par l’Haitien En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

      Tu delires......n’ associe pas cette vermine aux celebres personalites qui ont marque notre afrique...

      Répondre à ce message

    • Le 14 décembre 2010 à 22:12, par 1 citoyen béninois En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

      le nationalisme de Gbagbo est le même que celui de Mugabe : il conduit inévitablement au recul économique et à l’isolement, dans un monde où il faut s’ouvrir aux autres pour se développer.
      Sankara lui, avait fait prendre conscience à son peuple et à tout un continent que le développement est possible si on sait se mettre sérieusement au travail dans la paix et l’unité. Il avait vraiment fait bouger les choses en si peu de temps. On ne peut donc pas comparer les deux hommes.
      Sankara est une grande fierté pour toute l’afrique.
      Si Gbagbo ne se ressaisit pas très vite, il sera définitivement une HONTE dans l’histoire du continent.

      Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2010 à 20:58 En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

    Mec, n’essaie même pas de classer des gars comme Bagbo et Dadis dans la même classe que Lumumba, Thomas sankara.
    Tu dois apprendre à lire, je dis bien lire, avant de t’exprimer ainsi.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2010 à 21:54, par la paix En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

    meci bejot je coyais plus à lire ce genre de message message de paix ,message pour ouvrir afin je l’espere les yeux aveuglés de ceux qui aujour’hui surporte un criminel,menteur,voleur gbagbo est ce qu’il ya de plus mauvais,de plus honteux qui puisse arriver aujourd’hui a la cote d’ivoire et la plus moche image donner de l’afrique en particulier en matier de nos gouverneurs assoiffés de pouvoir qui trinquent sur le sang de d’innocents citoyens qui croient à leur discours diboliques
    gbagbo est maudit depuis qu’il a conduit la cote d’ivoire dans le caos,diviser les ivoiriens pour bien voler
    bedié ete peut etre voleur mais lui est digne de respect parce qu’au temp du pdci il y avait pas la guerre la cote d’ivoire n’etait pas diviser
    si certain personne se rappel encore des discour du dictateur gbagbo:il didait que les assaillants etaient entrer jusqu’à abidjan et son armée qui est forte la repousser jusqu’à bouaké come si là bas c’etait pas la cote d’ivoire
    gbagbo est tellement maudit que le diable lui refuse l’entrée de l’enfer

    Répondre à ce message

    • Le 8 décembre 2010 à 15:39, par Jean de Dieu En réponse à : Côte d’Ivoire : Paul Yao N’Dré, la dernière carte de Laurent Gbagbo

      merci pour ton message.Quand quelqu’un est assoiffé du pouvoir, que veux-tu qu’il en fasse ? Ce dictateur et ses entourages n’ont aucune leçon à nous faire.Qu’ils fassent un recours sur un article 64 qui dit s’il y a fraude lors d’une élection tout le scrutin est annulé et on programme une autre date n’espa.Donc Paul Yao N’Dré est très nul d’esprit, c’est lui qui est aujourd’hui à la base de tout ce qui se passe en CI .Il est manipulé par le gouvernement en place.Cette fois si ,ils n’ont gagné,ils partiront tous honteux.Attendez voir la suite.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Côte d’Ivoire : « J’ai décidé de sacrifier mon poste pour la paix » dit Guillaume Soro, démissionnaire de la présidence de l’Assemblée nationale
Côte d’Ivoire : Thierry Tanoh, le joker sans frontières… politiques de la présidentielle ivoirienne
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié met fin à son union avec le parti au pouvoir
Côte d’ivoire : Des tirs entendus dans l’enceinte de la 3e région militaire de Bouaké
“Agitations” en Côte d’Ivoire : Guillaume Soro appelle à la repentance
Pourquoi et comment Guillaume K SORO peut-il devenir Président de la République sans les armes ?
La liste des membres du nouveau gouvernement ivoirien
Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan désigné vice-président de la République
Amadou Gon Coulibaly nommé nouveau Premier ministre en Côte d’Ivoire
Côte d’Ivoire-Burkina : « Les relations sont excellentes », selon Alpha BARRY
Quand Guillaume Soro parle pour l’Histoire à Cyril Bensimon
Affrontements intercommunautaires de Bouna : La version des faits et l’analyse de WANEP Côte d’Ivoire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés