Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne vous laissez pas éteindre, vous ne savez pas pour qui vous êtes lumière. »  Igor Markvitch

Présidentielle burkinabè : que fera la Fedap/BC maintenant ?

Accueil > Actualités > Politique • • vendredi 6 août 2010 à 00h08min

La Fédération associative pour la paix et le progrès avec Blaise Compaoré (Fedap/BC) devra se trouver d’autres motifs pour mobiliser ses militants. Son argumentaire qui consiste à plaider pour la prise en compte de « l’acte de naissance » comme principal document électoral a été battu en brèche par le Premier ministre et le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

Malgré le « poids stratégique » de la Fedap/BC, ces deux personnalités n’ont pas voulu emboucher la trompette, ô combien séduisante de renoncer à la carte nationale d’identité burkinabè au profit d’une pièce qui jetterait, incontestablement, du discrédit sur l’élection présidentielle. Sans ambages, Tertius Zongo et Moussa Michel Tapsoba n’ont pas cédé à la proposition insistante de Gaston Soubeiga et ses camarades. L’un et l’autre ne sont donc pas favorables à « l’acte de naissance ».

Visiblement surpris par la campagne de la Fedap/BC, le président de la Ceni est même allé plus loin. « (…) Depuis Janvier 2010, le Code électoral a été relu et nous avons bâti notre travail sur cela si bien qu’il n’est pas possible aujourd’hui d’improviser et de changer les pièces qu’il faut utiliser pour le scrutin. Si une telle décision était prise, cela voudrait dire que tout le travail que nous avons abattu est à jeter et qu’il faudrait repartir à zéro », avait-il martelé dans une interview publiée mardi dernier par notre confrère « Le Pays ».

Le moins que l’on puisse dire c’est que la possibilité d’admettre encore l’acte de naissance comme document électoral est aussi saugrenu qu’anachronique. Mais on ne sait jamais. La balle est désormais dans le camp des députés qui devront probablement se prononcer sur cette éventualité à la rentrée parlementaire de septembre prochain. Que va faire la Fedap/BC maintenant ? Les prochains jours, qui coïncident avec la désignation officielle de Blaise Compaoré comme candidat du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), parti au pouvoir, nous le diront.

Bark Biiga

Fasozine

Vos commentaires

  • Le 6 août 2010 à 08:23, par TRAORE En réponse à : Présidentielle burkinabè : que fera la Fedap/BC maintenant ?

    A quoi sert un article pareil ? Ecrire juste pour ecrire ? Tout le monde a entendu les deux hommes se prononcer clairement sur ces documents. La presse en a parle largement. Fallait-il revenir la-dessus sans element nouveau ? La repetition est mere de la pedagogie, mais la on apprend rien de toute facon. Etait-ce juste pour dire que vous etes dans l’expectative ? Le journaliste est l’historien du present. Y a t-il si peu d’actualite que vous en soyez fige a attendre la suite d’une seule "actualite" ? Si c’est le cas, changez de boulot. S’improviser journaliste pour produire des articles insipides de quelques lignes devrait faire reflechir.

    Répondre à ce message

  • Le 6 août 2010 à 22:19, par Malick En réponse à : Présidentielle burkinabè : que fera la Fedap/BC maintenant ?

    C’est évident, l’auteur de cet article a une dent contre la FEDAP-BC. Alors il sursaute sans se donner la peine de camoufler un instant. je croyais les journalistes plutôt "au milieu".

    Ceci dit, je crois qu’il faut n’avoir aucune connaisance du jeu politique au Faso pour croire que cette histoire d’acte de naissance est juste une trouvaille de la seule FEDAP-BC.
    1. L’enjeux de cette élection sera le taux de participation. Blaise va gagner mais avec combien de votants ?
    2. Il y a des guerre de clans au sein du pouvoir et certains n’hésite pas à croire que les curiosité dans la distribution des CNIB sont plutot un..sabotage ! Il y a des commissariat où les agents ne se fatiguent pas à fouiller dans la pile de cartes pour trouver les éventuelle propriétaires ;
    3. De tout le temps, les burkinabè se procure les documents d’identité pour d’abord résoudre leur propres problèmes : aller en côte d’ivoire, s’inscrire à une opération de lotissement, etc.
    Autrement dis, le problème est que peu de gens se "fatigeuront" à se faire établir une CNIb pour élire un homme qui n’a que faire de leur problème.

    Comment les faire participer au vote ? Autant on aurait pu s’attendre à une proposition plus en phase avec les exigences de transparence ; autant la réaction de Moussa Michel Tapasoba nous renvoie à 1991 : même s’il n’y a que très peu d’électeurs, le vote est valable. Légalement oui, mais que fait-on de la nécessité d’avoir des institutions légales et légitimes ? Parce que dans l’absolu, même s’il n’y avait que Blaise et sa famille pour aller voter, le scrutin est valide. Est-ce celà qu’on recherche ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 août 2010 à 20:42 En réponse à : Présidentielle burkinabè : que fera la Fedap/BC maintenant ?

    LE JOURNALISTE A FAIT SON TRAVAIL COMME IL SE DOIT. MOI J’AI ETE INFORME PAR SON ARTICLE ; LAISSER LES JOURNALISTES FAIRE LEUR TRAVAIL ; ET PUIS LA LOI C’EST LA LOI ; MEME SI AVEC LES NOUVELLE CIB ON A MOINS D’ELECTEURS CE N’EST PAS GRAVE ; LA FEDAP/BC EST UN MOUVEMENT DE TROP. LAISSER LE PRESIDENT BLAISE COMPAORE FAIRE SON TRAVAIL ; IL EST PRESIDENT DE TOUT LE PAYS ; CONTRIBUEZ AU DEVELOPPEMENT DU PAYS SANS FAIRE REFERENCE AU PRESIDENT ET TOUT LE MONDE CONNAITRA VOTRE VALEUR ;

    Répondre à ce message

  • Le 8 août 2010 à 22:03, par mytibketa En réponse à : Présidentielle burkinabè : que fera la Fedap/BC maintenant ?

    nous voilà au seuil d’une gueguerre entre la FEDAP/BC et le CDP.De toute façon c’est leur problème. Les préoccupations des burkinabe ce n’est pas les elections à venir mais tous ces maux qui retardent notre developpement. J’ ai cité la corruption, les détournements et qui sont favorisés par le favoritisme et le clientelisme. Nous ne le disons avec raison parceque lorsqu’on examine le budget de l’état , ce que l’on qualifie de gap n’est rien d’autre qu’un déficit du budget et les ressources ne couvrent pas le niveau des dépenses prévus. Ce qui manque vient sous forme de dons ce qui veut dire de l’argent donné pour acheter nos consciences et notre silence face à certains évênements pour permettre aux donneurs de faire de nous ceux qu’ils veulent. Et l’exemple de Kadafi en est l’illustration ;il ya les prêts remboursés avec pompeusement des différés de 10 ou 20 ANS et lorsqu’on met ces différés bout à bout on a un service de la dette qui commence à être lourd pour un pays dont les ressources sont connus sinon détournés par certains favorisés : or, coton pour ne citer que celà.Mais ce qui es dramatique c’est que ce pourquoi ces prêts sont demandés connaissent une réalisation approximative, car 10% par ci 15% par là et l’entrepreneur qui veut prendre une femme à la hauteur de son chiffre d’affaire porte la marge qui est de 20 à 30% et il a raison pourquoi les autres et pas lui. Ecoles inachevés, retenues d’eau dont le dimensionnement est revu à la baisse, etc j’oublie les R+2 voire3 ou 4 et le gap est totalement engloutie. Tenant compte de ce qui est dit plus haut , nous payons dès maintenant ces prêts. Si la FEDAP/BC parlaient de ces problèmes ,elle aurait eu échos. Mais voter avec les actes de naissance voici son cheval de bataille. Et de me poser la question, comment peut on être FEDAP/BC si c’est pour perpetuer la mal gouvernance économique technique et social.Je ne suis pas certains que cette association regroupe des patriotes soucieux du devenir de ce pays.Je me rappelle maintenant elle soutient une personne. Aussi une proposition concrète ; que l’on mette des urnes dans les rues de chaque ville et village avec un seul lot de bulletins et que chaque passant prenne ce bulletin et le mette dans l’urne qu’il rencontrera. on aura 101% de ce qui est attendu et comme dit la chanson " tout le monde sera sauvé".

    Répondre à ce message

  • Le 11 août 2010 à 14:03, par junior79 En réponse à : Présidentielle burkinabè : que fera la Fedap/BC maintenant ?

    allez y ! Blaise n’a qu’a être président comme vous le souhaité , mais tôt ou tard il va mourir, les membres de cette fédération se croient tout permis ! voila un qui se dit Président des jeunes de Blaise Compaoré, sans profession qui roule dans une golfe sans permis de conduire et qui n’est pas inquiété, aucun policier ni Gendarme ne peut m’interpélé

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gestion du COVID-19 : L’opposition soupçonne de l’affairisme du pouvoir autour de la pandémie
Suspension des salaires d’agents de la fonction publique : L’UPC dénonce une démoralisation des agents
Lutte contre le COVID-19 : L’Union pour la République (UPR) exhorte les populations à la discipline
Mesures du président du Faso : Le Parti socialiste du Burkina invite Roch Kaboré à tourner aussi un regard vers le secteur public
Mesures du président du Faso : La Marche pour la Patrie (LMP) regrette qu’elles n’aient pas pris en compte la suppression de l’IUTS
Mesures d’accompagnement : Et le secteur primaire ?
Covid-19 : Le CDP propose des mesures sociales pour aider les populations
Lutte contre le COVID-19 : Le soutien de l’Alternative patriotique panafricaine/Burkindi (APP/ Burkindi) à l’ensemble des Forces-vives de la nation burkinabè
Gouvernance en Afrique : Quand les forces « invisibles » dictent leur Loi !
Politique : L’UPC en deuil
Coronavirus : PDIS-LAAFIA transforme ses activités politiques en campagne de sensibilisation et de distribution de kits de protection
Pandémie de coronavirus : Des partis politiques confinés au télétravail et à l’adaptation !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés