LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

BURKINA : Le coton bt à grande échelle en 2010

Publié le jeudi 18 mars 2010 à 04h37min

PARTAGER :                          

La culture du coton bt se généralisera en 2010 au Burkina. Plus de 400 000 ha sont prévus pour être emblavés. Notre pays entrera à la fin de la campagne 2010-2011 dans le club des pays producteurs de coton bt, après plusieurs années d’expérimentation. C’est ce qui ressort de la présentation du rapport mondial sur les cultures des plantes OGM, le 13 mars dernier dans la salle de conférences de l’INERA.

Le Burkina se classe en 11e position dans le rapport mondial 2009 sur les cultures OGM (Organismes génétiquement modifiés) loin derrière, les Etats-Unis, le Brésil, l’Inde, le Canada ou la Chine. Avec 115 000 hectares emblavés en 2009, soit un quart des superficies consacrées au coton, le Burkina fera en 2010 son entrée probable dans le top 10 des pays producteurs de cultures OGM avec le coton bt. 2010 verra effectivement la culture à grande échelle du coton génétiquement modifié sur environ 475 000 ha. Le gain attendu est de 100 millions de dollars. Les perpectives donnent un rendement de plus de 30% de la production associée à la réduction de 50% des traitements en insecticide.

8 500 tonnes de coton bt ont été commercialisées en 2009. Les producteurs selon BBA (Burkina Biotech Association) sont partants pour l’opération au vu des gains attendus. Burkina Biotech Association a convié les transformateurs de graines de coton à la présentation du rapport. Il s’agit de la SN-CITEC et du Groupement de transformateurs de produits oléagineux. Le représentant de la SN-CITEC et celui de Mosanto Afrique, la firme qui partage le brevet du coton bt burkinabè, ont rassuré les uns et les autres que la graine bt et la conventionnelle avaient les mêmes qualités d’huile et qu’elles ne présentaient pas de risque à la consommation. Interrogé sur les risques de la généralisation de la culture du coton bt, le professeur Séré, président de BBA, a déclaré qu’en principe, des écarts entre les spéculations sont prévus et que le pollen du coton du fait qu’il est lourd n’est pas transportable au-delà des zones de sauvegarde.

Le docteur Robert Zangré a, quant à lui, rappelé que si le Burkina entre en phase de généralisation du coton bt, c’est qu’il a pris toutes les dispositions pour assurer la maîtrise de la production de la semence et sa commercialisation auprès des producteurs. Il a rappelé que c’est en 2003 que le Burkina a ratifié le protocole relatif à la biotechnologie et en a édicté les règles nationales en 2004. La loi sur la biotechnologie a, quant à elle, été adoptée en 2006. Parallèlement, la recherche burkinabè et la Firme Mosanto ont travaillé sur l’introduction du gène bt dans une semence locale.

Ces essais se sont avérés concluants d’où le passage à la production à grande échelle. 25 pays dans le monde cultivent des OGM. Cela représente 14 millions de producteurs sur 134 millions d’hectares. Ces chiffres sont en croissance par rapport à ceux de 2008. Le soja est la plante OGM la plus cultivée. Suivent dans l’ordre le maïs, le coton et le colza. La valeur mondiale du marché des semences OGM est estimée par le rapport 2009 à 105 milliards de dollars. BBA et ISMAA, organismes internationaux de promotion des plantes génétiquement modifiées, sont à l’origine de la présentation du rapport au Burkina. La cérémonie était présidée par le ministre du Commerce, qui s’est fait représenter.

Par Abdoulaye TAO

Le Pays

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 18 mars 2010 à 08:51, par Alain Godefroy En réponse à : BURKINA : Le coton bt à grande échelle en 2010

    En Inde, Monsanto a reconnu que les insectes développaient des résistances à son coton Bt, et donc que ce coton était inefficace. Il est étonnant dans ces conditions que le Burkina Faso prenne cette décision d’étendre la culture du coton Bt de Monsanto.

  • Le 18 mars 2010 à 09:48 En réponse à : BURKINA : Le coton bt à grande échelle en 2010

    Il faudrait nous expliquer vos modes de calcul et préciser plus clairement ce que gagne réellement un producteur avec un ha de coton Bt. Les 100 millions de dollars me laissent plus que songeur et plus que sceptiques car j’en doute fort si je me réfère aux désastres écologiques, sociales et économiques du coton Bt dans certaines provinces de l’Inde et, surtout, humaines avec le suicide de milliers de paysans indiens. Même si c’était vrai, à qui reviendrait réellement cette manne ?
    La réponse à cette question est en fait à la fin de l’article où on parle de dizaine de milliards de dollars pour le marché des semences OGM. Donc, le gain ne revient en réalité qu’à Monsanto et compagnies et pas au paysans.
    A coté de cela, comment ferons nous avec les paysans qui développent le coton bio ? car leur coton sera inévitablement contaminé ! Malheureusement, ce ne sera pas Monsanto qui les dédommagera au contraire avec ces pratiques mafieuses. Il suffit de lire ou voir le film "Le monde selon Monsanto" pour savoir et comprendre que les OGM sont bel et bien l’arnaque du siècle pour quelques multinationales qui s’appuient sur des zélateurs locaux comme le professeur Séré au Burkina.
    Enfin, affirmer que l’huile de coton Bt est sans risque me semble un raccourci au détriment du principe de précaution. J’espère que la ligue des consommateurs et le gouvernement imposeront un étiquetage sur les produits issus du coton Bt comme l’huile pour que le consommateur puisse les acheter ou pas en connaissance de cause. Sinon, je n’aurais plus qu’à boycotter l’huile de coton burkinabè.

    • Le 20 mars 2010 à 08:15, par LAOUKOLE Jean En réponse à : BURKINA : Le coton bt à grande échelle en 2010

      J’ai dans un article que le président burkinabè est obligé d’accepter les OGM pour soigner son image auprès de la communauté internationale du fait qu’il était mal vu pour son soutien à Charles Taylor. Alors devant les réalités qu’ignorent les paysans, il y a un pas que Mosanto peut franchir sans problème. Nos petites réactions sur le visage voilée n’y changeront rien, jusqu’à ce que les réalités s’imposent comme en Inde.

  • Le 18 mars 2010 à 11:18 En réponse à : BURKINA : Le coton bt à grande échelle en 2010

    Pauvre de notre pays quand les pays occidentaux commences à avoir peur des OGM nous nous plongeons.

  • Le 18 mars 2010 à 18:24, par L’Aigri (Le Sensé) En réponse à : BURKINA : Le coton bt à grande échelle en 2010

    Tous des vendus et on sait comment Monsanto fait pour avoir gain de cause.

    J’espère que le journaliste ira aussi interviewer certains chercheurs du pays qui sont contre cette culture.

    Il faudra donner la parole à tout le monde et surtout au monde paysan.

    Parmi les conférenciers, vous remarquerez que le boss de Biotech est un ancien ministre qui croyait être plus royaliste que le roi mais mal lui en a pris.

    Dieu seul sait la somme d’argent qu’ils ont touché de la part de Monsanto.

    C’est ainsi que Monsanto travaille. Cette firme ne fait que prostituer l’esprit de certains chercheurs.

    C’est le même style que les firmes des cigarettes.

    Ne venez pas nous distraire en voulant placer le Burkina dans le top 10.

  • Le 18 mars 2010 à 21:17, par noya En réponse à : BURKINA : Le coton bt à grande échelle en 2010

    Tout le monde sait que Monsanto et Bt sont une question politique et pas humanitaire. Nous savons aussi qu’un certains chef d’Etat essaie d’arranger son visage sur la scène international.Alors il séduit ces genres de firmes ! Mais ça ne changera rien sauf que nous connaitrons la famine si on ne l’arrête pas à temps !

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Une économie en hausse en février 2024 (Rapport)
Burkina/Finance : L’ACEP fait des heureux gagnants