Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «N’attendez pas d’être trop fatigué pour donner du repos à votre corps et votre esprit» Mario Morini

PRISE D’OTAGES EN MAURITANIE : Le Burkina, victime collatérale

Accueil > Actualités > Société • • lundi 21 décembre 2009 à 00h34min

C’est une première. L’otage de la bande saharo-sahélienne n’a plus de visage ni de couleur de peau. Car, figure à présent sur le tableau de chasse de ses ravisseurs, un otage noir, une Burkinabè précisément. Elle s’appelle Philomène Kaboré et est âgée de 39 ans. Cette Italienne d’origine burkinabè a disparu avec son époux, le 19 décembre dernier, dans le sud-est de la Mauritanie, à une dizaine de kilomètres de la frontière malienne.

A travers elle, c’est le Burkina qui apparaît ainsi comme une victime collatérale des actes terroristes contre l’Occident. Le Pays des hommes intègres, qui avait grandement contribué à la libération d’otages étrangers dans un pays voisin, se montrera-t-il tout aussi disposé à porter secours à la saam biiga (compatriote) dans le pétrin ? Il faut l’espérer. En tout état de cause, cette situation ne manque pas de soulever quelques interrogations. Qu’est allé chercher ce couple en Mauritanie, à un moment où l’étranger venu du Nord apparaît de plus en plus comme une proie exquise ?

Au cas où il en aurait été informé - on imagine difficilement le contraire - le couple est-il resté sourd aux appels des chancelleries occidentales qui, pour des raisons de sécurité, déconseillent certaines destinations ? Si tel est le cas, peut-être faut-il expliquer sa présence en Mauritanie par un désir irréfragable de savourer… le risque. Car c’est connu, le danger, le penchant pour les sensations fortes, la chronique annoncée de l’aventure périlleuse, relèvent, pour d’aucuns, du fantasme qu’ils veulent satisfaire. Le couple italien a-t-il été animé du même désir ? Allez-y savoir ! En tous les cas, c’est le deuxième rapt d’Européens dans ce pays en moins d’un mois. Depuis 2005, les attaques terroristes n’ont cessé de se multiplier sans que la Mauritanie ait réussi à trouver la riposte idoine pour y faire face. Si le couple sait déjà cela, rien n’exclut alors qu’il ait simplement voulu exercer son "libre arbitre" du risque.

Une certitude, en tout cas : on n’est pas otage de terroristes sans s’attirer les projecteurs de l’actualité. Après avoir remercié le Ciel d’être sorti indemne d’une prise d’otage, que reste-t-il d’autre à espérer que de voir se dégager devant soi le grand boulevard de la célébrité qu’on pourra exploiter à fond, à travers les récits écrits de ses "mésaventures" ? Pour aventuriers occidentaux calculateurs, l’expérience peut donc valoir la peine d’être vécue, surtout quand on sait compter sur le secours de la France ou autres en cas de pépin. Reste que toute prise d’otage déteint toujours négativement sur l’image du pays concerné, l’embarrasse au plus haut point et assèche à terme les recettes touristiques. Et dans le cas d’espèce, le président mauritanien Mohamed Abdelaziz a du pain sur la planche, lui qui, de façon solennelle, avait pris l’engagement de faire de la lutte contre le terrorisme, une de ses priorités.

Par Cheick Beldh’or SIGUE

Le Pays

Vos commentaires

  • Le 21 décembre 2009 à 03:14, par Beauregard En réponse à : PRISE D’OTAGES EN MAURITANIE : Le Burkina, victime collatérale

    Bel article cote’ information mais desole’ de dire que vous etes hatifs en ce qui concerne les suppositions ou les conclusions sur le reel motif de la presence de notre compatriote et de son conjoint en Mauritanie.Pensez vous que la Mauritanie n’ a que des natifs a` l’heure actuelle sur son territoire ? Je ne le crois pas. La Somalie et le Soudan regorgent d’etrangers malgre’la presence confirmee de Alqaida.Pour ce faire,je ne suis pas entierement content du fait que vous liez leur sortie a` une recherche d’ attention particuliere ou a` du fantasme. Croyez vous que le Burkinabe est le bienvenu au LIberia ou le Siera Leone mais combien sont-ils la-bas ? Au lieu de prier pour leur liberation vous concluez votre article par les deboires que pourraient avoir le President Mauritanien. Bien d’autres personnes comme moi prieront pour qu’ils soient liberes en bonne sante’.

    Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2009 à 10:50, par thierry En réponse à : PRISE D’OTAGES EN MAURITANIE : Le Burkina, victime collatérale

      Beh, c’est une que je connais très bien et je me demande comment elle a pu prendre tout ce risque ou bien a t-elle changé de mentalité. Vivement que les autorités mettent les bouchers doubles pour la recupérer . Ce sera le temoignage d’une diplômatie qui marche dans un pays en progrès continu pour une société d’espérance.

      Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2009 à 05:45, par UN BURKINABE D’ITALIE En réponse à : PRISE D’OTAGES EN MAURITANIE : Le Burkina, victime collatérale

    Je loue le souci d’éclairer l’opinion nationale sur ce drame - et je pèse bien mes mots - mais je déplore cette analyse un peu "ramassée ». En effet, traverser la Mauritanie puis ensuite le Mali pour se rendre au Burkina, ne peut en rien s’assimiler à une volonté de courir des risques, encore moins à un calcul malsain pour une hypothétique publicité intéressée. Ils sont nombreux les burkinabè et autres personnes de diverses nationalités à faire ce trajet tous jours pour se rendre dans notre pays. C’est un moyen relativement peu onéreux de faire parvenir au Burkina certains dons (médicaments, aides matérielles diverses) destinés aux communautés nationales.
    Et à la réflexion, il faut éviter de jeter l’anathème sur la Mauritanie et déplorer plutôt cette insécurité qui est en train de s’installer sur les routes habituellement "sans problèmes" de l’espace ouest-africain. Ce qui est arrivé en Mauritanie aurait tout aussi bien pu se passer au Mali et même chez nous ici au Burkina. Aurait-on dans une pareille circonstance déconseillé toute traversée de pareilles zones à toute personne qui n’aurait pas "encore pris la couleur locale", pour emprunter une expression du poète Francis Bebey ? Et les braquages qui se déroulent tous les jours sur nos routes nationales ? Ne sont-ils pas tout aussi potentiellement dangereux et meurtriers que cette prise d’otages ? Dans la prise d’otage au moins, il y a possibilité de négocier une libération !
    De grâce, évitons d’exploiter maladroitement des faits déplorables de société qui du reste, ne sortent pas de la banalité de l’insécurité au quotidien que vit hélas la sous-région ouest-africaine.
    FAISONS L’EFFORT D’EXPLOITER CE FILON MEDIATIQUE QUE CONSTITUE CE DRAME, SANS TOUTEFOIS TOMBER DANS L’ANALYSE UN PEU BENETE QUI SIED MIEUX A UN JOURNALISTE DEBUTANT.

    Sans rancunes !

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2009 à 08:52, par Ah bahhhhhhhhhhhhhhh En réponse à : PRISE D’OTAGES EN MAURITANIE : Le Burkina, victime collatérale

    Vraiment, c’est decevant comme attitude, comme état d’esprit de la part d’un journaliste. Tout un paragraphe à "surfer" sur de l’imaginaire, "recherche de frisson"... C’est quoi ça ? Vous avez une once d’indice qui va dans ce sens ? Et si le couple y était pour des raisons humanitaires ? (ce que je ne sais pas bien sûr). Tout cela pour dire que quand on ne sait pas, on la ferme tout simplement. Vous n’êtes pas en train d’écrire dans votre journal intime là. Respectez un peu vos lecteurs... On a l’impression de lire un amant jaloux de se voir enlevé sa fiancé.
    Un article écrit sur rien du tout, c’est vraiment dommage. Vous auriez pû vous contenter d’énoncer les faits (au moins vous vous en seriez tenus à des faits véridiques. Parce que même l’emploi du conditionnel pour évoquer d’éventuelles raisons à la présence du couple en Mauritanie n’est pas une excuse.
    A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2009 à 09:54, par togsiida En réponse à : PRISE D’OTAGES EN MAURITANIE : Le Burkina, victime collatérale

    comme le premier intervenant, je dirai aussi que votre analyse est hâtive. vous ne faites que spéculer sur la raison de la présence de notre compatriote sans réellement nuancer vos propos. Vous ferez mieux de plaider en faveur de leur libération parce que c’est là justement votre rôle en tant que journaliste. c’est mieux que ces suppositions

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2009 à 09:58, par adx En réponse à : PRISE D’OTAGES EN MAURITANIE : Le Burkina, victime collatérale

    Salut, le gouvernement burkinabé doit réagir face à cette prise d’otage. quant a celui qui a ecrit cet article, je dis qu’il est nul. C’est quoi ces suppositions bidons ? Une prise d’otage c’est quand même serieux, les gens sont dans des problèmes on doit tous se serrer les couds afin d’aider chaque citoyen dans ces genres de problemes au lieu de blamer les autres sans connaitre leur histoire. si le gouvernement ne réagit pas c’est qu’il n’est pas digne de nous diriger parce qu’ils s’en foutent pas mal de nous.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2009 à 12:03, par jfr En réponse à : PRISE D’OTAGES EN MAURITANIE : Le Burkina, victime collatérale

    Votre article est simplement scandaleux.
    Ma fille va très prochainement partir pour une année de travail scientifique sur les maladies tropicales négligées et doit transiter par la Mauritanie pour acheminer le véhicule et la matériel nécessaire à ses recherches. Connaissant la situation un peu tendue en Mauritanie depuis 2 ou 3 ans, je tente de me renseigner un peu sur le web... et tombe sur vos élucubrations. Mettre la présence d’Européens dans la zone frontalière Mauritanie-Mali sur le compte de la recherche de célébrité en se faisant capturer relève d’un délire qui pourrait prêter à sourire si les conséquences n’étaient pas si dramatiques, pour les otages, pour leurs proches... et pour tous les Africains encore capables de discernement et de bons sens. Et ils sont la majorité, fort heureusement.
    Et vous, que cherchez-vous en proférant de telles obscénités ? Simplement à faire dans le populisme profitable, comme il de bon ton maintenant dans tant de médias du nord comme du sud ?
    Vous ne faites hélas que faire dégringoler l’estime qu’on peut avoir de la presse africaine. Dommage.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2009 à 12:26, par Lukas En réponse à : PRISE D’OTAGES EN MAURITANIE : Le Burkina, victime collatérale

    ça commence bien en demandant "Facilitaeur devant l’eternel " Blaise compaoré de faire le max pour la compatriote et puis ça ce prend les doigts dans les plume avec une analyse digne d’un novice scribouillard. Un peu de retnu tout de même ! Il ya des vie en anger et c’et ce qui importe. Est-ce parce qu’il ya des coupeurs de route au Burkina Qu’on doit s’interdire de voyage par la route ? Est parce qu’il ya des voleurs et assassins qui ecumes nos villes et campagne qu’on doit rester terré chez soi ? trop facile comme racourci. Est ce tous es otages qui sortent indemne ?? combien ont été tué ? . De grâce Mosieur du "pays" vous ête dans un quotidien bien respecté. impergné nous de vos propres impressions

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2009 à 13:23, par johnson En réponse à : PRISE D’OTAGES EN MAURITANIE : Le Burkina, victime collatérale

    En effet monsieur le journaliste ignore par quelles moyens l’on peut se rendre au Burkina depuis l’Europe.
    Avant d’écrire un tel article il devrait se renseigner d’abord car il ya bien du monde qui ont fait la route(Maroc-Mauritanie-Mali-Burkina)soit pour acheminer les dons ou pour tout simplement convoyer du matériel ou véhicule sans être avanturier....
    Notre soeur et son mari ont eu tout simplement de la malchance et c’est loin d’être calculé.
    Alors mr le journaliste à bon attendeur salut !

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2009 à 13:46, par ab En réponse à : PRISE D’OTAGES EN MAURITANIE : Le Burkina, victime collatérale

    J e rejoins les precedents commentaires . Comment la direction editoriale du PAYS peut elle permettre a des pseudos journaliste d’écrire des articles aussi peu sérieux .
    EN dehors du fait de l’injustice terrible d’une prise d’otage quelle que soit sa motivation , n’oublions pas que cette route de MAuritanie est la seule qui permettait encore de relier l’Afrique du Nord et l’Europe à l’afrique subsaharienne , maintenant il est devenu impossible de faire transiter des marchandises par la route .
    Personne n’a envie de se faire prendre ainsi pour des mois peut etre, et l’idée meme que ces otages soient a la recherche d’une "publicite" est odieuse .
    Je connais bien ces regions et les populations qui y habitent ont tout a perdre ce hontenux chantage a la rancon .
    de grace , monsieur le journaliste , reflechissez avant d’écrire n’importe quoi .

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2009 à 18:21, par le vigilant En réponse à : PRISE D’OTAGES EN MAURITANIE : Le Burkina, victime collatérale

    Bonsoir, je suis complètement scandalisé par la lecture de cet article. Certainement que noutre "journaliste" n’avait rien a dire et est tombé a bras raccoucis sur ce drame. Il est vraiment indecent de vous lire. Je ne reviendrait pas sur votre manque de culture et de geograpphie qui vous aurait permis de contraire de loin de tous exotistisme c’est le seul chemin pour rentrer au pays (au Burkina). Je pense que vous devez presenter vos excuses aux parents et amis qui notre soeur.

    Bien à vous

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2009 à 18:30, par Pierre Michaillard En réponse à : PRISE D’OTAGES EN MAURITANIE : Le Burkina, victime collatérale

    J’ai failli répondre dès ce matin à la lecture de cet éditorial assez minable et surprenant dans ce journal . Réagir car j’avais été informé samedi par un frère de la victime que je connais et qui m’avait dit craindre l’intrusion de la presse dans cette histoire.Il avait malheureusement un peu raison. Quoi de plus naturel et de moins cher que venir voir sa famille à Tanghin-Dassouri par la route, surtout si on lui amène quelques affaires. Un car destiné à Bazoulé est arrivé samedi lendemain de l’enlèvement par la route via la Mauritanie et sans encombre avec la population et les autorités. Il y a des coupeurs de routes et des mauvaises gens partout, et pas plus en Mauritanie qu’ailleurs. Si je réagis ce soir,bien qu’européen, c’est après la lecture des réactions unanimes et sincères des personnes qui ont écrit avant moi et qui me rassurent sur la mentalité burkinabè en me confirmant son bon sens et sa générosité.Espérons que cette affaire se terminera bien pour la famille Kaboré

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2009 à 14:11, par EROBAK En réponse à : PRISE D’OTAGES EN MAURITANIE : Le Burkina, victime collatérale

    je suis peiné pour ma sœur et son mari qui se retrouvent dans un imbroglio qui ne dit pas.Cependant,j’exhorte les autorités burkinabé et particulièrement au prési himself de s’investir dans cette prise d’otage afin qu’un dénouement heureux soit trouvé.Chers forumistes ayons un langage décent vis à vis de nos vaillants journalistes et prions ensemble pour que notre compatriote et son mari retrouvent la liberté chère à nous tous.Merci et bon entendeur salut

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2009 à 17:09, par KAWAMI En réponse à : PRISE D’OTAGES EN MAURITANIE : Le Burkina, victime collatérale

    Vous voyez, M. le journaliste ? Vous n’avez pas seulement raté une analyse ; vous avez froissé et choqué des lecteurs, des Burkinabès.
    A mon avis ce n’est pas trop tard pour se rattraper : PRESENTEZ VOS EXCUSES !

    Répondre à ce message

  • Le 2 janvier 2010 à 13:54, par victime de l’article En réponse à : PRISE D’OTAGES EN MAURITANIE : Le Burkina, victime collatérale

    pauvre journaliste debutant.vous ne vous basez pas sur des faits veridiques pour ecrire vos betises.faites attention à vos dires car la famille des victimes est blessée.je pourrai vous retrouver dans votre journal et vous filer une de ces raclées.prier pour qu’on les libère au lieu de vous attardé à raconter du n’importe quoi.excusez vous pendant qu’il est temps et pensez deux fois avant d’ecrire vos articles de merde.à bon attendeur salut !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Crise à La Poste Burkina : « Nous luttons pour la survie d’une entreprise nationale », Gilbert Go, Secrétaire général du SYNTRAPOST
5e Recensement général de la population et de l’habitat du Burkina Faso : l’INSD présente le projet aux acteurs de la région du Nord
Organisation internationale pour les migrations : Le Mécanisme national de référencement des migrants vulnérables présenté aux acteurs des Hauts-Bassins
Bolloré TRANSPORT & LOGISTICS participe à la semaine des activités minières de l’Afrique de l’ouest (SAMAO) de Ouagadougou
Mouvement populaire de défense contre le terrorisme : « C’est une bombe à retardement », selon Laurent Kibora, expert en sécurité et développement
Anniversaire du 15 octobre : Le message de Mariam Sankara
Rackets policiers au Burkina : Des pistes de solutions pour endiguer le phénomène
Ouagadougou : Les Valets de Marie prient pour la paix au Burkina
Ouagadougou : Des jeunes Africains de dix pays rendent visite à la famille de Thomas Sankara
Education : Le lycée scientifique régional de Koudougou officiellement inauguré
Nahouri : Le marché à bétail de Guelwongo réhabilité à hauteur de 36 millions de FCFA
96 heures de la région du Centre : Le Gouverneur honore ses partenaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés