Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un dessert sans fromage est une belle à qui il mаnquе un œil.» Anthelme Brillat-Savarin

Sankarisme : "Faire le tri avec clairvoyance"

Accueil > Actualités > Opinions • • jeudi 5 août 2004 à 18h03min

Peuple du Burkina, Sympathisants, militantes et militants de l’Espoir, Camarades, Voilà 21 ans qu’une chance était donnée à la Haute-Volta de rompre d’avec le quotidien des actes routiniers. Il y a 21 ans, des compatriotes, trompant la vigilance des gardiens de l’ordre ancien injuste, réussissaient à déclencher la "Révolution d’Août" qui allait secouer vigoureusement notre société et marquer de façon décisive, l’histoire de notre chère patrie. Ses ennemis autant que ses adversaires retiennent d’elle essentiellement le sang.

Mais ne faut-il pas considérer notre histoire dans son entièreté ? Et ne faut-il pas aussi reconnaître que malgré un contexte régional pour le moins hostile, à côté des erreurs qui n’ont pas manqué et que le premier responsable a lui-même reconnues, la Révolution a su en quatre ans, redonner espoir à un peuple humilié dont une large frange avait fini par perdre le sens de la responsabilité et le goût revigorant de la dignité et de l’honneur ?

Les peuples frères si semblables dans leurs misères n’avaient-ils pas fini par s’identifier à son combat et ne lui avaient-ils pas en définitive donné un écho favorable qui inquiéta tous ceux qui voyaient d’un mauvais œil, l’émergence d’un nouveau type de leadership et par conséquent, d’une approche nouvelle et positive de la résolution des problèmes de notre continent ? La Révolution toucha à pratiquement tous les domaines de notre vie nationale. Beaucoup de ses acquis ont survécu, mais pour combien de temps encore ? La démission morale unanimement constatée, l’échec économique et social qui l’accompagnent poussent au désespoir.

C’est pourquoi nous devons réagir. L’ESPOIR souhaite que ce 21 e anniversaire soit l’occasion d’une introspection, un moment de réflexion individuelle et collective pour renouer avec le courage et l’intégrité qui sont le propre du Burkinabè, afin de ramener notre pays dans la voie de l’espérance. L’ESPOIR appelle de ses vœux l’avènement d’hommes aptes à conquérir la confiance du peuple et à illustrer les valeurs positives qui ont fondé la réputation de Thomas Sankara. Dans ce pays, il y a encore des citoyennes et des citoyens intègres, des hommes et des femmes prêts à construire avec abnégation les fondements d’un lendemain meilleur pour notre peuple.

Les comédiens de la scène politique,

Peuple du Burkina, camarades, Notre pensée, en ce jour anniversaire, notre pensée va particulièrement aux pionniers, hier enfants de la Révolution d’Août, aujourd’hui acteurs majeurs de la vie citoyenne au Faso. En tant que témoins d’une phase-décisive de la lutte de notre pays pour sa dignité et son honneur, nous sommes convaincus qu’ils sauront se battre pour :
- affirmer le caractère éminemment généreux de la RDP.
- restituer l’image exacte de cette révolution que le pouvoir de Blaise Compaoré s’est évertué à brouiller et à falsifier au nom d’une prétendue rectification présentée comme un approfondissement de la même révolution à laquelle il finira par tourner définitivement et honteusement le dos.

Peuple du Burkina, camarades, Par la faute des classes politiques caractérisées par l’égoïsme et une vision bornée de l’avenir de nos peuples, des conflits éclatent à travers le continent et perdurent. C’est Brazzaville, Kinshasa, Khartoum... et plus près de nous, Abidjan. Si les coupables de ces tragédies devaient continuer à rester insensibles aux drames que vivent nos populations, nous devrions approfondir notre engagement pour contraindre les protagonistes déclarés ou non, à y mettre fin. Cela est possible et nous devons le faire pour assurer à notre continent, la paix et le progrès économique et social.

Peuple du Burkina, La recherche désespérée d’une force fédérative capable d’engendrer le changement qualitatif que tu as connu à la faveur du 4 Août 1983 doit t’amener à faire le tri avec clairvoyance, en sachant identifier tous ceux qui t’utilisent simplement comme une échelle pour atteindre des objectifs personnels, en t’engageant dans des voies erronées et sans issue. Il est impératif de mettre fin aux perpétuels et douloureux recommencements en dévoilant les comédiens de la scène politique qui prennent plaisir à jouer avec ton avenir. Les rejeter, c’est faire un pas dans la bonne direction. Camarades, le 4-Août est un jour de grandeur et de fierté pour notre peuple. C’est pourquoi le Secrétariat exécutif de la Convergence de l’Espoir commémorera cet anniversaire en allant déposer ce mercredi à 13h 30, une gerbe de fleurs sur la tombe du premier acteur de l’ESPOIR. Converger vers l’ESPOIR c’est donner le pouvoir au peuple. Bonne fête à tous et à toutes. La lutte continue.

Ouagadougou, le 03 août 2004

Pour la Convergence de l’Espoir Le président

Jean-Hubert Bazié

(1) Le titraille est du journal

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Cohésion sociale : « Si nous retournons à nos racines, à nous valeurs, nous pourrons déterrer ce joyau », pense Ayouba Porgo
Mise à disposition de policiers pour affectation dans les ambassades : Les multiples enjeux d’une décision
Lutte contre l’extrémisme violent au Burkina Faso : De la nécessité de prendre en compte le genre
Réduction de la durée de formation dans les ENEP : « Un gravissime retour en arrière », selon Adama de Poum Ouédraogo, formateur à l’ENEP de Ouahigouya
Terrorisme en Afrique : Le G5 Sahel entre défi sécuritaire et jeu d’intérêts
La nouvelle devise de « sages » du Burkina : la repentance ou la mort !
Lutte contre le terrorisme : L’appel des Burkinabè du Grand Ouest et du Centre de la France
Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions
Quel rôle pour les intellectuels africains : Le cas du Gabon ?
Vision pour le Gabon d’aujourd’hui et de demain
Réconciliation nationale au Burkina : Quel est le prix à payer pour y parvenir ?
Lutte contre le terrorisme au Mali et au Burkina : Deux approches, un même ennemi
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés