Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un gagnant est un rêveur ,qui n’a jamais abandonné.» Nelson Mandela

Jeanne d’Arc Yaméogo : le cinéma dans les veines

Accueil > Actualités > Portraits • • lundi 14 septembre 2009 à 04h41min

Jeanne d’Arc Yaméogo

Depuis plusieurs années déjà, elle fait le bonheur de l’écurie de Boubakar Diallo, « Les films du dromadaire ». Sa plastique et son jeu d’acteur ont fini par conquérir le public. Jeanne d’Arc Yaméogo a fait du cinéma, son cheval de bataille. Et cela lui réussit plutôt bien…

Si l’épopée de la pucelle d’Orléans, la Jeanne d’Arc de France, n’a duré que deux ans pour lui valoir une gloire éternelle, Jeanne d’Arc Yaméogo du Burkina ne veut pas danser plus vite que la musique. Montée sur les planches dès ses premières années à l’école primaire de Norghin A, dans le quartier Dapoya de Ouagadougou, elle figure régulièrement aujourd’hui sur les plus grandes affiches du pays. Elle a fait du cinéma, son principal cheval de bataille. Et espère galoper aussi loin et aussi longtemps que Marie-Augustine Yaméogo, sa vénérable maman, qui a nourri sa passion pour le 7e-Art.

En effet, c’est en accompagnant sa mère sur les plateaux de tournage, qu’elle a fini par prendre goût au cinéma, et à vouloir devenir comédienne. Au cours primaire, la petite Jeanne d’Arc s’est fait remarquer par sa ferveur pour les récitals de chant et la récitation de poèmes. Ce qui lui valut de participer, en 1987, à un camp vacances culturel à Moscou, pour représenter son école. Mais c’est surtout au sein de la troupe « Le Bourgeon du Burkina » que la future « tête d’affiche » a développé ses talents. Aussi, lorsque sa génitrice a senti qu’elle était mûre pour prendre sa place sur un plateau de cinéma, elle n’a pas hésité à la pousser à faire son premier casting. C’était pour le film, « Le secret », de Raymond Tiendré, réalisé en 1997.

Depuis lors, Jeanne d’Arc n’est plus redescendue de son cheval. En 1998, c’est Saint-Pierre Yaméogo qui l’embarque dans « Silmandé ». L’année d’après, elle tape dans l’œil de Idrissa Ouédraogo, qui l’enrôle pour son film « Le guerrier ». Deux ans plus tard, elle devient l’une des coqueluches du petit écran, grâce à la série télévisée « Mounia et Rama » de Apolline Traoré. Depuis 2004, Jeanne d’Arc Yaméogo a déposé ses valises dans l’écurie des Films du Dromadaire, où elle est pratiquement sur chacune des affiches de neuf longs métrages de Boubakar Diallo. Coquette et déterminée, arborant des tenues qui mettent en valeur sa forme généreuse et séduisante, tous les rôles semblent lui aller comme un gant.

En dehors du 7e-Art, elle s’est essayée au commerce de prêt-à-porter pour bébé, puis à la restauration. Mais, par manque de temps pour suivre ses affaires, elle a dû abandonner ces activités pour se vouer totalement au cinéma, en devenant maquilleuse de plateau. A la faveur du tournage de « Cœur de lion », le dernier long métrage des Films du Dromadaire, Jeanne d’Arc a ajouté une nouvelle corde à son arc, en faisant un atterrissage réussi dans le rôle de régisseur.

Mais elle ne garde pas moins la tête solidement sur les épaules, tout en rêvant d’aller monnayer ses talents au-delà des frontières du Burkina. Elle espère aussi mettre fin à son célibat, très bientôt, « s’il plaît à Dieu » !

Fasozine

Vos commentaires

  • Le 14 septembre 2009 à 12:44 En réponse à : Jeanne d’Arc Yaméogo : le cinéma dans les veines

    Salut Jeanne. Si tu me lis je suis un YAMEOGO et je vis en Suisse. J’étais vraiment étonné que’un festival de film africain se produise dans la ville où je suis en suisse et pas un seul film du BF à l’affiche et pire encore, pas un professionnel du cinema du Bf invité. Ouagadougou est pourtant la capitale du cinéma africain.
    Si tu me lis, peux tu me dire pourquoi ? je vois que tu as le coeur au cinema et je ne peux que être fier. Je te promets pas le grand succès, mais je vais essayer de parler de toi et du cinema du Bf en général aux organisateurs.

    mon mail : essertoux@yahoo.fr.
    Je pourrai te donner ensuite mon vrai contact
    Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2009 à 14:51 En réponse à : Jeanne d’Arc Yaméogo : le cinéma dans les veines

    y’a lontemps moi même je suis amoureux de toi et cela depuis monia et rama car tu es vraiment une belle femme africaine. JE SUIS CHAUD CHAUD CHAUD pour te marié (rire)

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2009 à 15:29 En réponse à : Jeanne d’Arc Yaméogo : le cinéma dans les veines

    hé, la go la est trop jolie. si tu n’as pas de mari je suis la. célibataire sans enfant et sans argent non plus.

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre 2009 à 15:29 En réponse à : Jeanne d’Arc Yaméogo : le cinéma dans les veines

    salue jeanne d’arc. je te souhaite plein succes dans le parcours cinematographique.

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre 2009 à 19:21 En réponse à : Jeanne d’Arc Yaméogo : le cinéma dans les veines

    Felicitation a toi Jolie Jeanne d’ Arc. Je te souhaite un mari gentil, beau et surtout riche. Les desargentes, faut faire pardon. On ne vit pas d’amour et d’eau fraiche(lol).

    Bonne chance.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2009 à 10:19, par thallus de Fada En réponse à : Jeanne d’Arc Yaméogo : le cinéma dans les veines

    Salut à toi Chère Amie Jeanne.
    J’ai toujours connu les YAMEOGO très battant et je te souhaite bon courage et une très belle carrière.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2009 à 13:19 En réponse à : Jeanne d’Arc Yaméogo : le cinéma dans les veines

    J’encourage beaucoup Jeanne dans son parcours pas très facile pour une belle femme comme elle. Je l’admire surtout pour son talent et sa forme africaine mais force est de déplorer son "blanchissement". Plus elle monte les escaliers plus elle claircie. Ce qui est sincèrement déplorable pour nos artistes africaines ; très peu conserve leur teint naturel après un succès mème Mathy Dollar a cédé à la tentation. Sinon du courage à toi car le chemin est encor long !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Humour : Abdoul Aziz Kéré, un web comédien made in Burkina
Roger NIKIEMA, Directeur de la Radio Salankoloto : Le parcours d’un pionnier du journalisme au Burkina Faso
Salimata MANDE (Mandy’S) : « La mode représente un marché considérable en Afrique »
Mode : Le styliste Saint Laurent sur les traces de François 1er
Filière avicole : Moablaou, la poule aux œufs d’or d’Abou Simbel Ouattara
Entreprenariat : Fadilatou Kaboré, une femme qui « mange » dans la pomme de terre
Yacouba Sawadogo, prix Nobel alternatif 2018 : « Je suis disposé à transmettre mon savoir-faire »
Député Tini Bonzi : « Le serpent a mordu l’UPC au talon ; nous allons lui écraser la tête »
Bernadette Gansonré : Un modèle de réussite dans la haute couture
Politique : Lona Charles Ouattara, le « déconstructeur » du mythe Sankara
Assemblée nationale : Abdoulaye Ouédraogo, le premier député sous-officier subalterne
Artisanat : Malick Zoungrana, l’homme qui transforme les pneus en objets d’art
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés