Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Levée du corps de Zanga Issoufou Ouattara : La dépouille mortelle conduite à Niankorodougou dans la Léraba

Accueil > Actualités > Nécrologie • • mercredi 9 septembre 2009 à 04h32min

Zanga Issoufou Ouattara

La mort a encore frappé la presse burkinabè. Journaliste de son état, Zanga Issoufou Ouattara, de la Radio nationale, est décédé le lundi 7 septembre 2009. La levée du corps a eu lieu à la morgue de l’hôpital Yalgado-Ouédraogo, le mardi 8 septembre et a été suivie de l’enterrement aujourd’hui à Niankorodougou, son village natal dans la province de la Léraba.

Zanga Issoufou Ouattara, c’est cet homme que toute la presse nationale pleure aujourd’hui. Interné à l’hôpital Yalgado-Ouédraogo, il est décédé, le lundi 7 septembre 2009. Né le 24 mai 1966, le regretté est entré à la Radio nationale en 1992 et intégré en 1995. Titulaire d’une Maîtrise en Lettres Modernes de l’Université de Ouagadougou, il a été admis au concours professionnel de conseiller en sciences et techniques de l’information et de la communication en 2006.

Il quitte ainsi son poste de rédacteur en chef pour 2 années de formation. Formation qu’il subira avec succès puisqu’il est sorti en juillet dernier, major de sa promotion à l’ISTIC. C’est donc la voix d’un cadre du ministère qui s’est éteinte à jamais. Un monde inconsolable constitué de ses parents, amis, confrères et auditeurs, a assisté à la levée du corps à la morgue. Complètement désemparé, le directeur de la Radio nationale, Ouézin Louis Oulon, confie qu’"en cette période douloureuse, la disparition de Zanga Issoufou Ouattara constitue une perte incommensurable pour la radio, la direction générale de la RTB et pour le ministre parce qu’il est un cadre que l’on attendait avec impatience. Il n’a même pas pris service". Agent soucieux du devenir de la radio et de l’information de son public, il aurait demandé à être programmé avant sa prise de service.

"Pour qui le connaît, Zanga était un journaliste dont le dévouement et l’attachement au travail bien accompli ont fait de lui un agent indispensable", a-t-il conclu, tout ému. Mais hélas, il a été fauché par la mort quand on avait le plus besoin de lui, laissant derrière lui, une veuve, Ami Cissé et une fille.
L’enterrement aura lieu à Niankorodougou, là même où il est né dans la province de la Léraba voilà 43 ans. Que la terre libre du Burkina lui soit légère.

Jean-Marie TOE

Sidwaya

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
IN MEMORIA : Aminata Annick Manuella DJIBO
Décès de DAKIO Joseph : Faire Part et Remerciements
Décès de OUEDRAOGO Sorvenan Justin : Remerciements et faire part
Décès de BAYA BANZA : Faire part
Décès de YAMEOGO Anatole : Remerciements
Décès de Georges NIAMBA : Programme des obsèques
Décès de BATIENON Ambroise : Faire part
Programme de messes de FEU NANA T. Alain
Décès de OUOBA LAMOUSSA : Remerciements et faire part
Décès de Bagnan Victorien TRAORE : Faire part
NECROLOGIE : Saidou KANAZOE, le DG de l’agence de l’Eau du Mouhoun n’est plus...
Décès de El Hadj OUEDRAOGO Hamidou : Faire part et remerciements
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés