Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Vivre et devenir éternel...!

Accueil > Actualités > Environnement • • lundi 10 août 2009 à 01h46min

La rentrée agricole s’opère avec « satisfaction », malgré certaines inquiétudes bien raisonnables, dues aux caprices de dame pluie... Et pour cause : au Burkina Faso, celui d’aujourd’hui en tous les cas, et sans sophisme trompe-l’œil ou irresponsable, la pluie, c’est l’eau et ce si précieux liquide, c’est la vie… Depuis que son heure, sa saison a sonné ses clairons au pays des Hommes intègres, les « paisibles » citoyens vaquent à leurs occupations champêtres. Les associations et autres amis de la nature mobilisent leurs troupes pour relever les défis du reboisement.

C’est le moment de rappeler le slogan national de la campagne de plantation des arbres, lancé par le ministère en charge de l’Environnement : « planter utile ». En outre, il n’est pas incongru de revenir sur ces manifestations spectaculaires de plantation d’arbres qui se réalisent à coût de publicité. Après des annonces bien montées et des opérations qui rassemblent d’immenses foules, les espaces reverdis d’un jour deviennent, parfois, de vrais déserts en arbres et en hommes. C’est sans doute conscient de ces mobilisations sans adhésion, de ces attroupements sans lendemain, que les autorités invitent, de plus en plus, les acteurs du reboisement à prendre en compte la dimension locale, la restitution des espaces reboisés aux communautés (…).

Cette nouvelle option mérite d’être saluée mais il apparaît impératif et important d’allier celle-ci avec une sensibilisation soutenue des populations à la base. « Planter utile » doit aller au-delà des actions communautaires pour devenir des actions individuelles comprises et intériorisées. Il faudrait amener chaque citoyen à « planter utile » dans son domaine réservé, sinon à préserver les arbres existants déjà sur ses champs de cultures. Il apparaît également nécessaire d’inviter les populations à s’inspirer de l’exemple des planteurs modèles qui vivent du produit de leurs efforts. Pour relever ce défi, il faut absolument trouver une solution définitive à la sécurisation foncière, car il ne saurait exister un investissement durable que sur un espace sécurisé. Combien sont-ils, ces braves paysans qui ont été chassés de « leurs » domaines sous prétexte qu’ils entreprenaient des investissements durables comme la plantation d’arbres fruitiers ?

La loi récemment votée par l’Assemblée nationale permettrait probablement de réussir ce pari. « Planter utile » est une industrie rentable mais il faut vaincre des épreuves à plusieurs niveaux. Plus qu’un slogan, « planter utile » doit devenir un comportement, une seconde nature de tout Burkinabè dans le processus de diversification des sources de revenus et de protection de l’environnement. La quête permanente du bien-être rend cette philosophie porteuse d’espoirs. L’arbre, c’est la vie et planter, c’est vivre et même devenir éternel. « Planter utile » est donc un service rendu à l’humanité, un acte qui donne un sens à l’existence humaine.

Par Ibrahiman SAKANDE (sakandeibrahiman@yahoo.fr)

Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Accord de Paris sur le climat : Lancement du projet de formulation de la stratégie de développement bas-carbone à long terme du Burkina Faso
Ministère de l’Eau et de l’assainissement : Les politiques de renforcement du secteur au cœur de la 2e session
Valorisation des déchets plastiques au Burkina : 100 tables-bancs écologiques offerts au collège des jeunes filles de Loumbila
Gestion durable des terres (GDT) au Burkina Faso : Le SPONG apporte sa contribution
Changement climatique : Un deuxième atelier national pour préserver le Bassin de la Volta
Adeline Ilboudo, amazone burkinabè de l’environnement : « Les jeunes sont des éléments incontournables dans la lutte contre le changement climatique »
Eau et assainissement au Burkina : Une étude pour améliorer l’accès à l’eau des populations
Reboisement au Burkina Faso : L’Agence nationale des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique offre 100 plants à l’ENAM
Lutte contre l’insalubrité à Ouagadougou : La police municipale démantèle un abattoir clandestin
Burkina Faso : Les acteurs de la lutte contre les changements climatiques accordent leurs violons pour obtenir les financements du Fonds vert pour le climat
Promotion de l’hygiène et de l’assainissement au Burkina : Le ministère de l’Eau sollicite l’accompagnement des médias
Réhabilitation de la ceinture verte : 1200 plants mis en terre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés