Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne vous laissez pas éteindre, vous ne savez pas pour qui vous êtes lumière. »  Igor Markvitch

Nouvelle assemblée du CES : Sous le signe de la rigueur

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 6 mai 2009 à 11h03min

Le président du Faso, Blaise Compaoré, a procédé à l’installation de la nouvelle assemblée du Conseil économique et social (CES), le mardi 5 mai 2009. C’était dans la salle de conférences internationale de Ouaga 2000. Le chef de l’Etat a, par la même occasion, ouvert les travaux de la session extraordinaire de l’année de cette institution. Rigueur, exigence et performance sont les maîtres mots qui doivent caractériser le mandat des nouveaux conseillers.

La coutume veut que ce soit le président du Faso, celui-là même qui signe le décret de nomination des membres du Conseil économique et social (CES), qui les installe, solennellement. La tradition a donc été respectée, mardi 5 mai dernier dans la salle de conférences internationale de Ouaga 2000. Le Conseil économique et social est cet organe consultatif chargé de donner son avis sur les questions à caractère économique, social ou culturel portées à son examen par le président du Faso, le Gouvernement ou le Parlement. L’assemblée du CES qui compte 90 membres nommés pour un mandat de 3 ans, a été renouvelée à 60% par décret présidentiel du 3 avril 2009.

Elle a donc été installée par Blaise Compaoré, président du Faso, qui a, en même temps, ouvert les travaux de la première session extraordinaire de l’année de cette institution. Pour le chef de l’Etat, le Conseil économique et social est un lieu privilégié de réflexion riche et féconde, un lieu du savoir, un pôle d’excellence, où se confrontent et s’affinent les idées novatrices et anticipatrices des mutations qui façonnent le monde.

Le CES est aussi, a souligné Blaise Compaoré, cette institution républicaine chargée d’entretenir un dialogue et une concertation permanente entre le gouvernement et les catégories socioprofessionnelles, et peut, à ce titre, contribuer à la consolidation du consensus national entre les acteurs du développement. Tout en félicitant les membres du CES qu’il a officiellement installés, le président du Faso s’est fait fort de leur dire de prendre dès maintenant la pleine mesure de la charge qui leur incombe et d’inscrire leur mandat sous le signe de la rigueur, de l’exigence et de la performance.

« Je vous invite, mesdames et messieurs les conseillers, dans le cadre des textes qui régissent votre institution, à travailler inlassablement à faire de celle-ci un véritable laboratoire d’où jaillissent les idées novatrices porteuses de progrès et de bien-être pour nos vaillantes populations des villes et des campagnes », a conclu le chef de l’Etat. Le président du conseil économique et social, Thomas Sanon, a, au nom de ses collaborateurs, traduit au chef de l’Etat, toute la gratitude de son institution.

Il a aussi rendu un vibrant hommage au gouvernement et l’a encouragé fortement pour sa constance et sa détermination à entretenir un dialogue fécond avec l’ensemble des partenaires nationaux et extérieurs de développement, gage, dira M. Sanon, d’un progrès soutenu. A cette cérémonie d’ouverture de la première session extraordinaire du CES, son patron a affirmé que son équipe ne ménagera aucun effort pour travailler dans le sens d’être toujours plus créatif et plus proactif.

Les pistes de réflexion sur lesquelles vont s’engager les nouveaux membres du conseil économique et social, concerneront, entre autres, la consolidation de l’Etat de droit et la bonne gouvernance ; les défis que posent la mondialisation ainsi que l’intégration régionale ; la réforme de l’Etat et ses implications économiques et sociales ; la problématique de la mise en œuvre de la réforme agraire et foncière ; la question de la jeunesse et de l’emploi. « Toute mon énergie et ma disponibilité, en ce qui me concerne, seront constamment et pleinement déployées dans ce sens », a promis Thomas Sanon.

Agnan Kayorgo

L’Observateur Paalga

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gestion du COVID-19 : L’opposition soupçonne de l’affairisme du pouvoir autour de la pandémie
Suspension des salaires d’agents de la fonction publique : L’UPC dénonce une démoralisation des agents
Lutte contre le COVID-19 : L’Union pour la République (UPR) exhorte les populations à la discipline
Mesures du président du Faso : Le Parti socialiste du Burkina invite Roch Kaboré à tourner aussi un regard vers le secteur public
Mesures du président du Faso : La Marche pour la Patrie (LMP) regrette qu’elles n’aient pas pris en compte la suppression de l’IUTS
Mesures d’accompagnement : Et le secteur primaire ?
Covid-19 : Le CDP propose des mesures sociales pour aider les populations
Lutte contre le COVID-19 : Le soutien de l’Alternative patriotique panafricaine/Burkindi (APP/ Burkindi) à l’ensemble des Forces-vives de la nation burkinabè
Gouvernance en Afrique : Quand les forces « invisibles » dictent leur Loi !
Politique : L’UPC en deuil
Coronavirus : PDIS-LAAFIA transforme ses activités politiques en campagne de sensibilisation et de distribution de kits de protection
Pandémie de coronavirus : Des partis politiques confinés au télétravail et à l’adaptation !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés