Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’amour, c’est être toujours inquiet de l’аutrе.» Marcel Achard

Réparation des séquelles de l’excision au Nahouri : Le Pr. Michel Akotianga et ses collègues au secours des femmes de Pô

Accueil > Régions • • lundi 9 février 2009 à 03h09min

Le vendredi 30 janvier 2009 a eu lieu au district sanitaire de Pô la réparation des séquelles de l’excision ave l’équipe du Pr. Michel Akotianga, aux côtés du dr. Aloys Zongo et son staff.

L’excision considérée comme une violation des droits de la femme est malheureusement toujours pratiquée dans la tradition Kasséna. Toute « bonne » fille, doit être excisée avant le mariage ou même après l’accouchement, il faut le faire sinon après la mort, une femme non excisée
Les patientes avec l’équipe du professeur Michel Akotianga.

n’a pas droit aux funérailles qui doivent la conduire dans l’au-delà. Sur la base de ces considérations, les femmes et les filles de la région subissent l’excision avec des instruments non adaptés.

Grâce aux différentes sensibilisations sur les méfaits de l’excision à travers les médias, les théâtres-forums, les films de sensibilisation, de plus en plus de femmes s’opposent à la pratique de l’excision. C’est ainsi que ce vendredi 30 janvier 2009, le bloc opératoire de Pô a accueilli des spécialistes pour réparer les séquelles de l’excision. Les patientes étaient nombreuses à cette opération. Beaucoup d’entre elles connaissent des difficultés dans leur vie sexuelle, certaines souffrent de problèmes urinaires, d’autres encore ont des difficultés d’accouchement..

L’équipe de campagne de réparation des séquelles de l’excision était animéepar le Pr. Michel Akotianga, du Pr. Blandine Bonnanet/Tiéba, le Pr. Lankoandé et le Dr. Zongo. La campagne de réparation a été une initiative de l’association Soroptimiste. « Nous avons voulu décentraliser le projet de répartition des séquelles de l’excision pour permettre à bon nombre de femmes d’en bénéficier car, à Ouagadougou, les femmes ont facilement accès à ces réparations », a déclaré le Pr. gynécologue obstétricienne Blandine Bonnanet/Tiéba, présidente des Clubs Soroptimistes International de Ouagadougou. Elle a indiqué que l’association locale est soutenue par celle d’Allemagne.

Assita NION

Sidwaya

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Saïdou Maïga, maire de Falagountou : « L’insécurité doit nous amener à investir davantage »
Route Didyr-Toma : 12 mois de retard, 7 km de bitume sur 43 km
48 heures de la citoyenneté : Une série d’activités pour sensibiliser les jeunes de la région de l’Est
Boucle du Mouhoun : Un projet pour accroître l’accès à l’énergie
Paroisse de Toma : Le nouveau curé installé
Diocèse de Dédougou : Monseigneur Prosper KY rend visite aux chrétiens de Toma
Journée de l’excellence du Conseil régional de l’Est : Le nom du premier au Bac aurait été remplacé par un autre
Région de l’Est : Les acteurs de la justice sensibilisés à la lutte contre la corruption
Education : Les nouveaux directeurs régionaux de la Boucle du Mouhoun installés dans leurs fonctions
Région des Hauts-Bassins : Le pont de Banakeledaga emporté par les eaux quelques mois après sa construction
Rumeurs d’attributions frauduleuses de parcelles à Gaoua : La conséquence d’un manque de communication, selon le maire
Toma : 100 plants pour reverdir l’environnement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés