Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’homme sans patience, c’est une lampe sаns huilе. » Alfred de Musset

Querelles intestines au CDP/Houet : Rock Marc Christian Kaboré crève l’abcès

Accueil > Actualités > Politique • • lundi 2 février 2009 à 02h13min

Le président du Bureau exécutif national (BEN) du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), Rock Marc Christian Kaboré, a rencontré les responsables des structures du parti majoritaire de la province du Houet à Bobo-Dioulasso, le 31 janvier 2009. Il leur a donné des informations sur la vie du parti à cette occasion et “mis les points sur les i” en ce qui concerne certains comportements “propres aux militants du Houet”.

Avec des mots parfois durs à l’endroit des responsables des structures du CDP/Houet, le président Rock Marc Christian Kaboré a fustigé le manque de cohésion et d’unité entre les militants qui, a-t-il déploré, “ne fait pas honneur au parti”. Il a décrié l’existence de groupuscules antagonistes qui ne font pas l’unité du CDP.

Il a même soutenu qu’il n’avait pas envie de venir à Bobo-Dioulasso à cause des mesquineries qui ont toujours donné du fil à retordre à la direction du parti. “Je ne veux pas entrer dans des histoires qui ne sont pas celles du parti”, a prévenu le président du parti au pouvoir. Pourtant, dit-il, 2009 est une année de défis. Le premier de ces défis est, selon lui, la mise en œuvre des recommandations de la Convention nationale du CDP, tenue les 13 et 14 septembre 2008. Le deuxième défi est l’autonomie financière du parti. “Le CDP est un grand parti, qui gagne des victoires, mais dont les militants ne cotisent pas conséquemment alors que chacun veut être responsable”, leur a-t-il dit.

Faisant allusion au prochain congrès, Rock Marc Christian Kaboré a soutenu que : “celui qui ne participe à rien ne peut prétendre à quoi que ce soit” et qu’il est toujours gêné d’avoir à demander le soutien financier du Président du Faso pour l’organisation des activités du CDP.

Il a informé les militants que des cotisations spéciales ont même été instituées et chaque responsable devra s’en acquitter avant la tenue de ce congrès pour avoir voix au chapitre. “On fera avec ce qu’on aura récolté”, a martelé Rock Marc Christian Kaboré. Pour les cotisations habituelles, “chaque militant devra prouver par son apport personnel et constant qu’il est du parti ”, selon lui avant d’inviter les responsables à donner l’exemple.

Pour l’administration du parti dans le Houet, le président a apporté les cartes de militants, les cahiers de militants, les registres pour recenser tous les vrais militants, c’est-à-dire ceux qui paient régulièrement leurs cotisations.
Le CDP a déjà en ligne de mire l’élection présidentielle de 2010 et son président a exhorté les militants du Houet à se mettre en ordre de bataille “dès maintenant”.

Rock Marc Christian Kaboré a également levé l’équivoque qu’il y a entre le CDP et la FEDAP-BC qui sont respectivement un parti et une organisation de masse, selon ses explications. “Il n’y a aucune bagarre, animosité et adversité entre eux. Nous sommes complémentaires sur le terrain ”, a soutenu le président du CDP. Aussi, a-t-il invité les militants du Houet à “ne pas gaspiller [leur] énergie dans des querelles inutiles”.

En ce qui concerne les “refondateurs”, Rock Marc Christian Kaboré a rappelé qu’ils ont été invités à faire leur autocritique et que leur cas sera définitivement tranché au prochain congrès. “S’ils ne font pas cette autocritique, ils seront expulsés du CDP.

S’ils estiment qu’ils sont suffisamment forts, ils peuvent même créer leur parti”, a-t-il déclaré. Les responsables locaux ont été invités à des critiques et autocritiques objectives, assorties de propositions pour faire avancer le CDP et non le diviser davantage lors des prochaines conventions provinciale et régionale. Le secrétaire général provincial du CDP/Houet, Salia Sanou a pris note des instructions et de la nouvelle dynamique voulue par le président du parti, entouré de plus d’une demi-douzaine de membres du bureau politique national.

Urbain KABORE

Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 2 février 2009 à 10:50, par apolitique En réponse à : Querelles intestines au CDP/Houet : Rock Marc Christian Kaboré crève l’abcès

    tant mieu si il ya des querelles au cdp car c’est pour leur propre interet mais pas pour leur peuple

    Répondre à ce message

  • Le 2 février 2009 à 17:41, par Alidou Simporé En réponse à : Querelles intestines au CDP/Houet : Rock Marc Christian Kaboré crève l’abcès

    Coïncidences plutôt troublantes, qui laissent entrevoir qu’il y a des discordances ou des dissonances de voix au plus haut sommet du CDP. En effet, de nombreux militants de base du CDP pensent comme Jacques YODA Militant du CDP Bobo Dioulasso (Le Pays N°4287 du mardi 20 janvier 2009 et San Finna N°498 du 19 au 25 Janvier 2009) que :

    "Le président du Faso a donné raison aux refondateurs" quand il déclare :

    « Écoutez, le Burkina est sur quelle planète ? Même dans les démocraties anciennes, je ne vois pas de parti dirigeant au sein duquel il n’y a pas des débats d’idées, des luttes d’influence, des tendances. Mais tout cela, ça fait progresser un parti politiquement. L’Etat de droit, la démocratie, c’est un environnement de liberté, et s’il n’y avait pas de débats d’idées, de tendances, c’est à ce moment qu’on pourrait dire qu’il y a crise parce que c’est mou. L’essentiel est qu’après ces débats, on en revienne à la ligne du parti, on se réfère à ses principes organisationnels. Je crois que le CDP, comme toute autre formation politique, ne peut, avec ces débats, qu’améliorer et ses orientations, et sa ligne, et ses méthode de gestion de ses structures. Ca ne peut donc que conforter un parti qui veut être un parti d’avenir ». (CF L’Observateur Paalga N° 7278 des mercredi 10 et jeudi 11 décembre 2008, Sidwaya N° 6319 du 10 décembre 2008 et Le Pays N° 4262 du mercredi au jeudi 11 décembre 2008).

    Le président du CDP de Bobo apporte la contradiction immédiate et cinglante : « En ce qui concerne les “refondateurs”, Rock Marc Christian Kaboré a rappelé qu’ils ont été invités à faire leur autocritique et que leur cas sera définitivement tranché au prochain congrès. “S’ils ne font pas cette autocritique, ils seront expulsés du CDP. »

    Rebondissant sur les propos de Yoda Jacques, SAWADOGO T. Harouna
    Militant à la base, Ouahigouya, Secteur 2 , pose cette question aux militants sincères du CDP :

    « BLAISE COMPAORE NE DONNE-T-IL PAS RAISON AUX REFONDATEURS ? »

    Pour lui, est-ce que la direction du CDP est sure et certaine qu’il n’y a pas d’autres cas de « fuite » d’informations dans la presse ? A titre d’illustration il cite :

    « Le Reporter N° 19 – Janvier 2009 (P.2), sous le titre « Le CDP recense ses cadres », rapporte ceci :

    « Dans des courriers confidentiels datés du 6 octobre 2008, Roch Marc Christian Kaboré, président du Congrès pour la Démocratie, demande aux militants du parti occupant de hautes responsabilités, notamment les ministres, de dresser une liste exhaustive des cadres occupant des postes de responsabilités dans les départements ministériels. « Camarade ministre, faisant suive aux délibérations de la convention nationale sur la vie du parti, tenue à Ouagadougou les 13 et 14 septembre 2008, relative à la gestion des cadres du parti et dans le souci de disposer d’un fichier fiable, la direction politique nationale a décidé d’établir la liste complète des cadres du parti occupant des postes de responsabilités politiques ou administratives dans les institutions et départements ministériels. ». Les cadres concernés sont entre autres, les secrétaires généraux, les directeurs des services centraux, les directeurs régionaux, les inspecteurs techniques, les chefs de cabinets, les directeurs généraux de sociétés, les directeurs et chefs de projets, les chefs de services. »

    Le journal se demande à justice titre si cela était « une réponse aux accusations selon lesquelles le parti gère mal ses cadres ».

    « Dans tous les cas, (poursuit le journal), certains ministres, à leur tour, n’ont pas hésité à faire copie de ces courriers à leurs directeurs généraux. Certains d’entre eux se sont ensuite lancés à un recrutement de cadres dans les régions. Si l’on ne peut reprocher au parti de vouloir constituer un fichier fiable de ses cadres, la démarche utilisée n’est ni plus ni moins qu’une politisation de l’administration. Pourquoi faut-il demander à un ministre de recenser les cadres de son département militant dans le parti ? Le CDP n’a-t-il pas d’autres canaux pour cela ? »

    L’acte ainsi posé par le camarade Roch Marc Christian Kaboré constitue un manquement grave et un bafouement sans précédent des principes organisationnels du parti. En effet, il s’agit là d’une initiative malheureuse et inopportune qui permet aux ennemis du CDP de le vilipender partout. Le camarade Roch Marc Christian Kaboré, président du CDP, devait passer par les structures compétentes du parti (les sections et les sous sections), et non par les ministres qui relèvent de structures n’appartenant pas à notre parti.

    Mais si le président du parti en est réduit à passer par des structures autres que celles du parti pour connaître la situation politique et administrative des militants du CDP, il rejoint les refondateurs et confirme par la même occasion que les structures et instances actuelles du CDP ne sont pas fiables comme les refondateurs l’ont bien souligné à maintes reprises. Mais comment des ministres « bombardés » ou « parachutés », dont certains se sont même retrouvés dans le Bureau politique national alors qu’elles/ils ne possédaient même pas la carte du parti, peuvent fournir des renseignements fiables sur la situation politique et administrative des militants du parti ?

    Même les ministres militants aguerris ne peuvent connaître que les militants ressortissant des communes ou provinces dont eux-mêmes sont originaires. Un recensement des militants du CDP, pour être fiable, doit partir de la base où tout le monde connaît tout le monde.

    Et c’est cette vérité fondamentale que les jeunes du CDP de l’Arrondissement de Sigh Noghin ont affirmé dans une lettre ouverte adressée au président du parti (et publiée dans Le Pays du vendredi 12 septembre 2008 ‘Pot Pourri’, L’Observateur Paalga N° 7218 du lundi 15 septembre 2008 et San Finna N° 480 du 15 au 21 septembre 2008), lettre ouverte dans laquelle ils s’insurgent contre les pratiques qu’ils qualifient de « anti-statutaires du président national des jeunes et celui provincial » (sic) ;

    « Par la présente, nous tenons à porter à votre connaissance et à celle de l’opinion publique, notre désappointement face à la pratique anti-statutaire qui a émaillé le renouvellement du bureau de la coordination d’arrondissement des jeunes à Sig-Noghin. Roch M C Kaboré, Président du CDP Nous nous sommes vus obligés de nous adresser à vous par voie de presse, car l’importance de ce nous tenons à dénoncer mérite d’être portée à la connaissance du public.

    Pour ce faire, nous ne nous reconnaissons pas à travers cette coordination créée de toutes pièces par le président national des jeunes et le président provincial des jeunes sortant qui seuls connaissent les tenants et les aboutissants de leurs actes .Cette coordination n’est pas le reflet de la volonté des populations de Sig-Noghin et personne ne saura mieux choisir ses représentants. A ce propos, un proverbe mossi dit ceci « si le chien prétend mieux connaître la forêt que le singe, il a menti ».

    Quant au camarade Mahama Sawadogo, membre du Bureau exécutif national (BEN), et président du groupe parlementaire CDP, il doit être suspendu de toutes ses fonctions au sein du CDP « pour exhibitionnisme maladif et obsessionnel dans les médias portant gravement atteinte à la crédibilité, à l’image et aux intérêts du CDP ».

    Les Refondateurs sont-ils les seuls militants du CDP dont les écrits ont été repris dans les médias ? Faites vous-même votre jugement à partir de ce qui précède.
    Alidou Simporé

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2009 à 02:59, par mitbaketa En réponse à : Querelles intestines au CDP/Houet : Rock Marc Christian Kaboré crève l’abcès

    Décidement la question qui se pose au jour d’aujourdhui est la suivante : que representent les décideurs au sein du parti en déhors du parapluie blaise et que protègent t-il ? Voici un parti visiblement malade parceque gérer par une poignée de personnes qui ne doivent leur poste qu’à blaise compaoré et qui passent le temps à se comporter en véritables irresponsables à travers les actes qu’ils posent et des propos qu’ils tieenent.
    1)Comment un président d’un parti qui se dit fort peut-il déclarer en substance le tarissement du soutien "financier " du parti pour l’organisation des congrès . Si cela est un début de transparence sur les origines du financement du parti ce n’est pas le moment ou les premier ex responsables du pouvoir sont accusé de recevoir des prets illégaux de la CNSS qu’il faut tenir de tels propos.
    2) de la menace d’expulsion des refondateurs. il ya dabord le ton, cette pseudo assurance hérité de la période revoution sied surtout quand on connait l’homme. et d’ailleurs s’il ne tenait qu’à un bon nombres de personnes favorables à leur cause ils seraient déjà partis, mais, parce que ayant reçu une éducation ou l’honneur et la parole donnée sont des traits d’un vrai burkinabè d’avant la revolution ils se feront encore avoir par cette poignées de gens qui du reste ne perdre rien pour attendre même si parmi eux certains excellent dans les voltes faces pour comme juda nier 3 fois ce qu’ils ne seront pas demain.
    3) quant à l’analyse faite sur les déclaratons du président il ne faut pas se faire des illusions . il faut lire la déclaration dans son entièrete et comprendre que celui qui finance le parti ne peut qu’avoir été consulté avant tout acte posé par le parti. alors anciens cnpetiste la farine ce n’est pas uniquement en cote d’ivoire qu’on en fabrique.Vous allez vous faire entuber pour avoir toujours été aux avants postes de la sincérité.Car si en 1996 vous aviez rencontré messieur sincère à travers le s chemins de la recherche de la paix. ce monsieur à dépuis quitté les chemins du burkina et n’est plus jamais revenu.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gestion du COVID-19 : L’opposition soupçonne de l’affairisme du pouvoir autour de la pandémie
Suspension des salaires d’agents de la fonction publique : L’UPC dénonce une démoralisation des agents
Lutte contre le COVID-19 : L’Union pour la République (UPR) exhorte les populations à la discipline
Mesures du président du Faso : Le Parti socialiste du Burkina invite Roch Kaboré à tourner aussi un regard vers le secteur public
Mesures du président du Faso : La Marche pour la Patrie (LMP) regrette qu’elles n’aient pas pris en compte la suppression de l’IUTS
Mesures d’accompagnement : Et le secteur primaire ?
Covid-19 : Le CDP propose des mesures sociales pour aider les populations
Lutte contre le COVID-19 : Le soutien de l’Alternative patriotique panafricaine/Burkindi (APP/ Burkindi) à l’ensemble des Forces-vives de la nation burkinabè
Gouvernance en Afrique : Quand les forces « invisibles » dictent leur Loi !
Politique : L’UPC en deuil
Coronavirus : PDIS-LAAFIA transforme ses activités politiques en campagne de sensibilisation et de distribution de kits de protection
Pandémie de coronavirus : Des partis politiques confinés au télétravail et à l’adaptation !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés