Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un gagnant est un rêveur ,qui n’a jamais abandonné.» Nelson Mandela

SIAO 2008 : Un bilan à mi-parcours globalement positif

Accueil > Actualités > DOSSIERS > SIAO 2008 • • jeudi 6 novembre 2008 à 17h53min

Le onzième Salon international de l’artisanat de Ouagadougou se poursuit jusqu’au 09 Septembre 2008. Pendant qu’il aborde aujourd’hui 05 Novembre sa sixième journée, le comité général d’organisation a convié la presse pour faire le point du déroulement de la manifestation à mi-parcours. Le bilan est largement positif à croire les responsables des différentes commissions.

Le SIAO se déroule normalement, sans heurts majeurs. C’est ce qui ressort du bilan à mi-parcours dressé par le commissariat général du salon ce matin 05 Novembre. Jean Claude BOUDA et ses hommes ont tenu une conférence de presse pour le signifier aux journalistes. Cet exercice qui est une première répond à un souci de transparence dans l’organisation. Tout le monde doit être informé jour après jour. A quatre jours de la clôture, les objectifs sont qualifiés de satisfaisants.

Pour plus de fluidité et de précision des informations, le commissaire général du SIAO a laissé chaque responsable de commission faire le bilan à son niveau. De part et d’autre tout semble aller pour le meilleur des mondes possibles. C’est du moins l’avis des différents intervenants.

Une cinquantaine d’agents de sécurité sont postés aux différentes entrées du salon, de la grande porte aux pavillons. Sans oublier une centaine d’autres habillés en civil pour épauler les premiers. Police nationale, police municipale, police judiciaire, compagnie républicaine de sécurité (CRS), tous ont mis la main à la patte pour la réussite de la biennale de l’artisanat africain. Cet arsenal sécuritaire a permis de réduire considérablement les vols cette année qui étaient de l’ordre de cent par jour les éditions précédentes. Au sixième jour de la manifestation, on enregistre tout de même 17 plaintes selon le responsable de la sécurité dont 9 vols de téléphones portables, des sacs à main et des porte-monnaie. Mais la perte la plus importante est sans conteste celle d’une caméra.

Il faut retenir que 224 acheteurs professionnels en provenance de 34 pays ainsi que des artisans de 26 pays ont répondu présent à ce salon artisanal. Ce qui a conduit à des débordements au niveau de l’attribution des stands. Pour pallier la situation, 40 stands ont été construits en plein air c’est-à-dire hors des pavillons pour satisfaire la demande. Il faut débourser la somme de 100 000f pour les occuper. Ces stands ainsi que bien d’autres offres de service ont permis d’accroître les recettes de l’ordre de 20% par rapport à l’édition précédente.

Le SIAO intéresse de plus en plus. Cette onzième édition a suscité l’engouement des artisans mais aussi les hommes de médias à croire le responsable de la commission accréditation. Ainsi 6613 personnes ont été accréditées dont 3421 badges pour les exposants et leurs accompagnateurs et 575 journalistes de 106 organes de presse.

Le 20e anniversaire semble donc être une réussite déjà à quelques jours de sa cloture. Le satisfecit est certes lisible sur les visages des organisateurs. Mais il n’en demeure pas moins qu’il y a aussi eu des couacs à gérer par Jean Claude Bouda et ses hommes. Le cas de la société de fabrication de jus Dafani chassé manu militari de l’aire d’exposition s’est invité aux débats. Le commissaire général du SIAO s’est voulu, on ne peut plus clair. Dafani relève de l’industrie pas de l’artisanat. Pire elle est passée par des méthodes pas commodes pour accéder au site. En clair la société est passée par l’intermédiaire d’une société de fabrique de jus de mangues pour avoir un stand. Ce que Jean Claude Bouda n’a pas hésité de qualifier de « faux et usage de faux ». Selon Monsieur Bouda, l’expulsion a été beaucoup plus « militaire » parce que le patron de Dafani a voulu faire du forcing en menaçant ses collaborateurs. Pour lui, c’est purement et simplement de la provocation et il ne se laissera pas faire. « Advienne que pourra, nous ne cèderons pas à la provocation », a martelé le n°1 du SIAO. Et d’ajouter que la société de téléphonie mobile Télécel a subi aussi la même loi de l’expulsion car ne relevant pas du domaine de l’artisanat.

Le SIAO 2008 se passe bien, pourrait-on résumer les propos des différents responsables de commission. Les objectifs sont globalement atteins, mais « attention il ne faut pas tomber dans l’auto satisfaction car le SIAO n’est pas encore terminé », a conclu le commissaire général du salon Jean Claude Bouda.

Moussa DIALLO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
SIAO 2008 : Un bilan à mi-parcours globalement positif
Ibrahim Komi, un soldat artiste au SIAO
CODEPA : Les pays membres du appelés à s’acquitter de leurs cotisations
La vision commerciale des artisans potiers au SIAO
Centre Aney Univers des Arts : l’artisanat au profit des orphelins
L’Ethiopie au SIAO : “Travailler ensemble pour le continent“
SIAO 2008 : Ouaga sous les feux de la rampe
SIAO 2008 : Les organisateurs annoncent un événement grandiose
SIAO 2008 : Des innovations majeures
SIAO 2008 : A la conquête du public français
SIAO 2008 : Le Délégué Général rencontre la presse allemande à Berlin
SIAO 2008 : Installation du commissariat général
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés