Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui vеut сhеrсhеr dеs реrlеs dοit рlοngеr еn рrοfοndеur.» John Dryden

RAPT D’UN OPPOSANT EQUATO-GUINEEN AU CAMEROUN : Réfugiés en danger !

Accueil > Actualités > International • • dimanche 19 octobre 2008 à 23h43min

Le récent enlèvement d’un opposant équato-guinéen au Cameroun illustre jusqu’à quel point les réfugiés sont en danger en Afrique. Cet acte laisse perplexe du fait de ses multiples interrogations. Quel est le statut véritable de l’intéressé ? Bénéficie-t-il réellement de la protection de l’Etat camerounais ? Pourquoi les autorités de la Guinée équatoriale ont-elles pris le risque de provoquer un incident diplomatique ? N’aurait-il pas été préférable de faire une demande d’expulsion officielle si tant est qu’il y avait délit ?

Qu’entend faire le Cameroun en cas d’ex-filtration de l’opposant ? Qu’en est-il des autres réfugiés et quelles mesures sont envisagées pour assurer dorénavant leur protection ? La question des réfugiés laisse à désirer dans les pays d’accueil. Car, en plus des difficultés de la vie quotidienne qu’il partage avec les populations, le réfugié vit ses propres angoisses.

Combien d’entre nous en savent-ils sur le drame quotidien de ceux qui, la peur au ventre, ont dû subitement un jour tourner le dos à leur pays, parfois après avoir tout perdu ? Pour ceux qui décident de s’établir définitivement et de s’enraciner dans les cultures locales, il y aura toujours la peur des différences que malheureusement les circonstances remettent impitoyablement à nu au moment le plus inattendu. Pour les plus nostalgiques qui espèrent un jour retourner au pays natal, la vie sera sans cesse rythmée par des hésistations. Comment revenir en arrière sans redouter les incertitudes d’un changement de régime politique, économique ou sociale ? L’évolution du continent montre que partout la situation est précaire.

Ceci en raison même du poids de la mal gouvernance, laquelle conduit inévitablement à des situations de blocage et donne prétexte à des levées de boucliers. Chaque pays, d’une façon ou d’une autre, connaît donc des remous sociaux profonds, des formes diverses de guerres civiles, larvées ou perlées. Ainsi, des pays dont on n’osait pas douter de la stabilité et de la prospérité sur le long terme, ont fini par donner la preuve qu’effectivement, nul n’est à l’abri du feu qui couve ailleurs. L’Afrique draîne des millions de réfugiés car la mal gouvernance y est une réalité tenace. Certains dirigeants ne font aucun effort sérieux pour faire avancer la démocratie dans leurs pays. Les libertés démocratiques y sont quasi inexistantes, et chaque jour que Dieu fait, des opposants, parfois même d’anciens collaborateurs exploités puis humiliés, empruntent malgré eux le dur chemin de l’exil. Le réfugié dont la tête est mise à prix dans son pays d’origine, demeure donc une cible de choix tant pour les délateurs que pour les professionnels et les amateurs du rapt.

La situation prend des proportions inquiétantes en raison de la corruption qui gangrène les services publics et pousse les fonctionnaires véreux à troquer leur signature contre des espèces sonnantes et trébuchantes. N’est-il pas indécent dans l’exemple camerounais de voir agir ainsi des agents de sécurité, donc du personnel assermenté chargé de faire respecter la loi et de veiller à la sécurtié individuelle et collective ? Il y a comme un "deal" au nom de la vie chère et des salaires de misères qui sont ceux des travailleurs camerounais. A raison de 15 millions de CFA chacun, les deux agents indélicats ont à coup sûr, trouvé préférable de risquer la prison que de poursuivre une vie d’enfer qui s’intensifiera lorsque viendra la période de la retraite. Ces pratiques aussi honteuses confirment bien la perte des répères. Une valeur aussi légendaire que celle de l’hospitalité africaine, est sérieusement en panne dans plusieurs de nos pays. Malgré les tentatives d’intégration, force est de reconnaître en effet que l’acceptation de l’autre reste encore un vœu pieux. Ceci est valable tant à l’intérieur d’un pays qu’à travers les régions du continent. Par ailleurs, le réfugié africain vit dans des conditions précaires.

Parti de chez lui à la sauvette, il n’aspirait cependant pas, une fois son intégrité physique et morale préservée, à vivre dans le pays d’accueil dans des conditions parfois indescriptibles. Il reste que la plupart de nos pays ne peuvent offrir que ce qu’ils ont, assujettis comme ils sont à des politiques économiques et sociales déplorables. Tout comme le citoyen lambda, le réfugié subit lui aussi les affres d’un environnement qu’il n’a pas souhaité. Enfin, de plus en plus l’Occident ferme ses portes au réfugié africain. Outre les restrictions budgétaires, la montée des forces conservatrices généralement hostiles à l’ouverture des frontières, il faut aussi compter avec les abus de toutes sortes qui portent sérieusement un coup à la crédibilité des demandeurs d’asile. Le rapt crapuleux enregistré au Cameroun n’est pas chose banale. Le gouvernement Biya, comme tous les autres sur le continent, est responsable devant la communauté internationale de la vie des réfugiés se trouvant sur son sol.

Par conséquent, il doit porter assistance à la victime du rapt. C’est une question d’honneur et de bon sens. Les autorités camerounaises risquent leur crédibilité, elles qui cherchent à convaincre l’opinion et les partenaires techniques et financiers, de leur détermination à combattre la corruption. Mais comment convaincre de l’efficacité d’une telle politique si les policiers eux-mêmes peuvent se transformer en délinquants ? Au-delà du Cameroun, cet acte inqualifiable interpelle autant les dirigeants du continent, notamment l’Union africaine, que ceux de la communauté internationale. Ils devraient prendre ce dossier au sérieux et suivre de près la question des libertés démocratiques en Guinée équatoriale. De même, il est temps de revoir les instruments de mesure de la démocratie à travers la capacité des Etats africains à héberger les réfugiés politiques. L’idéal, bien sûr, est qu’il n’en existe pas. Car tout réfugié politique est le résultat de la non-existence d’un Etat de droit.

"Le Pays"

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Côte d’Ivoire : La réforme la Commission électorale divise la classe politique
Côte d’ivoire : Les conclusions de la rencontre entre Bédié et Gbagbo à Bruxelles
20 ans de règne de Mohammed VI au Maroc : Une vision royale pour une Afrique prospère et décomplexée
Lutte contre le terrorisme : 250 soldats britanniques attendus au Mali en 2020
Sénégal : La voiture de Macky Sall avec à son bord le président malien prend feu
CEDEAO : Alassane Ouattara espère que la monnaie unique sera mise en place "le plus tôt possible"
Le Togo organise des élections municipales après 32 ans
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié reste campé sur ses propos controversés sur les étrangers
Madagascar : La fête nationale endeuillée (au moins seize morts)
Guinée-Conakry : Le président Alpha Condé tient à la modification de la Constitution !
UNESCO : Bilan satisfaisant pour le Burkina Faso à la septième session de la conférence des parties à la Convention de 2005
Togo : Les élections locales fixées au 30 juin
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés