Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant» P. Bolton

Pr. Joseph Ki-Zerbo : « Ce régime doit mettre fin à son propre pouvoir »

Accueil > Actualités > Politique • • lundi 28 juin 2004 à 08h27min

A la faveur de la tenue de la session ordinaire de son Bureau politique national (BPN), le Parti pour la démocratie et le progrès/parti socialiste(PDP/PS) a donné une conférence de presse, en son siège, le samedi 26 juin 2004. Entre autres objectifs de cette rencontre, livrer la synthèse de ladite session et faire connaître les prises de position du parti sur certains sujets d’actualité dont l’article 37.

Les textes fondamentaux du Parti pour la démocratie et le progrès/ parti socialiste font obligation à son Bureau politique national de tenir une fois tous les 6 mois sa session ordinaire. Le PDP/PS a sacrifié donc à cette injonction en tenant la présente session le samedi 26 juin dernier et en marquant sa clôture par une conférence de presse, histoire de se donner une certaine visibilité à son action. Le prétexte est tout trouvé et justifié.

Une occasion où les dispositions des textes organisationnels du parti sont respectées, où les cadres sont informés, une fois de plus, sur les principes organisationnels et le fonctionnement du parti et où l’opportunité est offerte au parti de fournir « l’information juste et appropriée » nécessaire à la compréhension du contexte du moment et à la défense des prises de position du parti. Le décor est ainsi planté.

Et pour parler de visibilité de cette journée, l’absence de la télévision nationale a été soulignée par le professeur Joseph Ki- Zerbo, qui parle à ce propos de « mensonge par omission ». Dans sa déclaration liminaire, le PDP/PS a situé ce qu’il appelle le champ d’investigation de la session statutaire ordinaire, qui couvre la période qui s’est écoulée depuis les élections législatives de mai 2002.

L’on retiendra que l’intérêt particulier que connaît la tenue de cette session est, toujours selon ce qui ressort de la déclaration liminaire, lié à la qualité de l’actualité politique du moment, aux échéances en perspective et surtout à la tenue prochaine du congrès du PDP/PS. De la synthèse des décisions prises à l’occasion de la session ordinaire du BPN, le 26 juin dernier et qui a été livrée aux hommes de médias, on note que, concernant la situation nationale, le BPN stigmatise l’ensemble des mesures et décisions du pouvoir qui sont précises et constituent des entraves à la démocratie : c’est entre autres les modifications unilatérales apportées au Code électoral par le CDP ; l’interprétation abusive faite de l’article 37 de la constitution, tendant à avaliser la candidature de Blaise Compaoré.

A propos des échéances électorales, le PDP/PS affirme qu’il participera à la présidentielle de 2005 ainsi qu’aux municipales prochaines. Pour son congrès qui aura lieu dans la deuxième quinzaine du mois de novembre prochain, le parti du Pr Joseph Ki-Zerbo annonce qu’il se tiendra sous le thème : « Pour quel projet de société lutte le PDP/PS ? ». Ce parti a saisi l’occasion pour réaffirmer sa solidarité avec l’ensemble des forces de l’opposition « réelle » dans leur lutte, en particulier celle que mène le G 14.

Comme on pouvait s’y attendre, la question de l’article 37 a été abordée. Et sur le sujet, le Professeur Joseph Ki-Zerbo a donné son opinion. Il dira en substance que l’esprit de l’article est connu : la limitation des mandats. « Il faut limiter le pouvoir ; il faut qu’un autre pouvoir arrête le pouvoir d’aujourd’hui ». Pour le « vieux », le non-respect de l’esprit de l’article 37 pose aussi un problème éthique. Et le président du PDP/PS d’asséner sa vérité, « ce régime, pour éviter le pire, doit mettre fin à son propre pouvoir ».

A la question de savoir si le professeur va se présenter lui-même comme candidat en 2005, ou s’il va laisser la place à un autre, il répondra tout simplement d’attendre la décision « du peuple souverain » du parti au congrès de novembre prochain.

Agnan Kayorgo
L’Observateur Paalga

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Investiture du candidat du MPP à la présidentielle : « Notre bilan est incontestable », brandit Simon Compaoré
Candidature à l’élection présidentielle : Blaise Compaoré donne son OK pour la procédure d’investiture d’Eddie Komboïgo
Échéances électorales 2020 au Burkina Faso : La classe politique rejette le découplage des législatives
Politique : L’Opposition non affiliée contre la prorogation du mandat des députés
Prorogation du mandat législatif : Eddie Komboïgo « met en garde » le président de l’Assemblée nationale
Application de la loi 081 : La coordination régionale des instituteurs principaux dénonce une injustice subie
Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits
Investiture du candidat MPP à la présidentielle : Dans des coulisses des préparatifs avec Bruno Sougrinoma Dipama, responsable de commission
Budget de l’Etat gestion 2020 : Les députés adoptent la loi de finances rectificatives.
Elections couplées 2020 : L’ADF RDA s’insurge contre une éventuelle tentative de prorogation du mandat législatif
Découplage des élections de 2020 : L’UNIR-PS rejette la tentative de proroger le mandat législatif
Politique : Non au report des élections !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés