Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne vous laissez pas éteindre, vous ne savez pas pour qui vous êtes lumière. »  Igor Markvitch

Blaise COMPAORE, le bon choix : L’archevêque persiste et signe

Accueil > Actualités > Politique • • jeudi 7 août 2008 à 12h04min

Alors que sa sortie de 2005, à l’occasion de laquelle il avait déclaré qu’il ne voyait pas mieux que Blaise COMPAORE pour occuper le fauteuil présidentiel, avait déclenché un tollé dans certains milieux « bien pensants », l’archevêque de Ouagadougou, Jean-Marie Untani COMPAORE est resté constant au cours d’une interview accordée à un de nos confrères : en l’étape actuelle du processus démocratique du Faso, Blaise COMPAORE est « le meilleur choix ».

On peut tout reprocher aux hommes d’église, sauf de manquer de discernement et d’esprit critique quand ça ne va pas. A preuve, leurs adresses sévères à l’endroit des gouvernants chaque fois qu’ils estiment que la situation l’exige soit en raison de contingence politique, soit du fait de problèmes socioéconomiques vécus par leurs ouailles. Certains leur reprochent même d’en faire trop si tant est qu’aucun dirigeant conscient et conséquent (nous avons la faiblesse de penser que les tenants actuels du pouvoir le sont) ne souhaite voir les populations croupir dans la misère.

Nos évêques n’aiment donc guère les compromis encore moins les compromissions et, que dans cette occurrence, l’un des premiers d’entre eux en vienne à dire qu’un président est le « bon », c’est qu’il doit avoir de bonnes raisons de le faire. Nous passons outre les thèses volant au ras de paquerelles selon lesquelles « il n’y a rien de plus normal qu’un COMPAORE défende un COMPAORE », pour dire que c’est suite à une analyse pointue du landernau politique burkinabè que Untani a fait cette déclaration. En effet, lors de la présidentielle de 2005, en dehors de deux ou trois candidats (encore que) Blaise COMPAORE avait en face de lui, des plaisantins plus qu’autre chose.

Des candidats incapables de s’entendre sur le minimum, si bien qu’ils sont allés à la compétition divisée, ce qui leur donnait peu de chances de vaincre la machine électorale mise en branle par le camp d’en face. Qui pis est, le profil de certains candidats devrait leur interdire de se présenter à ce noble scrutin. A ce propos, il ne serait pas superflu de revenir sur les critères d’éligibilité à la présidence du Faso, en instaurant par exemple le parrainage. Untani COMPAORE n’est pas bête (loin de là) et il sait pertinemment que de tels candidats ne peuvent que conduire le Burkina Faso dans une aventure aux conséquences incalculables.

Le président du Faso Blaise COMPAORE largement élu le 13 novembre 2005 avec plus de 80% des voix devant ses 12 challengers

A contrario, Blaise COMPAORE, en dehors de son assise nationale, a su, au fil des ans, se tailler un costume taille-patron d’habile et efficace médiateur dans les différents conflits et crises. Une aura qui a rejailli sur son pays devenu depuis un carrefour politico-diplomatique abritant de grandes rencontres. Comme disent les Américains, « quand on a du steak à la maison, on ne va pas chercher de la viande hachée au dehors ». Ce n’est donc point une « affection familiale » (du reste il n’y a aucun lien de parenté entre les deux hommes en dehors du fait qu’ils sont Burkinabè) qui a prévalu à cette prise de position, mais une analyse froide et raisonnée de la situation.

A ce propos, il n’est pas surperflu de dire que cette impression que Blaise COMPAORE est le meilleur est plus que jamais prégnante. Nos opposants se complaisent de plus en plus dans la médiocrité, ce qui nous amène à appréhender l’échéance de 2015 avec moult interrogations. Qui pour succéder à Blaise COMPAORE, surtout que dans son propre camp, les soubresauts ne manquent pas ?

Un véritable dilemme qu’une éventuelle révision de la Constitution prorogeant la durée des mandats présidentiels pouvait seule résoudre. L’hypothèse n’est pas du tout farfelue et l’on pourrait la soumettre à la sentence du peuple. Vox populi, vox Dei.o.

Par Alpha YAYA

L’Opinion

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gestion du COVID-19 : L’opposition soupçonne de l’affairisme du pouvoir autour de la pandémie
Suspension des salaires d’agents de la fonction publique : L’UPC dénonce une démoralisation des agents
Lutte contre le COVID-19 : L’Union pour la République (UPR) exhorte les populations à la discipline
Mesures du président du Faso : Le Parti socialiste du Burkina invite Roch Kaboré à tourner aussi un regard vers le secteur public
Mesures du président du Faso : La Marche pour la Patrie (LMP) regrette qu’elles n’aient pas pris en compte la suppression de l’IUTS
Mesures d’accompagnement : Et le secteur primaire ?
Covid-19 : Le CDP propose des mesures sociales pour aider les populations
Lutte contre le COVID-19 : Le soutien de l’Alternative patriotique panafricaine/Burkindi (APP/ Burkindi) à l’ensemble des Forces-vives de la nation burkinabè
Gouvernance en Afrique : Quand les forces « invisibles » dictent leur Loi !
Politique : L’UPC en deuil
Coronavirus : PDIS-LAAFIA transforme ses activités politiques en campagne de sensibilisation et de distribution de kits de protection
Pandémie de coronavirus : Des partis politiques confinés au télétravail et à l’adaptation !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés