Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

El-Béchir au Darfour : Mieux vaut tard que jamais

Accueil > Actualités > International • • jeudi 24 juillet 2008 à 11h51min

A quelque chose malheur est bon. Un peu plus d’une semaine après que le procureur de la CPI a réclamé un mandat d’arrêt contre lui pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité au Darfour, le président soudanais effectue une visite dans cette zone en guerre où il ne s’y était pas rendu depuis 2007.

Il devait y rencontrer les responsables locaux et par la même occasion, assister à des cérémonies populaires en son honneur. Un an d’absence sur le territoire darfouri, le temps paraît suffisamment long pour une région en proie à une situation sécuritaire extrêmement volatile. Et c’est en cela que la visite du président Omar el-Bechir est intéressante, voire cruciale. Intéressante en ce sens qu’elle pourrait faire bouger les lignes, même si d’aucuns ont vu au déplacement de l’homme fort de Khartoum une offensive pour contrer les accusations du procureur de la CPI. De fait, Omar el-Bechir voudrait bien faire croire au reste du monde qu’il a le soutien entier de cette province.

En tous les cas, on n’aurait pas parié un sou sur un second déplacement au Darfour, si le dirigeant soudanais n’avait pas eu au-dessus de sa tête dégarnie l’épée de Damoclès brandie depuis la CPI. Suite à la demande d’inculpation du procureur Luis Moreno-Ocampo, Omar El- Bechir adopte une posture nouvelle. Et c’est tant mieux si cette posture va permettre aux populations du Darfour, restées trop longtemps au fond du tunnel, d’entrevoir enfin la lumière du jour.

Une inculpation du n°1 soudanais ne présage rien de bon et l’on comprend du reste les réserves formulées par la Ligue arabe ainsi que l’Union africaine qui demande un sursis d’au moins un an, dans la procédure de la CPI visant le président soudanais. Ce dernier a, du reste, sorti une carte de sa botte secrète, pour éviter la CPI, en proposant de mettre en place des Tribunaux spéciaux chargés de juger les auteurs de crimes au Darfour.

Mais, quels que soient les arguments et positions des uns et des autres, des soutiens ou des détracteurs de l’homme fort de Khartoum, on peut croire qu’ils se rejoignent au moins sur un point : la guerre au Darfour n’a que trop duré et il est temps de mettre fin aux massacres. Quant aux soutiens locaux du président, ces grands pourfendeurs des procédures de la Justice internationale qui tente d’enserrer son étau sur leur idole, ils auraient tort de crier à tout va à la conspiration. Les bains de foule et les mobilisations de soutien accordés à leur héros ne sauraient faire oublier la dure réalité d’une crise restée jusque-là insoluble.

C’est maintenant ou jamais ! Le contexte actuel offre une nouvelle chance au dirigeant soudanais qui n’a pas le droit de décevoir tous ceux qui ne désespèrent toujours pas du Darfour, et qui croient encore en une solution négociée de la crise.

En tout état de cause, les clefs du problème darfouri sont surtout entre les mains de Khartoum et, en particulier, du président Omar El- Béchir. Sachant que la communauté internationale le tient encore plus à l’œil, prendra-t-il en considération toutes les critiques en rapport avec les violations des droits de l’homme et les crimes commis au Darfour, aux fins de corriger le tir ? La tragédie a, en tout cas, assez duré.

Cheick Beldh’or SIGUE

Le Pays

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Présidentielle en Guinée Bissau : Le premier parti d’opposition réclame un fichier électoral fiable
Côte d’Ivoire : La réforme la Commission électorale divise la classe politique
Côte d’ivoire : Les conclusions de la rencontre entre Bédié et Gbagbo à Bruxelles
20 ans de règne de Mohammed VI au Maroc : Une vision royale pour une Afrique prospère et décomplexée
Lutte contre le terrorisme : 250 soldats britanniques attendus au Mali en 2020
Sénégal : La voiture de Macky Sall avec à son bord le président malien prend feu
CEDEAO : Alassane Ouattara espère que la monnaie unique sera mise en place "le plus tôt possible"
Le Togo organise des élections municipales après 32 ans
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié reste campé sur ses propos controversés sur les étrangers
Madagascar : La fête nationale endeuillée (au moins seize morts)
Guinée-Conakry : Le président Alpha Condé tient à la modification de la Constitution !
UNESCO : Bilan satisfaisant pour le Burkina Faso à la septième session de la conférence des parties à la Convention de 2005
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés