Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Niger : Le MNJ face à ses propres démons

Accueil > Actualités > International • • lundi 2 juin 2008 à 12h03min

La rébellion touarègue nigérienne, ne se signale pas, pour une fois, par une attaque quelconque contre l’armée régulière. Elle doit gérer ses propres démons, ceux de la division. La crise que connaît la rébellion, avec l’émergence d’un autre groupe, le Front des forces de redressement (FFR) est-elle de nature à la fragiliser ou alors va-t-elle donner encore plus de fil à retordre au pouvoir nigérien ?

En général, l’émiettement d’une rébellion armée rend peu visible son combat politique tout en réduisant sa capacité à tenir tête à l’adversaire. Pour le cas des Touaregs, ces derniers mois ont donné lieu à des processus de rapprochement transfrontalier notamment entre Maliens et Nigériens. C’est dire qu’il y a toujours un inconvénient à se disperser. Mais la nouvelle donne nigérienne facilitera-t-elle pour autant la tâche aux stratèges militaires nigériens dont l’option est claire : la guerre à outrance ? Peut-être que momentanément, la rébellion peut être affectée par ces dissonances. Mais si l’on en croit le MNJ (Mouvement des Nigériens pour la justice), le principal acteur sur le terrain, ses forces restent intactes.

En d’autres termes, le MNJ est toujours le même. N’empêche que la brèche provoquée par la dissidence montre bien que la rébellion n’est pas soudée et qu’elle peut éclater à tout moment. Le régime de Niamey pourrait bien sûr être tenté de se frotter les mains, de voir "l’ennemi" s’entre- déchirer ainsi. La prudence est toutefois de mise, et il faut attendre les prochains épisodes de ce malheureux feuilleton, pour savoir qui gagne dans la situation nouvelle qui prévaut au sein de la rébellion. Il est évident qu’il vaut mieux avoir affaire à un interlocuteur, quand viendra l’heure des discussions, plutôt qu’à plusieurs. C’est l’atomisation des groupes armés au Darfour qui complique la recherche de la paix.

Car le problème de fond reste le même. Que ce soit avec un ou plusieurs mouvements, le gouvernement nigérien reste confronté à une rébellion armée qui met à mal la paix nationale. Il ne s’agit donc pas d’épiloguer sur les soubresauts au sein du mouvement armé touareg, mais de chercher la solution globale et définitive au conflit. Or, sur ce plan, on est loin du compte. L’option militaire a pris le pas sur celle de la négociation et du dialogue, renvoyant aux calendes grecques l’avènement d’un Nord Niger plein de ce charme qui faisait courir tant de touristes. De même, comme au Mali, la probabilité d’exploiter en toute quiétude les ressources minières de la région devient faible. Autant dire que le développement du pays peut, à terme, être hypothéqué.

Par Mahorou KANAZOE

Le Pays

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Présidentielle en Guinée Bissau : Le premier parti d’opposition réclame un fichier électoral fiable
Côte d’Ivoire : La réforme la Commission électorale divise la classe politique
Côte d’ivoire : Les conclusions de la rencontre entre Bédié et Gbagbo à Bruxelles
20 ans de règne de Mohammed VI au Maroc : Une vision royale pour une Afrique prospère et décomplexée
Lutte contre le terrorisme : 250 soldats britanniques attendus au Mali en 2020
Sénégal : La voiture de Macky Sall avec à son bord le président malien prend feu
CEDEAO : Alassane Ouattara espère que la monnaie unique sera mise en place "le plus tôt possible"
Le Togo organise des élections municipales après 32 ans
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié reste campé sur ses propos controversés sur les étrangers
Madagascar : La fête nationale endeuillée (au moins seize morts)
Guinée-Conakry : Le président Alpha Condé tient à la modification de la Constitution !
UNESCO : Bilan satisfaisant pour le Burkina Faso à la septième session de la conférence des parties à la Convention de 2005
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés