Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus on sait, plus on doute.» Pie II, pape

Zimbabwe : premiers résultats des élections, la police anti-émeute déployée

Accueil > Actualités > International • • lundi 31 mars 2008 à 09h27min

Les autorités zimbabwéennes ont commencé à annoncer lundi matin les tout premiers résultats des élections générales de samedi, après avoir été accusées d’en retarder la publication afin de les manipuler en faveur du président sortant Robert Mugabe.

Les forces anti-émeute étaient déployées dans Harare dès avant l’annonce de résultats partiels donnant le Mouvement pour le changement démocratique (MDC, opposition) et l’Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (Zanu-PF, au pouvoir) à égalité aux législatives.

Chacun a remporté trois des six premiers sièges de députés annoncés par la commission nationale électorale sur un total de 210.

Le MDC a obtenu le premier siège attribué dans la toute nouvelle circonscription de Chegutu West, à environ 100 km à l’ouest de la capitale, a déclaré à la presse le porte-parole de la commission, Utoile Silaigwana.

Le leader du MDC, Morgan Tsvangirai, qui ces dernières années a été passé à tabac par la police et acquitté dans un procès pour trahison, espérait évincer Mugabe lors de la présidentielle organisée pour la première fois simultanément avec les législatives, les sénatoriales et les municipales.

Ce parti d’opposition a accusé dimanche la commission électorale de retarder délibérément les résultats afin de les manipuler en faveur de Mugabe, 84 ans, qui briguait un 6e mandat à la tête de l’ex Rhodésie britannique qu’il dirige depuis l’indépendance en 1980.

"Mugabe a perdu ces élections et ils reprennent les résultats à zéro pour les truquer en faveur de Robert Mugabe", a déclaré à l’AFP le secrétaire général du MDC, Tendai Biti.

En dépit des mises en garde du gouvernement jugeant toute revendication avant les résultats équivalente à une tentative de coup d’Etat, le MDC s’est dit vainqueur de la présidentielle et des législatives dans les deux principales villes du pays, Harare et Bulawayo (ouest).

De crainte d’une flambée de violence comme au Kenya en décembre à l’issue d’élections controversées, les forces de sécurité ont été placées en état d’alerte maximale dans tout le pays. Des troupes de la police anti-émeute, équipées de matraques et de boucliers, étaient déployées lundi à Harare, où le calme régnait tandis que les gens se rendaient à leur travail.

La Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), qui regroupe 14 pays de la région, a jugé ces élections "pacifiques et crédibles", épinglant néanmoins la menace des forces de l’ordre, qui ont prévenu qu’elles s’opposeraient à tout changement de régime.

Tsvangirai avait dénoncé samedi la présence de milliers d’électeurs fantômes sur les listes électorales et une coalition d’associations locales a elle aussi exprimé des craintes quant à un scrutin truqué.

Le jugement des voisins du Zimbabwe ne départ pas d’une ligne conciliante à l’égard de Mugabe, en dépit d’un marasme économique qui se traduit par une inflation dépassant l’entendement à plus de 100.00% par an.

Le héros de la lutte d’indépendance et plus vieux président d’Afrique en rejette la faute sur les sanctions imposées par l’Occident après sa réélection en 2002 et qui visent les proches du pouvoir. Il a axé sa campagne sur le rejet du Royaume-Uni et de ses alliés.

Harare, qui a délivré au compte-gouttes les accréditations à la presse étrangère, a refusé la présence d’observateurs européens et américains, invitant outre la SADC, l’Union africaine (UA) ou des pays amis comme la Chine ou le Venezuela.

AFP

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Retour de l’armée malienne à Kidal : « Ce retour peut favoriser l’accalmie sur le terrain », selon Serge Daniel, correspondant de RFI au Mali
Présidentielle 2020 au Togo : Deux vainqueurs au lendemain du premier tour
Togo : Gnassingbé proclamé président par la CENI, Kodjo s’autoproclame président
Premier mandat de Donald Trump : Le continent africain totalement ignoré
Soudan du Sud : Le découpage administratif, pomme de discorde entre Salva Kiir et Riek Machar
Retour de l’armée malienne à Kidal : Vent d’espoir sur Bamako
Extradition de Omar El-Béchir à la CPI : L’Afrique encore sur le banc des accusés
Zone de libre échange continental africain : Le Sud-Africain Wamkele Mene désigné secrétaire général
Lutte contre la fraude et la corruption au Sénégal : Le président Macky Sall rattrapé par ses propres déclarations
Maladie du coronavirus : Un cas suspect « sous contrôle » à Abidjan
Droit du sol : Les femmes ne pourront plus aller accoucher aux Etats- Unis en prétextant le tourisme
Différends entre investisseurs et Etats : Le Burkina participe à Vienne à la session sur la réforme du mécanisme de règlement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés