Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Journée mondiale de l’environnement : Le business floral en germination

Accueil > Tourisme • • vendredi 11 juin 2004 à 08h58min

Le ministère de l’Environnement et du Cadre de vie a organisé, le jeudi 10 juin 2004, une exposition florale. Cette manifestation, qui prend fin le dimanche 13 courant, vise entre autre à faire connaître les métiers de pépiniériste, d’aménagiste et d’horticulteur.

Le parc urbain "Bangr-Weoogo" : les organisateurs ne pouvaient trouver meilleur cadre que ce haut lieu de l’éducation environnementale. C’est en effet là que s’est ouverte jeudi dernier la toute première exposition florale, sous le marrainage de Mme Kadidjatou Yonli, épouse du Premier ministre, marraine du parc "Bangr-Weoogo" et présidente de la Fondation Nature et vie. Celle-ci était entourée de plusieurs personnalités, dont le ministre de l’Environnement et du Cadre de vie, Laurent Sédogo.

La présente exposition florale s’inscrit dans le cadre de la commémoration des journées mondiales de l’environnement et de la lutte contre la désertification. Bon prétexte que les pépiniéristes, aménagistes et horticulteurs de la ville de Ouagadougou ont saisi pour se faire connaître du grand public. Cette année, les autorités en charge de l’Environnement ont voulu mettre un accent particulier sur l’amélioration du cadre de vie, ce qui justifie pleinement cette exposition.

Du reste ainsi que l’a souligné le représentant des pépiniéristes, aménagistes et horticultureurs, Paul Ilboudo, "nous exerçons ces différents métiers pour gagner notre pain quotidien, mais nous sommes surtout sensibles à l’amélioration du cadre de vie dans la ville de Ouagadougou et à la gestion durable de notre environnement". Et les actions concrètes de leur engagement en faveur de l’amélioration s’expriment à travers, entre autres, la lutte contre la pollution ( les arbres c’est connu, ont une grande capacité d’absorption des gaz polluants) et l’embellissement des lieux publics et privés.

L’exposition florale, selon M. Paul Ilboudo, constitue une référence et un point de départ qu’il faudrait rééditer chaque année, pour une plus grande efficacité et une visibilité certaine de leurs actions, ainsi que pour créer et cultiver le goût de l’esthétique en chaque Burkinabè. Pour le ministre de l’Environnement et du Cadre de vie, Laurent Sédogo, il n’y a pas de doute que la promotion des fleurs puisse être retenue parmi nos priorités, car au-delà des considérations esthétiques, la culture florale génère des ressources.

Tenez, on nous a soufflé que les espèces florales les plus cotées peuvent aller chercher dans les 100 000 F CFA à 125 000 F CFA. Certains aménagements floraux a, dit le ministre, se négocient à des milliers voire des millions de francs. Autant de raisons, a poursuivi le chef du département de l’Environnement et du Cadre de vie, qui ont décidé son ministère à accompagner techniquement dans un premier temps les acteurs qui s’adonnent à ces activités.

La présente exposition vise donc à permettre aux acteurs de la filière fleur, les techniciens du ministère de tutelle, ainsi que les partenaires de mieux se connaître ; à permettre au grand public de mieux connaître les espèces florales ; et enfin à promouvoir le domaine des fleurs et des plantes ornementales comme source importante de devises pour notre pays. Avec une meilleure organisation et un appui des autorités municipales, le ministre Sédogo est persuadé que les fleuristes seront non seulement de puissants acteurs de la préservation de la biodiversité biologique, mais aussi et surtout ils pourront contribuer à réduire significativement la pauvreté. On peut donc espérer que la graine d’un véritable business floral est ainsi mise en terre, en attendant les "floralies de Ouagadougou", vœu du ministre Laurent Sédogo pour les années à venir.

Agnan Kayorgo
L’Observateur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Les députés adoptent un projet de loi portant loi d’orientation du tourisme
Burkina Faso : La mare aux crocodiles sacrés de Bazoulé se meurt
Centre écotouristique de Bagré : La renaissance
Diaspora : Boubacar BARA lance les cartes à jouer ‘’Burkina Tourism’’ pour promouvoir l’image du Faso
Promotion du tourisme en milieu scolaire : L’agence de voyage NOURAINI Travels apporte sa contribution
Spécial Saint Sylvestre au restaurant "L’Eau vive" de Ouagadougou
Burkina Faso : Le ministère du Tourisme sensibilise sur l’apport économique du secteur touristique dans le Sud-Ouest
Bobo-Dioulasso : L’Office national du tourisme burkinabè renforce son partenariat avec les acteurs de l’hôtellerie des Hauts-Bassins
Promotion du tourisme interne : Les tarifs hôteliers en baisse de 25%
Restaurant l’eau-vive : Spécial Saint valentin
Spéciale Soirée Saint Sylvestre au Restaurant "L’Eau Vive" de Ouagadougou
Tourisme : « Le Burkina Faso est toujours un endroit où il fait bon vivre », dixit Nelson Congo, directeur de l’ONTB
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés