Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En fait d’imperfections, nous sommes des aigles pour voir celles d’аutrui, еt dеs tаuреs рοur vοir lеs nôtrеs. » Saint François de Sales

Epopée "Sandra Bauer" du LTO : Le procureur du Faso déjà saisi

Accueil > Actualités > Société • • lundi 28 janvier 2008 à 09h28min

Dans un premier temps, l’opinion a été prise de court par toute cette affaire rocambolesque tournant autour d’images pornographiques réalisées par le biais de téléphones portables, mettant en scène de jeunes élèves de lycées à Ouagadougou.

La nouvelle a d’autant plus défrayé la chronique que ces films X continuaient à parcourir les portables via le systèmes Bluetooph, infrarouges et autres SMS… Certains journaux en parleront et Canal 3 est allé jusqu’au LTO recueillir des avis.

Parlant du LTO, sachez bien que c’est ce lycée que fréquente la première actrice de ces vidéos. Sa vidéo à elle portait un nom : « Sandra Bauer » et a été tournée en plusieurs séquences que les gens ont tout de suite appelé des « saisons » : 6 « saisons » donc, du « Sandra Bauer » circulaient, et circulaient encore aujourd’hui sur les portables.

Nous avons rencontré aussi des vidéos encore plus graves qui sont l’œuvre de trois jeunes gens. Renseignements pris, nous saurons que la fille qui s’y trouve est élève au Lycée de la Jeunesse. Dans cette vidéo, elle est seule face à deux garçons, et tenez-vous bien, dans l’enceinte du Parc urbain Bangr Weogo. Ils y pratiquent avec aise un porno qui pourrait plaire aux plus grands réalisateurs de films du genre. D’autres vidéos circuleraient encore dans la capitale, certaines dans le but de venir en soutien à la première fille épinglée dans cette vilaine histoire.

Au LTO, où nous nous sommes rendus, nous avons pu rencontrer le surveillant général Monsieur Sawadogo Amadou, qui nous a raconté ce que l’école a vécu ces derniers temps à cause de cette affaire.

Tout a commencé, selon lui, il y a une dizaine de jours quand un membre de la direction (le chef des travaux) est venu lui rapporter que les élèves faisaient du porno et que les images circulaient dans les portables.

Le surveillant général a donc convoqué une réunion avec tous les surveillants du lycée pour tenter de retrouver les coupables s’il y en a dans le lycée, mais une semaine après, les coupables n’ont pas été démasqués, malgré le soutien entre temps du délégué général des élèves de l’établissement. Ce dernier avait néanmoins apporté la preuve que la fille de la vidéo se trouvait dans l’établissement et soupçonnait une fille qui ne ressemblait aucunement à celle qui se trouvait dans les images incriminées.

Malgré l’aide des professeurs, la fille n’a pu être démasquée et le surveillant général avait même conclu qu’il s’agirait peut-être d’une entreprise à but lucratif et pensait à classer le dossier quand vint le mercredi dernier, un agent de la Brigade des mœurs et stupéfiants de la Gendarmerie nationale pour enquêter sur l’affaire. Ce jour, la fille sera démasquée avec l’aide toujours, du délégué général des élèves.

Comment a-t-elle pu se cacher longtemps ? Le surveillant général dira que cela a été fait avec la complicité des autres élèves de sa classe qui la protégeaient et déviaient les esprits des surveillants en indiquant d’autres filles loin de ressembler à « l’actrice » recherchée.

Le surveillant, après avoir entendu qu’il s’agissait de K.S., n’en revenait pas. Il a même dit au gendarme qu’il ne pouvait s’agir de cette dernière parce qu’il la connaissait et connaissait particulièrement son tuteur, qui est un homme d’église. En tout cas, quand il la vit entrer dans son bureau, il la reconnut immédiatement. Il lui dit : « Est-ce bien toi sur cette vidéo ? ». La jeune fille répondit : « Oui, c’est bien moi ». Pour le surveillant, elle fit preuve de courage.
Pour l’histoire, elle dira avoir réalisé ce film X avec son fiancé et ils l’ont tourné parce qu’elle voyageait beaucoup en ce moment (on se demande bien pourquoi !) et voulait laisser un souvenir au fiancé pour le cas où elle lui manquerait… Et selon elle, ce n’est que le 31 décembre dernier qu’elle a appris que les images circulaient à travers des portables. Depuis ce temps, elle est l’objet d’intimidations, de menaces de la part d’élèves de l’école, de petits commerçants surtout qui la guettent au sortir du lycée pour se moquer d’elle. Selon le surveillant général, il a été fait en sorte qu’elle soit protégée et sa famille fut prévenue de l’affaire.

4 élèves furent par la suite convoquées par la gendarmerie pour s’expliquer sur le vol des images à l’insu de K.S. et leur divulgation à grande échelle.

A notre arrivée au LTO, l’établissement se préparait à envoyer du pain aux élèves de l’établissement qui y étaient entendus, peut-être parce qu’ils étaient en garde à vue.

Le dossier se trouverait aujourd’hui entre les mains du Procureur du Faso.

Avec beaucoup de chance, nous avons aussi rencontré le monsieur qui a recommandé K.S au LTO. Ce dernier nous a parlé entant qu’éducateur (il est professeur et dirige un lycée), et oncle de la fille.

Il serait lié à elle par sa mère. C’est lui qui actuellement veille sur elle et lui procure de la sécurité. Il rassure qu’elle se porte bien et qu’elle est en lieu sûr, à l’abri des regards.
La scène filmée, pour lui, met en évidence toute la naïveté de sa nièce. La manière d’utiliser le portable ne montre pas qu’elle a fait tourner ce film pour autre chose que ce qu’elle a expliqué, à savoir qu’elle laissait juste un peu de souvenir à son copain parce qu’ils ne se voyaient pas à tout moment.
Concernant la plainte qui aurait été déposée par la famille, il dira que la famille n’a pas encore envisagé ce cas de figure et qu’elle attendait la fin des enquêtes de la Brigade des mœurs et des stupéfiants. Ce qui vient contredire ce que nous avions appris au niveau du L.T.O.

La famille se préoccuperait plus actuellement d’accompagner S.K dans ces « moments difficiles pour elle ».

Notons que le cas du LTO est bien moindre que la vidéo qui montre une fille du Lycée de la Jeunesse en pleine pornographie avec deux jeunes garçons. Nous n’avons pas pu avoir des informations les concernant mais le quotidien Sidwaya du vendredi nous apprenait que la fille en question s’est inscrite sur la base d’un faux bulletin dans cet établissement et qu’elle aurait de très mauvaises fréquentations. Contrairement à la première vidéo, celle-ci serait totalement volontaire. On y entend même la jeune fille dire : « Filmes tous ceux qui ont participé ». Ce qui pourrait démontrer que l’objectif était bien de divulguer ces images par la suite.

Voilà une affaire qui ne met pas seulement sur la brèche les services de police, les parents, les éducateurs, les confessions religieuses et coutumières ; elle interpelle aussi l’Etat dont la responsabilité est patente dans la chute vertigineuse des valeurs sociales, morales !

Thierry Nabyouré

San Finna

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019
Recensement général 2019 au Burkina : L’INSD instruit des journalistes sur les modalités d’organisation
Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges
Boussé : L’ambassadeur Athanase Boudo offre des vivres aux déplacés internes
Concours directs 2019 : 27 639 candidats composent dans la région du Sud-Ouest
Entreprenariat féminin : UNCDF renforce les capacités de 100 femmes à Ouagadougou
Concours directs 2019 : 1 247 751 candidatures pour 5 892 postes
Prostitution et MST au temps colonial : « Il fallait règlementer la prostitution pour qu’elle se passe dans des conditions qui puissent préserver un peu la morale », Dr Yacouba Banhoro
Crise foncière dans les arrondissements 3, 8 et 9 de Ouagadougou : Le cri du cœur d’une organisation de défense des acquis de l’insurrection populaire
Santé maternelle et infantile : Le ministère de la Santé veut tirer profit des résultats de la recherche
Fête du 11-Décembre 2020 : Les activités officiellement lancées à Banfora
Filière sésame : Les acteurs de l’Est plaident pour une amélioration du cadre politique et règlementaire de la filière
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés