Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

Grogne des militaires retraités : Où est l’os ?

Accueil > Actualités > Société • • lundi 3 décembre 2007 à 12h24min

Alors que le gouvernement leur a trouvé des conditions de réemploi jamais vues au Burkina Faso (2713 emplois dégagés, possibilité de bénéficier de l’aide du Fonds d’appui aux activités agrosylvopastorales) les « codos » retraités ont décidé de « prendre la rue » aujourd’hui pour faire aboutir leur revendication « légitime » : l’augmentation de l’âge de la retraite des militaires en activité d’une part et le paiement de quatre ans de solde brute à eux, d’autre part.

Une revendication qui ne manque de surprendre, surtout qu’avec les différents ajouts opérés ces dernières années, l’âge de la retraite des militaires du rang a été porté à 47 ans, ce qui est un cas unique en Afrique voire au monde.

Si l’on envoie les « bidasses » très tôt à la retraite, ce n’est pas parce qu’ on n’aime pas leur « gueule », mais en raison du fait que passé un certain âge ils ne sont plus opérationnels pour l’armée. Et pour compenser cette courte carrière, ils bénéficient tout au long de celle-ci, d’émoluments et d’avantages sans commune mesure avec ceux des civils. Mieux avec les nouveaux textes, en préparation au niveau de la hiérarchie, leur retraite à défaut d’être dorée, ne sera plus angoissante. Qu’ils s’agrippent à des textes qui concernent les civils, ne peut donc que paraître suspects, tout comme il est étonnant qu’ils aient balayé du revers de la main, les propositions du gouvernement, préférant à la place de « l’argent frais » sans travailler.

Du coup, on se prend à s’interroger sur les mobiles réels de ce bras de fer interminable d’autant qu’au détour d’une phrase, les vétérans parlent de « boucherie » si leur revendication n’était pas satisfaite. Si un député comme maître Bénéwendé Sankara a pu dire que les soldats ont « les mêmes problèmes » que les autres Burkinabè, désapprouvant au passage leur démarche actuelle, c’est qu’il prend cause implicitement pour le gouvernement. C’est dire que les vétérans versent dans l’exagération avec en arrière-plan des mobiles inavoués. Ce n’est pas faire de la « provoc » que de le dire, pas plus qu’on ne verse pas dans la politique, en leur demandant d’arrêter « avec ça ».

L’histoire récente du Burkina Faso est trop chargée de drames humains pour que l’on magnifie outre mesure les actions « casse-cou ». Il existe dans un Etat de droit des mécanismes et des organes de régulation et de résorption des tensions sociales auxquels on doit avoir recours chaque fois que l’on s’estime lésé dans ses droits. Toute autre démarche est grosse de dangers non seulement pour soi-même mais pour toute la maison commune. Alors sachons raison garder.

Boubakar-SY (magnansy@yahoo.)

Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Initiative « Célébrons le 8-Mars autrement » : Environ 16 millions de francs CFA collectés au profit des déplacés internes
Reprise des cours : Le ministère de la santé accompagne le département en charge de l’éducation avec 80 lave-mains
Cour d’appel de Ouagadougou Vs Bâtonnier de l’ordre des avocats : La guerre des tranchées a commencé
Achèvement de l’année scolaire 2019-2020 au Burkina : Le ministère en charge de l’éducation nationale demande l’accompagnement de tous les acteurs
Burkina Faso : L’ONG Children Believe lance un nouveau projet pour former 1000 jeunes
Pédiatrie : Le paludisme reste le principal motif d’admission au centre hospitalier régional de Gaoua
Ecole nationale de santé publique : Des acteurs scientifiques passent au crible la vie pédagogique de l’institution
Concours professionnels : Des journalistes testent la plateforme de composition en ligne
Lighting Africa au Burkina : Le ministère de l’Energie éclaire des directeurs d’écoles du Centre-Est
Journée internationale des Casques bleus : L’ONU rend hommage aux soldats tombés sur le champ de bataille
Collecte de sang à Bobo : Un donneur, un sac de ciment de la CIMASSO
Burkina Faso : 60 000 déplacés reçoivent une assistance du CICR
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés