Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant» P. Bolton

Gabon : Bongo récolte ce qu’il a semé

Accueil > Actualités > International • • lundi 3 décembre 2007 à 12h48min

Le président gabonais Omar Ondimba Bongo s’en prend tardivement à un monstre qu’il a lui-même créé. En dénonçant le clientélisme, l’affairisme, la corruption et autres travers dont se rend coupable la classe politique gabonaise, et qui, selon lui, ont permis à cette classe politique de faire fortune au détriment du développement de son pays, Omar Bongo feint d’oublier qu’il a bâti et entretenu son pouvoir sur les fondements de sa fortune personnelle.

Des années durant, la scène politique gabonaise s’était transformée en fête où heureux étaient les invités à la table du seigneur Bongo qui, en retour, s’est toujours amusé à se servir de cette même classe politique comme d’une marionnette. Sous l’emprise d’un monde devenu de plus en plus changeant et difficile, Omar Bongo a sans doute fini par se lasser de ce jeu de marionnettes et voulu sonner la fin d’une récréation qui s’éternisait. En tout état de cause, le président gabonais devrait admettre qu’il a été le principal pilier du système qu’il veut combattre aujourd’hui. A dire vrai, le doyen des chefs d’Etat africains ne récolte que ce qu’il a semé.

Au pouvoir depuis quarante ans, Bongo avait fini par sécréter les maux du Gabon auxquels personne ne semble avoir aujourd’hui de remède. Pour cette classe politique qui n’a connu, en quarante ans, que Bongo, la seule alternative, c’est épouser « le temps », avec tout ce que cela comporte comme avantages et privilèges, en attendant des lendemains peut-être meilleurs.

Mais, si, aujourd’hui, Bongo semble décidé à remettre de l’ordre dans la grande cour royale, il doit se rendre à l’évidence que son pays souffre, en réalité, d’un mal appelé usure du pouvoir dont l’agent pathogène a pour nom manque d’alternance, avec pour conséquences, l’impéritie, le clientélisme, l’affairisme, la gabegie, la corruption, toutes choses qui ont toujours retardé la marche du Gabon vers son développement.

Cheick Beldh’or SIGUE

Le Pays

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Crise au Mali : Le bout du tunnel est encore loin
Force française Barkhane au Sahel : Le général Marc Conruyt prend les rênes du commandement
Attaque de Kafolo (Côte d’Ivoire) : Le cerveau et le commando aux arrêts
Mali : IBK tente de reprendre la main
Niger : Arrêtée, la journaliste Samira Sabou risque jusqu’à trois ans de prison, selon Amnesty International
Libye : Retournement de situation en faveur des forces du gouvernement d’union nationale
Union européenne : Les ministres de l’Intérieur décident d’une réouverture complète des frontières dans l’espace Schengen d’ici fin juin
Tchad : La garde présidentielle tire sur un véhicule de l’opération Barkhane
Burundi : Décès brutal du président Pierre Nkurunziza
Mali : Les raisons de la colère contre le pouvoir du président IBK
Mali : Des milliers de manifestants demandent la démission du président IBK
Décès tragique de George Floyd : Le racisme tue selon Dr. Pierrette Herzberger-Fofana, députée au Parlement Européen
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés