Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un homme doit être assez grand pour admettre ses erreurs, assez intelligent pour apprendre de celles-ci et assez fort pour les corriger.» John C. Maxwell

ONUCI : Blaise et mister Choi

Accueil > Actualités > International • • vendredi 30 novembre 2007 à 13h34min

Le président du Faso, Blaise Compaoré, a reçu en audience, hier jeudi 27 novembre 2007 à son palais de Koulouba, le nouveau représentant spécial de l’ONU pour la Côte d’Ivoire. L’hôte, de nationalité sud-coréenne, du nom de Young Jin Choi mais qui préfère s’appeler « Y. J. Choi », a évoqué avec le chef de l’Etat le processus de paix en Côte d’Ivoire, actuellement à sa phase la plus critique, notamment l’identification.

Hier jeudi 29 novembre, le chef de l’Etat Blaise Compaoré devait recevoir en audience le président de la Commission de l’Union africaine, Alpha Omar Konaré, et le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Côte d’Ivoire, le Sud-Coréen Y. J. Choi, nommé en octobre dernier. Mais le premier cité, annoncé pour la deuxième fois (le 28 et le 29 novembre), n’était pas au rendez-vous.

Le seul hôte du président Compaoré était donc le nouveau représentant de Ban Ki-moon, Y. J. Choi, le successeur de Pierre Schori, à la direction des opérations des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI). Il était accompagné de son adjoint, Abou Moussa, de son conseiller politique, Modem Bitioum et de son porte-parole, Hamadoun Touré. A sa sortie d’audience, M. Choi a confié à la presse qu’il a effectué une visite de courtoisie auprès du président Blaise Compaoré, facilitateur des négociations interivoiriennes pour la paix.

Car, a-t-il reconnu, le chef de l’Etat burkinabè a grandement contribué non seulement au processus de paix en Côte d’Ivoire, mais aussi à la stabilité de l’Afrique de l’Ouest. A cet égard, la gratitude et le soutien de la communauté internationale lui sont acquis. Ils ont eu également à passer en revue les derniers développements du processus de paix en Côte d’Ivoire. Des avancées ont été certes enregistrées, selon lui, mais il reste encore beaucoup à faire pour préserver les acquis. Il faut donc pour cela une démarche méthodique en s’assurant que le dossier de consolidation de chaque acquis sera sauvegardé.

L’ONUCI, a indiqué M. Choi, a des engagements pour coopérer et soutenir le processus de paix, par le biais de Blaise Compaoré. Pour garantir des chances de succès à cette mission, il faut de la détermination, a-t-il laissé entendre, surtout avec l’entrée « dans la phase difficile et critique du processus de paix ».

C’est-à-dire que tout être mis en œuvre par la communauté internationale pour le retour de la paix en Côte d’Ivoire, « importante pour ce pays, mais aussi pour la région de l’Afrique de l’Ouest tout entière ». S’agissant de la question du manque de moyens pour la mise en marche de l’accord de Ouagadougou, le représentant spécial de Ban Ki-moon a déclaré que « Les bailleurs de fonds sont là pour débloquer les fonds pour la mise en œuvre du processus de paix ».

Hamidou Ouédraogo

L’Observateur Paalga

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés