Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans chaque être humain une force intérieure qui, une fois libérée, peut faire de chaque vision, rêve ou désir, une réalité» Anthony Robbins

Tourisme : ouverture du Sitho 2007

Accueil > Tourisme • • samedi 27 octobre 2007 à 09h01min

Lancé en 2004, le Salon international du tourisme et de l’hôtellerie de Ouagadougou (Sitho) offre aux pays africains l’occasion de promouvoir leurs atouts touristiques et de positionner le continent comme une destination touristique

Selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), le nombre de touristes dans le monde serait passé en l’espace de 50 ans, entre 1950 et 2006 de 25 à 842 millions. Avec l’extraordinaire développement des moyens de communications et de transport, ce mouvement devrait s’amplifier dans les années à venir dans ce secteur qui rapporte 2 milliards de dollars par jour. Dans ce contexte, comment le continent africain peut-il profiter de cette mobilité humaine et se faire une place dans la mondialisation du tourisme ? C’est tout l’intérêt et l’enjeu du Sitho dont la quatrième édition a ouvert ses portes hier sur le site du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO).

Placé sous le thème « Tourisme, genre et formation et emploi », la cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre de la Culture, du tourisme et de la communication, porte-parole du gouvernement, Filippe Savadogo en présence de ses collègues du Cameroun, de la République démocratique du Congo (RDC), de la Côte d’Ivoire, du Togo, du Niger, du Sénégal, du Ghana et du Mali.

Lancé en 2004, le Sitho qui se veut panafricain, a l’ambition, selon les termes du ministre « de favoriser la venue de Tours opérateurs, grossistes organisateurs de voyages dans notre espace où ils pourront rencontrer directement les partenaires de services touristiques africains ». Plusieurs Tours, principalement français ont d’ailleurs fait le déplacement de Ouagadougou, le seul rendez-vous de ce genre en Afrique de l’ouest. Sa création était devenue une nécessité pour les professionnels africains du tourisme d’autant qu’ils font souvent face à d’humiliantes tracasseries pour participer à des salons en Europe. Le salon « Africa2006 » qui s’est tenu à Genève l’année dernière en est la dernière illustration des difficultés que rencontrent les Africains à promouvoir les atouts touristiques de leurs pays sur le Vieux continent.

Il était est salutaire d’offrir aux Tours européens l’opportunité de trouver « sur un même site l’ensemble des offres touristiques dont regorge le continent ». Comme le souligne fort justement le président de l’Association des professionnels du voyage et du tourisme, Salit Léonce Diarra, le Sitho constitue un « cadre privilégié d’échanges et de promotion de nos produits ».

Après le salon de l’artisanat, Ouagadougou se positionne comme la capitale ouest-africaine de la promotion du tourisme et de l’hôtellerie, un secteur qui pourrait contribuer significativement à lutter contre la pauvreté. Pour la seule année 2006, le Pays des hommes intègres a été visité par plus de 255 000 touristes, générant 773 000 nuitées dans les établissements d’hébergement et rapportant environ 32 milliards de F CFA.

Plus frappées par la pauvreté, les femmes devraient être les premiers bénéficiaires de l’activité touristique et le Sitho entend faciliter leur émancipation financière et soutenir l’accès du plus grand nombre de personnes à l’éducation. Encore faut-il disposer de personnel qualifié capable d’offrir de meilleures prestations aux touristes, ce qui pour l’instant n’est malheureusement pas le cas dans plusieurs pays. Les conclusions des travaux des panels organisés en marge du salon sur le sujet sont donc très attendues. « Seule une formation de bonne qualité donnera à nos hôteliers, restaurateurs et agents de voyages, les outils et armes nécessaires pour faire face à la concurrence ».

Invitée d’honneur de cette édition, la Côte d’Ivoire est présente au Sitho forte d’une délégation de 80 personnes, conduite par le ministre du Tourisme et de l’artisanat, Sidiki Konaté. Depuis les accords de paix signés en mars dernier à Ouagadougou, le pays s’est résolument engagé sur la voie de la réconciliation. Et, en attendant que les élections démocratiques viennent consacrer le retour définitif de la paix, il s’agit pour l’instant d’envoyer un signal fort aux touristes et aux Tours et les rassurer que désormais la destination Côte d’Ivoire est désormais une destination sûre

Joachim Vokouma
Envoyé spécial, Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés