Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

M. Newton Ahmed Barry : « Evitez de développer la psychose de la persécution politique »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > La liberté de presse au Burkina • • samedi 22 septembre 2007 à 06h40min

Répondre ou ne pas répondre ? C’est la question qui m’est venue tout de suite à l’esprit quand j’ai lu le « nettoyage au katcher » dont a usé Newton Ahmed Barry contre des prétendus « braconniers de son honneur ». Finalement, j’ai décidé de lui faire quelques remarques. Non, ce n’est pas pour engager la polémique sur nos petites vies.

A part les petits esprits qui se gaussent de ce genre d’information, je n’en vois pas l’intérêt. De fait, nos curriculum vitae, l’origine sociale de nos parents, enjolivés ou brocardés, ne construisent en rien la profession que nous exerçons. De même, ils n’ennoblissent ou ne ternissent en rien les référentiels qui campent le choix de nos lignes éditoriales ou nos choix de vie tout court.

Si j’ai donc décidé de répondre à Newton Ahmed Barry, c’est pour l’aider à replacer le débat à la hauteur de la problématique du savoir-faire et du savoir-être qui incombe à tous les animateurs de médias que nous sommes. Comment, en plus de la diversité des titres, de la pluralité du ton, gagner davantage en maturité et en crédibilité pour la presse burkinabè et par ricochet à la démocratie dans son ensemble ?

C’est le seul combat qui me semble majeur. C’est du reste dans cet esprit que j’ai autorisé la diffusion de l’article « interpellation de Newton Ahmed Barry à Lomé : un mythe s’effondre » dans l’Hebdo N°437 du 31 août 2007. En vérité, en lieu et place de « mythe s’effondre », il fallait lire, « un masque est tombé ». Il me découvre le personnage Newton Ahmed Barry que je n’ai pas fini de connaître.

Mais bref, revenons à son écrit, une véritable hydre, publiée dans l’Evénement N°123 du 10 septembre dernier, pour faire les remarques de fond suivantes :

1). Qu’on ait voulu assassiner Newton Ahmed Barry à Lomé, nous n’en savons rien. C’est lui qui le dit. Nous ne sommes pas obligés de le croire. Sa version des faits reste sa version des faits. Ni plus ni moins. Nous nous demandons néanmoins comment une grande amitié vieille de 5 ans entre M. Lucien Mensa et lui s’est effondrée si brusquement pour une histoire de vieille voiture ? L’un voulait donner gratuitement la voiture à l’autre pour finalement le faire « enlever » avec des « risques d’assassinat » pour un reliquat de 1 million 500 mille FCFA. Chers lecteurs, allez-y vous faire votre propre opinion. Pour notre part, il est évident que dans cette affaire, il demeure anguille sous roche.

2). Votre arrestation, Newton Ahmed Barry, n’est pas un montage, une histoire inventée pour nuire à votre réputation. Dans votre récit vous confirmez que votre ami, Lucien Mensa, peu importe qu’il soit Togolais et non pas Béninois, reconnaît vous avoir dénoncé à la police. Pour vous, le mobile de cette dénonciation n’était pas valable parce qu’il n’y avait « pas de contentieux sur le véhicule ».
Là encore c’est vous qui le pensez. Lucien Mensa a pensé tout a fait le contraire. Et vous lui avez facilité la tâche en acceptant un acte de vente du véhicule qui est en même temps comme une reconnaissance de dette sur le reliquat dû au titre des trois (3) millions de FCFA représentant le prix d’achat du véhicule.

3). On ne connaît pas la version des faits du propriétaire du véhicule, M. Lucien Mensa. Sachez cependent M. Barry, « que les bons comptes font les bons amis ». Pour moins de 100 000 FCFA des « amis », en fait des relations d’affaire, se trimballent au commissariat de police où à la gendarmerie sous nos tropiques. Renseignez-vous pour éviter de tomber dans la psychose de la persécution politique.
Pour avoir traîné pendant plus d’une année, de mai 2006 à août 2007 à lui devoir 1 million 500 mille, votre ami Lucien Mensa, il faut se l’avouer, a fini par penser que vous n’êtes plus digne de confiance.
Plus que nous, c’est Lucien Mensa, instrumentalisé ou non, qui a braconné votre honneur. Et vous avez grandement prêté le flanc.
Au demeurant, il se raconte déjà à Ouagadougou que c’est votre épouse qui a dû débourser un million de Francs CFA à Lomé pour qu’on vous laisse sortir du violon du commissariat central. S’agit-il encore d’inventions malveillantes pour braconner votre honneur ? Si les comptes que vous avez vous-même faits dans votre récit sont bons, après le million de votre épouse payé à Mensa, vous restez encore redevable à votre ami, la somme de cinq cent mille (500 000) FCFA. Payez-les rapidement avant qu’il ne vienne à l’idée d’un quidam « d’instrumentaliser » encore, M. Mensa contre vous.

4). Un conseil gratuit : soyez fier de vos parents et des biens qu’ils vous ont légués. Mais prenez garde à ne pas les dilapider dans une vie de playboy. Et plus important, n’insultez pas les honnêtes gens de conditions modestes ou qui vivent modestement.
Nous sommes l’immense majorité des 14 millions de Burkinabè à être dans cette situation.
Savoir rester simple et poli quand bien même on est riche et puissant est une qualité humaine que confère la bonne éducation familiale. Apprenez ce minimum vous qui êtes né de la bonne famille.

5). Soyez fier de vos grands diplômes, encore qu’on sait que vous en n’avez pas. Mais le savoir-faire et le savoir-être sont encore plus importants.
A ce sujet, je voudrais rappeler à votre intelligence ce que disait Montaigne dans ses Essais « Nous nous enquérons volontiers : Sait-il du grec ou du latin ? Ecrit-il en vers ou en prose ? Mais s’il est devenu meilleur ou plus avisé, c’est le principal... il fallait s’enquérir qui est mieux savant, non qui est plus savant ».
A bon entendeur salut !
Confraternellement.

Zéphirin KPODA

L’Hebdo

Vos commentaires

  • Le 22 septembre 2007 à 08:21 En réponse à : > M. Newton Ahmed Barry : « Evitez de développer la psychose de la persécution politique »

    Monsieur Zéphirin KPODA,

    Je releve quelques parties de votre article :

    "-On ne connaît pas la version des faits du propriétaire du véhicule" : Moi je me demande comment vous journaliste, vous pouvez ecrire un article sur une accusation, sans connaitre la version des faits de l’accusateur ! Vous ne vous etes pas deplacé a Lomé. SI vous vouliez repondre a M. Newton Ahmed Barry, POURQUOI ne pas partir a Lomé effectuer une enquete ? POURQUOI ne pas aller a Lomé demander a l’accusateur sa version des fait ? Vous etes journaliste... NON ?

    "- peu importe qu’il soit Togolais et non pas Béninois" : Ha Bon ? Peut importe que vous vous soyez Burkinabé ou Gabonais ? Un journaliste peut ecrire un article sur des personnes en disant qu’ils sont Senegalais, Ivoiriens ou Centrafricain PEUT IMPORTE, s’est la meme chose ? On peut ecrire a des milliers de personnes en se trompant sur la nationalité, PEUT IMPORTE ?

    "- Chers lecteurs, allez-y vous faire votre propre opinion" : Nous on attend des fait et des preuves. RIEN d’autre. Sur les fait, il n’y a pas a tergiverser... sur les "propre opinion" On va discuter 10 ans, on ne sera pas d’accord. Et vous, votre travail de journaliste, c’est d’apporter des faits.

    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre 2007 à 10:53, par Krimo En réponse à : > M. Newton Ahmed Barry : « Evitez de développer la psychose de la persécution politique »

    Merci de vos infos et de votre analyse monsieur le journaliste ; mais après avoir lu la version de N.A. Barry, faites nous le plaisir de n’en pas faire une affaire personnelle qui éclaboussera l’ensemble de la presse burkinabè. Il y va de votre honneur (tous les deux) et celui de vos organes de presse respectif.
    Après tout, il faut bien des différences pour que les critiques et les analyses aient une raison d’exister ; mais restons sages grands frères.

    Répondre à ce message

    • Le 22 septembre 2007 à 11:50, par Akim Maïga En réponse à : > M. Newton Ahmed Barry : « Evitez de développer la psychose de la persécution politique »

      Décidement vous devez lui en vouloir à mort ce Newton Ahmed BARRY. Vous lui collez une histoire adabracabrante, il vous explique ce n’est pas ça et vous lui répondez de toute façon c’est même chose pareille. Un peu comme dans la fable de la Fontaine, si ce n’est vous, c’est votre semblable. Allons ! Monsieur c’est vraiment curieux qu’une affaire de dette dégénère de la sorte et que vous trouviez un malin plaisir à l’attiser. Et puis que ce soit sa femme qui est payé pour lui, est-ce vraiment désohonorant ? Et puis vraiment est-ce que vous avez pris la peine de vous renseigner pour voir sil n’a pas tout payé ? A mon avis dans cette affaire il y a quelque part, une volonté morbide de nuire. Et ça rappelle ce que vous aviez fait avec Norbert Zongo. J’espère bien que ce n’est pas un autre drame qui se prépare ?

      Répondre à ce message

    • Le 22 septembre 2007 à 16:20, par Akim En réponse à : > M. Newton Ahmed Barry : « Evitez de développer la psychose de la persécution politique »

      Monsieur vous censurez les messages ou quoi ?
      J’ai écris tout à l’heure que c’était quand même ahurrissant, l’écrit de Poda. Un journaliste est rigoureux sur ce qu’il écrit. Béninois et Togolais c’est pas pareille. Ensuite, telle que raconté dans un premier temps dans l’Hebdo, ça n’a rien avoir avec ce que Newton Ahmed BARRY a expliqué. Ce qui aurait grandi, les animateurs de l’Hebdo, c’est quand même d’aller voir à Lomé. C’est quand même pas la fin du monde le Togo. Newton dans son écrit à donné des noms et des adresses, il suffit simplement d’aller vérifier. Au lieu de rester dans les ragots de Ouaga. Et à propos de ragot, que sa femme l’aide à payer, est-ce vraiment déshonorant ? Et puis une fois de plus, est-ce qu’il n’aurait pas été plus utile de vérifier pour voir s’il n’a pas tout payer avant de lui donner des conseils ?
      Il me semble que dans cette affaire la réalité des choses ne semble pas vraiment intéresser Poda et son journal et même Sidwaya. Le journal de tous les burkinabè qui écrit, sans la moindre hésitation que leur premier récit et celui de Newton Ahmed Barry est le même ! Quand même ! Vous écrivez pour dire que c’est un bandit, un délinquent qui a volé une voiture et c’est fait coincer par la police, avec une certaine délectation sur le faux et après vous voulez trouver des raccourcis. Y a une affaire de voiture, peu importe si ce n’est pas un béninois, mais un togolais, il y a eu la prison...donc c’est la même chose.
      Dans cette affaire, il y a une volonté morbide de nuire. Une dette tout le monde le contracte, un jour ou l’autre. Et puis attend ! Vous semblez prendre sans la moindre hésitation le parti du togolais, contre votre compatriote ? Vous allez même jusqu’à supposer à sa place. Il faut croire que vous lui avez parlé ? Bref ! Les difficultés de paiement ça arrive à tout le monde, si tant est que c’était vraiment une difficulté de payer. A moins que ce ne soit pas cette affaire seulement. Je dois simplement dire que cet acharnement me rappelle le même bras de fer que vous aviez eu avec Norbert Zongo, quelques temps seulement avant sa mort et ça m’inquiète.
      Akim

      Répondre à ce message

      • Le 23 septembre 2007 à 04:02, par SAWADOGO En réponse à : > M. Newton Ahmed Barry : « Evitez de développer la psychose de la persécution politique »

        vous etes tous deux de grands esprits . Un peu de souplesse et de sagesse dans vos écrits mème si cela est une occasion pour vous de bien vendre vos journeaux.

        Répondre à ce message

        • Le 24 septembre 2007 à 10:42, par internaute anonyme En réponse à : > M. Newton Ahmed Barry : « Evitez de développer la psychose de la persécution politique »

          Mr Kgb, dire que la plupart des meilleurs journalistes sont pour la plupart autodidactes n’est non seulement pas une idée qui m’est personnelle, c’est ce qui m’a été maintes fois servi à l’Ecole Supérieure de Journalisme de Paris ( E.S.J ) où j’ai été formé, mais aussi et surtout, cette assertion, qui, du reste, découle d’un constat sur le terrain, ne signifie point qu’il faille à ce titre supprimer les écoles de journalisme ! Il fallait plutot comprendre par là que le diplôme de journalisme n’est pas la garantie d’une bonne pratique journalistique ! En d’autres termes, le "diplôme ne vaut, que ce que vaut son titulaire" ! Et, rappelez-vous qu’autodidacte n’est point synonyme d’absence de connaissances, ni ignorance ! Autodidacte, c’est simplement l’apprentissage personnel, au moyen de documents appropiés, de connaissances, et l’expérimentation ( dans le cas particulier du journalisme ) de ces connaissances par la ... pratique ! Par la pratique, l’on se rend vraiment compte des limites des grandes théories qui nous ont été enseignées ! Pour revenir au cas de Mr KPODA, puisque la polémique s’articule autour de lui, n’oubliez pas, dixit l’article de Newton Ahmed BARRY, qu’il a pris des cours de journalisme au CESTI de Dakar, même si cette formation n’aurait pas été sanctionnée par la délivrance d’un diplôme ( selon le même article de Mr BARRY ) ! Pour ce faire, vous ne pouvez nier que Mr KPODA dispose bel et bien de connaissances lui permettant de pratiquer le journalisme ! C’est à lui de bien en user dans la pratique de la profession ! C’est à cela que je l’invitais, entre autres, dans mon intervention ! Je n’ai donc en aucune façon avancé qu’il faille supprimer les écoles de journalisme ! Simplement, et vous le savez tout autant que moyen, l’on n’a pas nécessairement besoin de passer par une école de journalisme pour non seulement pratiquer le journalisme, mais aussi pour être un très bon journaliste ! Que vous l’admettiez ou pas,
          c’est une réalité qui s’impose à vous comme à moi ! Merci de votre attention !

          Répondre à ce message

          • Le 24 septembre 2007 à 16:30, par tangba En réponse à : > M. Newton Ahmed Barry : « Evitez de développer la psychose de la persécution politique »

            Bonsoir,

            Le point qui me donne des grincements de dent, c’est là où certains pensent qu’il ne faille pas divulguer l’information parce que c’est d’un journaliste et pas des moindres qu’il s’agit !
            Un simple citoyen comme moi qui, par mégarde lancerait un pet aux côtés d’un journaliste, ce dernier le fera savoir au grand public et au grand jour. Et voici qu’il s’agit d’un journaliste qui défèque devant la porte d’un individu, alors on a pas le droit de l’écrire noir sur blanc au su du pauvre public que nous constituons ! yaako !!! Mais où se trouve le hic dans tout ça ? les réponses aux questions suivantes : 1) Newton était-il en prison à Lomé ? c’est ’’oui’’ car lui même l’a reconnu. 2) Newton devait à son ami la somme de 1.500.000FCFA ? Affirmatif selon son écrit.
            Maintenant je me pose bien la question : Que reprochez-vous à Mr Kpoda ? le fait qu’il ait dit qu’un journaliste Burkinabé en la personne de Newton serait au frais à Lomé pour une affaire de deal de voiture avec son ami ! Nous sommes vraiment au pays des hommes intègres et nulle part !
            Me voilà des journalistes prêts à écrire pour denoncer les uns ou soit pour critiquer les autres alors qu’ils ne sont pas saints. Ce journaliste de renom (N.A.B), à la tête bien faite sachant manipuler la langue de Mollière a su écrire droit sur des lignes courbes pour dénoncer soit pour informer le public de certains actes ou comportements, nous le connaissons tous ! Et comme pour démontrer que personne n’a le monopole de la plume dans le métier du journalisme, Mr Kpoda n’a fait que nous informer de ce qu’un citoyen Burkinabé est en danger à l’étranger ; information que des journalistes nous ont caché mais pour quelle raison ?. Maintenant plusieurs lecteurs, dans leur recherche de ’’sexe des anges’’ trouvent en cela une diffamation. Ca fait bizarre !
            Mr Newton qui a été élévé avec du riz gras accompagné de lait frais tandis que Sieur Kpoda se régalait depuis son enfance de tô accompagné d’eau de marigot se sont malheureusement retrouvés dans une même trajectoire que la vie a tracé : le journalisme.
            Faites votre travail chers Mrs, les lecteurs vous liront et vous jugeront. Si vous n’êtes pas capables de vous entendre et vous comprendre comme de grands garçons, on pourra vous y aider en vous enfermant au satde du 4 Août pendant 72h, c’est sûr que vous allez vite trouver un terrain d’entente soit par les mots ou soit par les gants.

            Bon vent à vous deux.

            Répondre à ce message

  • Le 22 septembre 2007 à 17:36, par Le Mossi En réponse à : > M. Newton Ahmed Barry : « Evitez de développer la psychose de la persécution politique »

    Je suis desormais persona non grata sur ce forum, il me semble. Si tel etait le cas, veuillez bien me le confirmer afin que je me resolve à ne plus essayer de participer aux debats.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre 2007 à 19:14, par internaute anonyme En réponse à : > M. Newton Ahmed Barry : « Evitez de développer la psychose de la persécution politique »

    Mr KPODA, mon cher "esclave" ( étant Goin, n’est-ce pas vrai que vous le Lobi êtes mon "esclave" ? Rires ! ), pour dire ce que vous venez de dire, excusez-moi cette redondance, il n’était franchement pas utile pour le Public que vous publiez votre brûlot contre Newton Ahmed BARRY, jadis votre collègue à l’Université de Ouagadougou ! Prenez le recul suffisant face à votre contentieux, et vous vous en rendrez compte ! En tout cas, je l’espère (...) ! Au sujet de l’article que votre camarade d’hier, et aujourd’hui confrère, a publié à votre sujet, vous vous deviez, avant toute réaction, de méditer profondément les idées suivantes :
    1- "Le diplôme ne vaut, que ce que vaut son titulaire"
    2- "Le silence est d’or, et la parole d’argent" !

    Quant au journalisme que vous pratiquez "sans diplôme", pour paraphraser Mr N. A. BARRY, vous ne devez aucunement en avoir honte ! Parce qu’il est de notoriété publique que dans cette profession, la plupart des meilleures et grandes plumes sont ... autodidactes ! Eh oui ! Du reste, le terrain constitue la meilleure école de journalisme ! Et cette réalité, on vous en a très souvent parlé à ... l’école de journalisme ! Vu que vous avez suivi des cours au CESTI de DAKAR, nonobstant le parchemin, attestant de vos aptitudes à exercer le journalisme comme profession, que cette structure de formation ne vous aurait pas délivré ( dixit N.A BARRY ) ! Qu’à cela ne tienne ! Vous avez quand même toutes les connaissances nécessaires pour pratiquer le journalisme ! En plus vous écrivez très bien ! Pour exceller dans ce métier, que vous aimez tant, ne négligez jamais ce qui vous a été enseigné au CESTI de DAKAR ! (...) Une petite suggestion, pour terminer : malgré vos vifs désaccords, allez vers Newton Ahmed BARRY pour discuter face à face, d’homme à homme, et en bonne intelligence, des points de votre différend actuel ! Je parie qu’au sortir de cet échange, vous vous apprécierez cordialement ! La vie ici bas étant très courte, cette expérience mérite vraiment d’être tentée ? Qu’en dites-vous ? Merci de votre attention !

    Répondre à ce message

    • Le 24 septembre 2007 à 01:14, par KgB En réponse à : > M. Newton Ahmed Barry : « Evitez de développer la psychose de la persécution politique »

      Si " les meilleurs sont autodidactes" dans cette profession autant supprimer toutes les ecoles de journalisme puisque "le terrain constitue la meilleure ecole". Cette conception est tres dangereuse.

      Quand on concoit le journalisme de cette facon, on finit par parler du Benin a la place du Togo. Beaucoup oublie que c’est un metier sacré qui doit etre exercé en se basant sur des fondations et principes solides. L’information, ce n’est pas tout ce que j’apprend, mais ce que je verifie soit sur le terrain soit par des temoignages aussi divers que possibles. Le journalisme n’est pas une question de plume ou de belle plume ( si on a une belle plume tant mieux).

      Recemment, un senateur americain a ete arreté dans les toilettes d’un aeroport par un policier pour des histoires de sollicitations (homo) sexuelles. C’est apres cette arrestation que le journal "Idaho Sateman" est sorti dire qu’il avait collecté depuis un an des temoignages et accusations de gays ayant affirmé avoir eu des relations sexuelles avec ce senateur qui est marié et pere. Mais le journal a expliqué qu’il cherchait de preuves tangibles et qu’il ne pouvait pas se permettre de publier de simples accusations d’hommes anonymes contre un celebre senateur federal. Pour eux, pour publier des accusations qui vont couler la vie de quelqu’un, il fallait plus que de simples demoignages.

      Répondre à ce message

  • Le 23 septembre 2007 à 01:07, par SANOU En réponse à : > M. Newton Ahmed Barry : « Evitez de développer la psychose de la persécution politique »

    Mr ; votre tord n’a pas été de parler de ce fait mais de penser profondément en parlant des faits. Vous avez vraiment donné l’impression de vouloir salir Newton. C’est ce qui est de mauvais goût. Certes Newton dans sa réponse est allé un peu trop loin dans le léger. Mais pour se défendre il n’avait pas le choix. C’est vous qui avez, a priori, donné de la justification a posteriori, donné valeur à ce récit de récit de bas vol que Newton a produit (Il n’en fera plus jamais de pareil et il l’aurait jamais fait).
    Dans les faits, ce n’est pas vos diplômes et vos richesses qui nous intéressent. C’est plutôt les leçons de moralité que nous pouvons avoir en vous lisant. Si vous aviez pris la part de la confrérie de la plume plutôt que de l’adversité, aujourd’hui, je vous assure et je vous rassure, vous auriez porté sans l’acheter des costumes de noblesse morale, de reconnaissance et d’intégrité. Entre Newton et vous, je n’ai pas de préférence de personne ; vos lignes éditoriales sont toutes aussi valables, justifiables, compréhensible et tout aussi respectables ; chacun doit faire son travail. Mais les attaques individuelles sont basses et le manque de confraternité est à la limite criminel. C’est ce que nous vous demandons, si votre confrère est dans la galère tendez lui la main et attendez qu’il soit rétablit pour vouloir le détruire. Ne cherchez pas à le noyer dans les moments de faiblesse ; ça parait lâche.

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre 2007 à 17:57, par le visionnaire En réponse à : > M. Newton Ahmed Barry : « Evitez de développer la psychose de la persécution politique »

    Je vois que je suis de plus en plus censuré. On dirait que le Faso.net est la partie Internet visible des journaux l’Opinion et l’Hebdo. Si c’est ça aussi, il faut nous dire, on va aller voir ailleurs. C’est pas mieux ?
    Internet là, c’est la liberté, ça ne sert à rien de censuré tant que c’est pas des injures.
    A bon attendeur salut !

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre 2007 à 18:41 En réponse à : > M. Newton Ahmed Barry : « Evitez de développer la psychose de la persécution politique »

    - Et revoilà l’Hebdo qui nous balance une nouvelle couche qui fait rigoler au maximum tant le ridicule est grand. Ce n’est pas du journalisme que vous faites. D’autre part, entre confrères ce n’est pas du tout « cool ». Pour l’amour de Dieu, ressaisissez-vous. Ne tombez pas plus bas que cela.
    - Mr Kpoda (effectivement ancien CDR dont il fallait se méfier sur le campus), à propos de votre passage : 5). Soyez fier de vos grands diplômes, encore qu’on sait que vous en n’avez pas...., je me permets de vous contredire, car vous mentez. En ma qualité de promotionnaire et « cousin géographe » de Newton Barry, j’affirme devant le peuple du Burkina qu’il est bel et bien titulaire des diplômes dont il parlait dans son interview. De toute façon, même en courant le risque de tomber bas, il pourra les présenter. La chose est aussi vérifiable au « Service-de-la-Scolarité_Section- Diplômes » de l’Université de Ouaga.]

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre 2007 à 16:01, par Nick En réponse à : > M. Newton Ahmed Barry : « Evitez de développer la psychose de la persécution politique »

    Chers lecteurs,
    Je dois vous dire d’entrée de jeu, que le débat sur "l’affaire NAB", n’est pas intéressant à tout point de vue. Et pour ce faire, je vous suggère, pour l’honneur du journalisme burkinabè, d’arrêter cela.
    D’abord, jene comprends pas pourquoi Faso.net, profite d’une affaire personnelle entre deux rivaux, rivalité qui dure du reste, depuis plus de deux décennies, pour alimenter ses forums. Arretez ça M. Paré.
    Ensuite, que M Kpoda, veuille répondre à NAB, au lieu de défendre son premier propos, me laisse meurtri de honte !
    On n’aurait pas mieux à faire ? Débattons des inondations, qui ont ravagé nos frères et soeurs, et comment nos autorités gèrent cette crise. Allons, chers lecteurs, ne participons pas à ce qui est devenu, depuis quelques temps, le point d’animation de l’environnement intellectuel du pays ! C’est à travers justement de débats de basse classe que nous tuerons nos grands hommes. NAB, a de la classe et du mérite dans ses idées, Kpoda, a tout aussi ses qualités et son parti, alors, limitons nous à cela pour comprendre leurs tiraillements !
    Bref, passons à autre chose, car cce débat est interminable ! Je suis persuadé qu’il y a de meilleurs scoops à soulever pour nous, lecteurs de faso.net !
    Bonne journée à tous !

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre 2007 à 19:17 En réponse à : > M. Newton Ahmed Barry : « Evitez de développer la psychose de la persécution politique »

    C’est pitoyablement KPODA. Je vais finir par croire à tout ce qu’on m’a dit de toi...
    Paré, stp, arrête nous ce bordel, excusez moi du peu. Qu’ils aillent regler leurs aigreurs autour d’une bouteille de bière et qu’ils nous foutent la paix ... !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés