Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’homme sans patience, c’est une lampe sаns huilе. » Alfred de Musset

Presidentielle 2005 : Quand Blaise Compaoré sent du pétrole...

Accueil > Actualités > Opinions • • mercredi 26 mai 2004 à 07h29min

Ceci est une declaration de soutien de l’assemblée générale
du comité régional du nord de l’Action de soutien des jeunes à
la candidature du président Blaise Compaoré à l’élection
présidentielle de 2005. " Nous n’avons pas de pétrole mais
nous avons Blaise Compaoré", déclare-t-elle.

Le Burkina Faso est un pays à ressources économiques très
limitées et continental ; ce qui rend difficile les échanges
commerciaux. Son sous-sol est pauvre ; sans pétrole sans
gisement important et de minerais et les quelques minerais
dontdispose sont faiblement dispersés sur l’étendu du territoire.

La grande majorité de la population est rural et pratique une
agriculture de subsistance du fait de la rareté des pluies qui
acontraint parfois à migrer vers les pays côtiers ;
Face aux difficultés liées au sous développement de
l’agriculture et à l’émigration de nos concitoyens, les différentes
rébupliques qui se sont succédé après les indépendances n’ont
pu mener une politique appropriée.

Depuis l’avènement de la IVe république, malgré la conjoncture
économique et les contraintes liées à la mondialisation, des
efforts de développement de notre système agricole pour la
rendre compétitive sur le marché international et réduire la
pauvreté des communautés rurales, ont été constatés ;
Parmi ces efforts on peut retenir :
- La promotion de la culture du coton
- Les engagements nationaux
- L’aménagement des périmètres irrigués
- Les constructions de barrages pour permettre l’exploitation de
l’énergie électrique, des ressources halieutique et promouvoir
les cultures de contre saison
- L’introduction et la vulgarisation de la petite irrigation
constituent l’espoir et pourrait révolutionner l’agriculture au
Burkina Faso quand on connaît l’impact de l’émigration sur le
développement de notre pays
- L’aménagement des boulis et autres retenus d’eau ont permis
de développer la culture maraîchère ;
- L’octroi de micro crédits aux groupements et associations a
permis de réduire un peu la pauvreté et de développer le secteur
informel.

D’autres efforts de développement socio-économique ont été
mené dans :
- La promotion de la femme ; grâce à la politique clairvoyante de
nos dirigeants, les femmes sont prises en compte dans les
grands projets de développement car leur dynamisme est bien
reconnu et stimulé.
- La promotion de l’emploi ; le rattachement du ministère chargé
de la jeunesse au ministère de l’Emploi traduit une volonté des
dirigeants de la IVe république à promouvoir l’accès des jeunes
à l’emploi.
- Le développement du secteur routier pour favoriser l’accès et
les échanges internes
- L’eau et le cadre de vie : la réalisation de milliers de forages a
favorisé l’accès à l’eau potable à une grande partie de la
population

Le pouvoir de la IVè république a axé ses priorités de
développement sur :
- L’accès à la santé à tous par la construction de formations
sanitaires, le recrutement et la mise à la disposition des
formations sanitaires d’agents de santé compétents.
- La lutte contre les grandes épidémies et le SIDA qui, loin
d’être un problème de santé constitue aujourd’hui un problème
de développement.
- Le relèvement du taux de scolarisation des jeunes et surtout
des jeunes filles.
- La lutte contre la pauvreté
- La lutte contre le grand banditisme et contre la corruption qui
constitue un frein à l’essor économique et une inquiétude pour
les citoyens.

" Que Blaise Compaoré soit candidat !"

Sur le plan politique et institutionnel la IVè république a permis
des avancées très remarquables avec le renforcement de l’état
de droit et la décentralisation.
De toutes les républiques qui se sont succédés dans notre
pays depuis 1960, la IVè république est de loin la seule qui a
connu de façon continue, deux élections présidentielles, trois
élections législatives et deux élections municipales. Cela traduit
une bonne stabilité politique, une cohésion sociale et une
volonté à consolider l’Etat de droit dans une Afrique très souvent
perturbée par des troubles socio-politiques.

Depuis l’avènement de la IVè république plusieurs institutions
ont progressivement vu le jour ; il s’agit de :
- L’assemblée nationale
- La grande chancellerie des ordres burkinabè
- Le médiateur du Faso
- Le conseil économique et social
- Le Conseil supérieur de l’ information
- Le conseil constitutionnel
- Le conseil d’Etat
- La cour des comptes
- La cour de cassation

Toutes ces institutions fonctionnent dans le sens du
renforcement de l’état de droit au Burkina Faso.
Les acquis sont innombrables avec chaque jour un plus. Cela
a été rendu possible grâce à des hommes déterminés dans
leur travail et qu’il convient de féliciter et d’encourager ; mais
surtout grâce à un homme dont on ne saurait vanter les qualités
tant il a beaucoup fait pour son pays.

Un homme qui a su tendre la main à son peuple quand il le
fallait, qui sait à quel moment et comment défendre ses
concitoyens ; en témoigne les exactions subies par nos
compatriotes en Côte d’Ivoire.

Un homme qui a toujours défendu le faible et l’opprimé ; en
témoigne son action pour la levée de l’embargo sur la Libye et
la défense des agriculteurs africains du coton contre les
subventions accordées aux producteurs du coton européen et
américain.

Un homme qui a su ouvrir son pays au reste du monde et a
permis aux autres pays pauvres comme le Burkina d’avoir
confiance en eux en organisant de grands sommets dans leur
pays et la CAN.
Un homme qui a fait adhérer son pays aux institutions
internationales et a servi de médiation dans nombreux conflits
africains.

Cet homme c’est Blaise Compaoré sur qui la jeunesse du
Burkina Faso compte pour ses lendemains ;
Ainsi l’assemblée générale extraordinaire du comité général
régional du nord de l’ASJCBC tenue le samedi 22-05-2004 à
Ouahigouya
- Exhorte le président Blaise Compaoré à se présenter au
l’élection présidentielle de 2005
- Lui garantit le soutien indéfectible de la jeunesse de la région
du nord jusqu’à la victoire finale.

- Appelle toute la jeunesse du Burkina Faso à un engagement
responsable, patriotique et d’avenir à travers la mobilisation
autour du président Blaise Compaoré
- Félicite l’ensemble des acteurs engagés démocratiquement
et inconditionnellement au développement du Burkina Faso
- Appelle tous les démocrates sérieux à un comportement
responsable car c’est par des élections qu’on parvient au
pouvoir et non par d’autres moyens.

Vive le Burkina Faso

Vive la démocratie

Vive le président Blaise Compaoré

Nous n’avons pas de pétrole mais nous avons Blaise
Compaoré"

Pour la coordination régionale du Nord
le président,
Kaboré Emmanuel

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Projet bataillon 20-20 contre le covid-19 : Une initiative sans aucune légitimité, selon un citoyen
Situation nationale : Pourquoi tant de souffrances au Burkina Faso ?
Lutte contre le covid-19 : un citoyen penche pour la création d’un fonds d’urgence sanitaire
Quand aller en grève devient une obsession au Burkina !
IUTS : Une démarche approximative ou la mauvaise application d’une bonne politique ? L’analyse du Pr Idrissa Mohamed Ouédraogo, économiste
Lettre ouverte au Président du Faso : « Allez à la rencontre du bas peuple et vous saurez que le malaise est profond »
« Le MPP n’est pas apte à maintenir cet IUTS sur les indemnités et les primes », soutient Me Paul Kéré
Burkina : Les pensées de Koudraogo Ouédraogo autour de la polémique de l’I.U.T.S
Lettre ouverte au Grand chancelier : Il faut retirer les décorations aux ministres qui n’ont pas renoncé aux avantages salariaux
Application IUTS : « Le gouvernement s’est subitement trouvé un patriotisme et une lucidité scandaleusement mousseux », Bassolma Bazié
Renonciation à quelques poulets et bières au profit de l’IUTS : Le ministre Eric Bougouma a vu juste !
Lutte anti-terroriste au Burkina Faso : « A toi, tombé en martyr »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés