Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Inscriptions à l’Université de Ouagadougou : Les nouveaux bacheliers se bousculent

Accueil > Actualités > DOSSIERS > La réforme de l’éducation au Burkina • • mardi 11 septembre 2007 à 07h44min

Ils étaient près d’un millier, les nouveaux bacheliers, le mercredi 5 septembre 2007, à l’Université de Ouagadougou en quête du statut d’étudiant. La première phase de ces inscriptions qui a débuté le mercredi 5 septembre s’étale sur dix jours.

Après le Bac vient l’Université. Mais pour s’y inscrire, ce n’est pas chose facile, il faut user, puiser de l’énergie, de ses muscles : se battre corps et âme dans les rangs, bousculer, être bousculé. Le 5 septembre 2007, les services d’inscription de l’Université de Ouagadougou ont refusé du monde : nouveaux bacheliers, administration, parkeurs, photographes, guides etc., chacun était affairé. Les demandeurs de place doivent suivre un long et périlleux processus avant de voir leurs dossiers réceptionnés.

Ainsi, le futur étudiant s’aligne d’abord devant les guichets du service de comptabilité où il est tenu de verser une somme de 1 000 FCFA pour retirer une quittance qui servira à obtenir une pochette au Service des affaires académiques de l’orientation des inscriptions (SAOI).
Les ennuis commencent dès l’acquisition de la fameuse quittance. Dans les rangs, c’est le désordre total.

Tandis que certains essaient de mettre de l’ordre, d’autres créent le désordre par ce qu’ils ont appelé “intégration”. De ce remue-ménage, jurons, injures et autres formes de plaintes sortent. C’est ainsi qu’une nouvelle bachelière, Alice Sawadogo, se plaint de la situation qui prévaut, à savoir le désordre des futurs universitaires qui ne respectent pas les rangs.

Après avoir acquis les différentes fiches d’inscription, une autre difficulté se présente aux bacheliers, à savoir le remplissage de la pochette. “Beaucoup d’étudiants font des erreurs de remplissage à cause du manque d’attention et la non lecture”, a relevé le chef des services d’inscription et réinscription, Lucie Thiombiano. Elle a confié que des mesures sont prises pour le bon déroulement de la réception des dossiers.

Au SAOI, il y a trois grands guichets où les futurs étudiants, selon les filières choisies, peuvent déposer leurs dossiers. L’Unité de formation et de recherche en sciences économiques et gestion (UFR/SEG) a, elle seule, trois sous guichets.
Au guiche de l’Unité de formation et de recherche en lettres, arts et communication (L’UFR/LAC) Orokia Ouédraogo dit être satisfaite du bon déroulement de l’opération. Après toutes ces tracasseries et luttes rudes, alors le bachelier peut maintenant déposer son dossier avec un ouf de soulagement.

Lassina KONE
Ignace W. BATIONO (Stagiaires)


Les inscriptions s’accompagnent de bonnes affaires

Dans le cadre des inscriptions qui ont lieu ce mercredi 5 septembre 2007, des anciens étudiants créent leur propres initiatives pour se faire de l’argent. A cet effet, beaucoup n’ont pas hésité à se convertir en photographes, en libraires, certains en guides et d’autres même en parkeurs d’engins à deux roues.

Abdoul Bazié, étudiant en 2e année d’anglais et “guide” : “Nous sommes là pour aider les nouveaux étudiants”. Il affirme par ailleurs, qu’il applique de la colle sur les photos d’identité à coller sur les pochettes à 25F CFA.

Quant à Patrice Boro, étudiant en 2e année de SEG (Sciences économiques et gestion), il explique qu’il fait partie de l’Association des étudiants photographes (AEP). “Je fais les deux (2) photographes à 650 FCFA et je gagne 1000 F CFA à 1 500 F CFA par jour”, confie-t-il.
Olivier Babiné, étudiant en SEG III est libraire. Il vend des rames de papier, des classeurs, des classe-feuilles et des feuilles de demande. Les parkeurs ne sont pas en reste. Les parkings bondés d’engins pullulent un peu partout. Il n’y a pratiquement pas de places pour certains engins. En tous les cas, tout ce beau monde de “commerçants” fait recette.

L.S.
I.W.B.


La composition du dossier d’inscription
- un extrait d’acte de naissance
- un relevé de notes du Bac
- deux photos d’identité
- une pochette à retirer auprès du SAOI
- une somme de 1000 FCFA pour le retrait de la quittance pour les nationaux et pour les étrangers, un certificat de nationalité de plus.

Le tout doit être mis dans une demande adressée à Mme le président de l’Université de Ouagadougou où le futur étudiant doit préciser le choix des filières (trois au maximum).

L.S
I.W.B.

Sidwaya

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Rentrée scolaire 2007-2008 : Une gratuité incomprise par certains parents
Rentrée scolaire et universitaire : Odile Bonkoungou sur les chantiers de la réforme
Finies les vacances, vive la rentrée scolaire !
Plaidoirie des jeunes avocats : Pour un respect effectif des droits de la défense au Burkina Faso
Alphabétisation et éducation non formelle : Des acteurs s’organisent au sein de Pamoja/Burkina
Il y a école et école
Alphabétisation et éducation non formelle : Des fonds privés sollicités pour plus de résultats
Alphabétisation au Burkina : S’adapter aux enjeux de la mondialisation
Enseignement Secondaire : Les conseillers pédagogiques tiennent leur première conférence annuelle
Inscriptions à l’Université de Ouagadougou : Les nouveaux bacheliers se bousculent
Université polytechnique de Bobo : Risque d’année invalidée au département de Génie civil
Maxime Somé : "L’enseignement technique n’est pas un engagement par défaut"
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés