Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui épouse facilement la foule connaît des jouissances fiévreuses.» Charles Baudelaire ; Le spleen de Paris, Les foules (posthume, 1869)

Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

Me Bénéwendé Sankara

C’est à un échange épistolaire aigre-doux que se sont livré ces derniers jours Roch Marc Christian Kaboré, le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), et Me Bénéwendé Sankara, celui de l’Union pour la renaissance/Mouvement sankariste (UNIR/MS).

Au premier qui l’invitait à participer au colloque sur le thème "Démocratie et développement en Afrique", prévu à l’occasion des manifestations commémoratives du 20e anniversaire de l’arrivée au pouvoir de Blaise Compaoré, le second, qui n’est pas loin de percevoir cela comme pure provocation, parle de "courtoisie de façade" et invite, à son tour, son interlocuteur à la commémoration d’un autre vingtième anniversaire : celui de l’assassinat de Thomas Sankara. Voici les correspondances que les deux personnalités ont échangées, respectivement le 22 août et le 3 septembre 2007, et que Me Sankara nous a fait parvenir.

Roch à Me Sankara "Votre présence va rehausser le niveau du débat"

Monsieur le président,

A l’occasion des manifestations marquant le 20e anniversaire de l’accession au pouvoir de SEM Blaise Compaoré, président du Faso, qui se dérouleront du 10 au 20 octobre 2007, j’ai l’honneur de porter à votre connaissance que notre parti, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), organise un colloque international à Ouagadougou sur le thème : "Démocratie et Développement en Afrique".

Ce colloque, qui se tiendra les 14, 15 et 16 octobre 2007 dans la salle des banquets de Ouaga 2000, donnera l’opportunité aux acteurs de la scène politique africaine et internationale d’identifier les pistes à même de contribuer de façon novatrice et efficace à la consolidation de la démocratie pour un développement durable en Afrique.

La direction politique nationale du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) serait très honorée de vous compter parmi ses invités, dont la présence contribuera à rehausser le niveau du débat et l’éclat particulier que nous voulons donner à cette manifestation.

Par conséquent, je vous saurais gré des dispositions qu’il vous plairait de faire prendre pour nous confirmer votre participation pour les modalités d’organisation. Vous en souhaitant bonne réception et dans l’attente d’une confirmation de votre participation, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments les plus distingués.

Démocratie - Progrès - Justice

Le Président du parti,
Président du BPN
Roch Marc Christian Kaboré


Me Sankara à Roch C. Kaboré : "Nous ne pouvons faire cette commémoration ensemble"

J’accuse réception de votre correspondance n°2007/153/CDP/CN/BPN/BEN du 22 août 2007, par laquelle vous m’invitez à participer au colloque que vous organisez à "Ouaga 2000" à l’occasion des manifestations marquant le 20e anniversaire de l’accession sanglante de monsieur Blaise Compaoré au pouvoir, le 15 octobre 1987, et je vous en remercie. Cependant, vous me permettrez de vous rappeler que cet anniversaire, heureux pour vous, correspond, hélas, pour la majorité des Burkinabè au point de départ d’une descente aux enfers au-delà même de l’hécatombe qui l’a marqué.

En outre, s’il peut être loisible à chacun dans un Etat de droit de fêter ou de faire le deuil de cet anniversaire selon son camp, il est difficilement compréhensible et justifiable dans ce même Etat de droit de disposer du cadre huppé de "Ouaga 2000", tout en bloquant le cadre populaire de la Maison du peuple qui sied, nous vous le rappelons, aux gens du Président Thomas Sankara. C’est, Monsieur le Président, ce genre d’indice qui, au-delà de la courtoisie de façade que vous nous faites aujourd’hui, nous rappelle que la logique du "tuk guilli" reste le seul credo de votre régime.

En effet, il eût été plus pudique pour la mémoire collective, qui a été durablement meurtrie par la boucherie du 15 octobre 1987, que vous commémoriez plutôt le retour à une vie constitutionnelle normale et l’investiture de Monsieur Blaise Compaoré suite à l’élection présidentielle de 1992, même si nous savons tous les conditions dans lesquelles elle a été organisée.

A ce titre, il nous paraît utile de vous rappeler que la démocratie ne se mesure pas par les colloques, fussent-ils internationaux, ou par la marque des personnalités conviées. Elle est à portée de main dans l’association de toutes les forces vives de la nation à la gestion de la chose publique et dans la prise en compte des intérêts des plus démunis. La démocratie ne peut s’accommoder de la protection et de la prospérité d’un seul individu et de son régime au-delà et au mépris de toute autre considération de justice sociale et d’équité.

Pour ces raisons et bien d’autres encore, qu’il serait fastidieux d’énumérer ici, nous nous démarquons de cette mascarade de colloque, qui n’est qu’une tentative d’occuper le terrain pour essayer d’éclipser la commémoration internationale de l’odieuse forfaiture du 15 octobre 1987, que, nous le rappelons, des patriotes et des démocrates d’autres pays tenaient à organiser chez eux au regard de la stature planétaire acquise par le président Thomas Sankara.

Cette stature, faut-il le rappeler, s’est imposée au fil des ans à travers le monde en dépit de l’offensive déclenchée depuis le 15 octobre 1987 pour saper son image et sa mémoire, notamment la trouvaille de la valise d’argent vite rengainée, car nul n’a pu être dupé ici et ailleurs sur la probité inaltérable du Président Thomas Sankara. Cette stature n’est donc plus à faire, et ce n’est pas aujourd’hui que des colloques pourraient dévoyer le devoir de mémoire et la détermination des organisateurs de ce 20e anniversaire, dont nous avons une lecture si divergente que nous ne pouvons le commémorer ensemble.

Mais, s’il s’agit de démocratie, de bonne gouvernance, de lutte contre l’impunité, entre autres, notre commémoration, même si elle se tient dans un espace vert, puisque tout autre lieu convenable nous est fermé, se dépouillera des protocoles pour aborder les vrais enjeux de la libération et du développement de l’Afrique, et vous y êtes cordialement invité en retour. Dans cette perspective, je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Président, les assurances de ma considération distinguée.

Maître Bénéwendé S. Sankara

Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 5 septembre 2007 à 09:28 En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

    Le point de départ d’un débat houleux sur lefaso.net aujourd’hui

    Répondre à ce message

    • Le 5 septembre 2007 à 11:11, par TEZ En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

      D’abord une question de principe : le destinataire d’une correspondance doit -il rendre publique et par voie de presse le contenu de celle-ci sans l’accord de l’emetteur ? Comme au proces, il est important a mon avis de trancher sur les aspects proceduriers de la question avant toute autre analyse. TEZ

      Répondre à ce message

      • Le 5 septembre 2007 à 13:50, par Aziz En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

        TEZ, le receveur comem l’envoyeur ont le droit de faire usage de la communication comme bon leur semble. Rien, ni sur le point juridique, ni sur le point moral - gardons en tete qu’il s’agit de leaders politiques, ne leur empeche de rendre la communication publique.

        Répondre à ce message

        • Le 5 septembre 2007 à 15:27, par KALMOGO En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

          AZIZ, Toutes les lettres ne sont pas destinées à être publiées dans la presse mais il appartient à l’émetteur de le préciser, si la correspondance est confidentielle ou non.

          Pour participer aux débatx, disons-le net:Vivement que la paix des coeurs soit une réalité dans notre chère Faso.
          Cette paix passe par plusieurs étapes qui, à mon humble avis, sont primordiales :
          - 1.vérité et justice sur toutes les formes de crimes(de sang, écomique ...) commis aucours de Notre histoire.
          - 2.pardons et réconciliation de tous(tes) les fils(les) du Faso sur toutes nos pages de Notre histoire commune.
          - 3. L’instauration d’une démocratie (au vrai sens du mot)
          Les jeux de cache-cahe, les courtoisies de façade ne font que retarder les échéances d’introspection et de rétrospection qui nous permettront à coup sûre de fêter ensemble les pages de Notre histoire commune.

          Répondre à ce message

          • Le 5 septembre 2007 à 20:07, par rodriguez En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

            sans aucune passion, ce qu’il faut garder de ces deux correspondances c’est qu’il s’agit là d’un échange de courrier entre deux politiciens de bord opposé. peu importe que cela soit mis à nu ou pas ! Il est politiquement correct que Roch essai d’inviter Benewendé à son colloque et ce, pour diverses raisons : il pourra dire que toute la classe politique Burkinabe a été invitée mais que certains n’ont pas voulu y participer. cela montrera sa "bonne foi". connaissant bien Me Sankara, M. Roch savait mieux que nous que ce dernier allait rejeter l’invitation et même qu’il allait repondre à ladite correspondance et faire publier les deux courriers. c’était putôt une question de forme.
            il est tout aussi politiquement correct que Me sankara agisse ainsi. les motivations : son parti est considéré aujourd’hui comme le seul vrai parti sankariste et le seul vrai parti d’opposition. en acceptant l’invitation, il tuait une seconde fois Thomas Sankara et c’aurait été aussi la mort politique de Benewendé et aussi de l’UNIR/MS. Nos deux hommes politiques ont échangé chacun voulant tirer la couverture en sa faveur mais tout en restant respectueux l’un envers l’autre. Alors nous, burkinabe devons comprendre cela et écarter toute forme de passion dangereuse qui peut reveiller les vieux démons... respectons-nous. Au Burkina on n’est ni tous du CDP et ses partis satellites, ni tous de l’opposition radicale ou modérée. Ce qu’il nous reste à faire, c’est analyser, critiquer et s’il y’a lieu, proposer des idées à tel camp ou tel autre en espérant de nous faire entendre. Nous devons apprendre à combattre des idées et non des personnes.
            Bien à vous chers internautes !
            rodriguez

            Répondre à ce message

          • Le 5 septembre 2007 à 20:52, par Sakariste de Suisse En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

            Yamyele, Pourquoi êtes vous oubliés par le cdp ? Le Cdp a eu raison de vous oublier, vous n’aspirez pas confiance, vos écrits prouvent votre personnalité de pheul lépreux, qui ne peut pas traire le lait mais sait le renverser.
            Au vu de ce qui précède, je trouve que ce n’est pas une bonne manière de rendre hommage au président Blaise Compaoré le 15 octobre prochain. Il faut oeuvrer à une vraie réconcialition des burkinabé. Sankara mérite ce jour de comémoration, Blaise Compaoré mérite aussi le rang des grands hommes, son règne ne s’est pas limité à l’assacinat de Tom Sank, il fait aussi pour le peuple. ceux qui bouffent maintenant dans les rang du cdp qui ont trompé et pousser Blaise Compaoré à commettre le crime odieux. Si Blaise Compaoré souhaiterait vivre tranquile dans sa vieillesse, il faut qu’il accepte de rendre justice, dire pardon aux sankaristes. yamyelé SvP , on aimerait trouver des gens plus constructif dans le forum

            Répondre à ce message

      • Le 5 septembre 2007 à 20:26 En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

        mr TEZ c`est quel type de droit veut tu prevaloir , merci de rapeller qu`on est en politique.
        a moins que tu ne soit yamyele bis-

        Répondre à ce message

  • Le 5 septembre 2007 à 11:13, par Yamyélé En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

    Qui a envoyé ces lettres-là aux journalistes ? Et à quel dessein ? Posez-vous la question. Pour moi c’est simple : si on t’invite et tu ne veux pas aller, tu déclines et c’est tout. Tu n’as pas besoin de mal parler dans ta réponse, d’autant plus que dans l’invitation, il n’y a pas été écrites de mauvaises choses.

    Moi Yamyélé, l’oublié du CDP, je ne marche pas avec de telles visions. Le camarade Rock a été courtoi sinon en principe il n’était même pas obligé de faire une invitation.

    Par Yamyélé, militant de l’ODP/MT (au CDP mais aujourd’hui oublié !)

    Répondre à ce message

  • Le 5 septembre 2007 à 12:48, par rayim En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

    c`est assez serieux , et j`ai une crainte pas des moindres sur cette periode des commemorations au BF.
    Mrs du pouvoir sachez qu`en matiere de paix social , il y`a rien d`acquit au BF. sachez egalement que les guerres et autre rebellions n`ont pas une forme special pour demarer , donc arrettez les provocations de ce genre. Mr ROCH vous tout le respect que je vous doit, sachez que je suis bien decu ce matin.

    Répondre à ce message

  • Le 5 septembre 2007 à 17:57, par Yamyélé En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

    Rayim et le suivant, donc vous vous êtes heureux que moi Yamyélé je sois l’oublié du CDP, même si je suis membre fondateur de l’ODP/MT que les oiseaux de mil et les criquets sont venus envahir ?

    Dans tous les cas Me Sankara ne devrait pas envoyer cette lettre à la presse ; c’est parce qu’il vise un objectif. Sinon est-ce qu’il peut jurer que depuis qu’il siège à l’assemblée, c’est la première lettre à lui envoyée par le Camarade Roch ? Et pourquoi il n’a pas publié ces autres lettres là ? Arrêtons de chialer les gars !

    Même si j’ai été oublié au CDP, je ne combat pas pour autant mes camarades originaux, et surtout s’ils ont raison. Au lieu que ce soit cet anniversaire, si le camarade Rock avait invité Me Sankara à l’inauguration d’une rue, est-ce qu’il allait faire ainsi ?

    Par Yamyélé, militant de l’ODP/MT (oublié du CDP) : excusez-moi, je ne vous pompe pas l’air, c’est que je suis aigri.

    Répondre à ce message

  • Le 5 septembre 2007 à 19:16 En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

    Le CDP veut occuper le terrain ! C’est de bonne guerre devrions-nous dire. C’est la politique. Mais après 20 ans de pouvoir vouloir a-t-on besoin d’agir ainsi ? Célébrer 20 ans au pouvoir au 21e siècle... Sans esprit partisan aucun ; disons-le net c’est honteux de célébrer cela de nos jours. Cela indépendamment des circonstances de l’accession au pouvoir. Ce qui ne signifie pas que le bilan de M. Compaoré soit négatif sur toute la ligne bien au contraire il y a des succès qu’il convient de reconnaître.
    A nos deux leaders politiques, pour l’amour du pays...

    M. Kaboré, vous que beaucoup de personnes apprécient sans être membres de votre parti, vous êtes présidentiable(ne dites pas n’y avoir jamais pensé.) Vous n’êtes pas le seul à l’être au sein de votre parti. C’est normal. Honnêtement pour le bien du pays le CDP aurait été inspiré de tenir un colloque qui réunit tous les partis du Burkina voire d’Afrique pour parler de l’alternance pacifique dans les partis et dans les pays. Il est temps de parler dans votre parti de l’après Blaise Compaoré après 2... ans. Pas qu’il démissionne comme M. Tony Blair après... 10ans mais de se demander quelle démocratie son régime laissera à nos enfants. Le président Compaoré devrait s’opposé lui-même à cet exercice. Ce sera très réducteur de résumé son action aux évènements du 15 octobre 87. Lui aussi est un grand Homme d’État, n’en déplaise, mais qui doit sérieusement réflichir sur son départ du pouvoir.

    M. Bénéwendé Sankara, faites en sorte que vos célébrations ne se résument pas à la dénonciation tous azimuts du pouvoir en place. Cela vous le fait en temps normal comme tout parti d’opposition. Apparemment celui qui est célébré savait sa fin tragique. Celle-ci ne doit donc pas élider la profondeur de certaines de ses idées qui traversent l’histoire et le monde. Cela ne serait pas lui rendre justice. Ce sera très réducteur. Pour construire le Faso et l’Afrique, il faille transformer ces idées en propositions voire projets concrets. On ne peut pas entretenir la haine non plus. Pensons à un avenir apaisé et préparer nos populations à cela.

    La vraie solution c’est la démocratie. Et c’est à force de contourner la vérité que certains "néo-fascisants" viennent en Afrique pour tenir des discours avilissants pour tous. Suivez mon regard !

    Qu’est ce qui empêche à Roch de se prononcer candidat à la succession de Blaise ? Il en a la carrure.

    Respectueusement

    Répondre à ce message

    • Le 5 septembre 2007 à 20:37, par rodriguez En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

      Très beau jugement. il n’y a rien à dire. vous ferez mieux de signer vos écrits prochainement même sous le couvert d’un pseudonyme afin que les internautes puissent reconnaitre vos écrits. Le seul hic, c’est quand vous vous addressez à Me Benéwendé en parlant de Sankara :« Apparemment celui qui est célébré savait sa fin tragique. Celle-ci ne doit donc pas élider la profondeur de certaines de ses idées qui traversent l’histoire et le monde. Cela ne serait pas lui rendre justice. Ce sera très réducteur (...)". Norbert Zongo savait lui aussi sa fin tragique. combien de fois l’histoire burkinabe va t-elle continuer à se repeter ? rappellez-vous que le mouvement "Trop c’est Trop" qui fut spontané aux lendemains du crime de Sapouy est venu comme une nécessité, une préoccupation majeure pour tous les burkinabe épris de justice et de paix. Aucun peuple au monde n’a jamais dit un jour "voilà, nous avons assez reclamé la justice. laissons maintenant libre court à l’impunité, aux crimes économiques et de sang...". Comme leader d’opposition, Me Sankara agit bien ; cela ne veut pas dire qu’il ne pense pas non plus à un avenir apaisé pour le peuple Burkinabe. Cherchez à lire son programme et vous le connaitrez davantage. Salut à vous !
      rodriguez

      Répondre à ce message

    • Le 5 septembre 2007 à 22:47, par KALMOGO En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

      Je souhaite vous repondre mais vu que vous n’avez pas mentionné votre nom, peut être avez vous peur (puisqu’il nous faut la démocratie et que ce n’est visiblement pas le cas pour l’instant). Donc je ne vous en veux pas pour n’avoir pas mentionné votre nom.

      Bref,quelque soit alpha, pour paraphraser les matheux, n’ayons pas peur de nos arguments, de nos points de vue ; en deux mots assumons-nous.
      A suivre votre commentaire, vous auriez voulu que le CDP invite tous les partis du Burkina ; je pense que c’est ce que fait le président Rock. C’est l’objet même de nos commentaires.
      Vous posez également le problème de la succession du Président Blaise Compaoré et vous semblez vouloir qu’une personne(en l’occurence Rock) se déclare candidat. Je pense que là n’est pas l’objet du débat ; pour l’heure. (Peut être on aura l’occasion d’en parler car ce sujet reviendra un jour, l’alternance démocratique). Il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs. Il n’y a pas de mal que le 15 octobre soit une tribune de rétrospection et il n’y a rien de réducteur à ce niveau.
      Egalement, vous suggerez à maître sankara de ne pas passer tout son temps à dénoncer. Cela est vrai, il ne faut pas que l’action politique soit réduit à réclamer justice pour nos dévanciers car Nous et les générations futures avons besoin d’avancer, de progresser.
      Comme je l’ai dit dans un de mes posts précédents : il nous faut la vrai paix des coeurs dans notre chère Faso. Et ma proposition, pour y parvenir, est :
      - 1.Vérité et justice : il n’y a aucun mal à dire la vérité et à rendre justice.
      - 2.Pardon et réconciliation : la grandeur des hommes est de savoir pardonner et se réconcilier avec ceux qui, de par leurs actes, proches ou isolés, nous ont causé du tort. Bien sûr que le pardon ne se décrète pas car il est billatérale et doit être réciproque.
      - 3.Après les phases 1 & 2, Nous Nous engageons résolument dans la démocratie. Et selon moi, la démocratie ne se résume pas à décreter un quinquénat ou un septenant pour tout dire à limiter les mandats car on prive ceux qui ne peuvent pas se répresenter leur droit, leur liberté. Tous les citoyens y compris le président du Faso, doit pouvoir solliciter le suffrage de ses concitoyens, comme ils le veulent quand ils le veulent ! Pourvu que ce soit une vrai démocratie, libre et transparente.
      Ensemble, élévons le débat et merci à lefaso.net de nous avoir offert cette tribune d’informations et d’expressions sur Notre chère Faso. Bon vent à vous.
      Cordialement

      Répondre à ce message

  • Le 5 septembre 2007 à 20:43 En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

    Bonjour a tous,

    Je suis un fidele visiteur de ce site internet. Je voudrais remercier tous ceux qui contribuent chaque jour a enrichir les debats en donnant leur point de vue, mais avant tout, remercier lefaso.net lui-meme pour ce cadre qu’il offre. Je souhaite que ce site resiste au temps et aux ploiticiens car il est un cadre d’echanges pour tous les burkinabes de part le monde.
    J’ai chosi pour des raisons personnelles de ne contribuer aux debats (je suis victime de la politique Compaore vivant a l’etranger), mais voudrais vous feciliter tous pour ce ce que vous faites. C’est de cette maniere que tous les changements ont commences. Tot ou tard il atteindra le pays des hommes integres parce que ses fils et filles sont eveilles et s’eveillent plus de jour en jour.

    Répondre à ce message

    • Le 6 septembre 2007 à 17:31, par M. Hess En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

      Je suis l’auteur de ce texte. Je suis désolé. C’est une omission car j’ai toujours signé mes contributions. Ne pas le faire c’est contribué à entretenir cette peur supposée ou avérée qui nous entrave. mouhess@yahoo.fr

      Une petite précision, je ne tiens pas à ce que Roch précisement soit candidat à quoi que ce soit. Le fond de la pensée est un appel est que quelqu’un comme ne devrait préfèrer taire ses ambitions pour se satisfaire de rôle de "célébreur"(ça n’existe pas mais vous comprendrez !). Je parle de l’alternance à la tête de l’État et des partis politiques. Il ne faut pas sous pretexte de vouloir étoffer une opposition de célébrer ou applaudir une situation qui n’en a plus besoin. 2.. ans au pouvoir ! Ouf... Le président a dû avoir des célébrations depuis.

      Je donnais l’exemple de Tony Blair, parti malgré ses succès économique, citons aussi Jean Chrétien au Canada qui démissionne après avoir remis le pays sur les rails. Comme quoi les succès relatifs ne sauraient être un pretexte suffisant. Oui ! mais ce sont de vielles démocraties. Facile ! L’usure du pouvoir est connu était connu en Afrique aussi. En témoigne l’histoire de Guiba. (Le prince ainé du Moogo-naba doit sejourner à Guiba, y règner avant de prétendre au trône du Moogo. L’origine de cette pratique serait liée à une histoire d’alternance ! destitution, nouveau roi, etc.) Notre propre histoire a des élments pour nous éclairer. C’est ce que les autres font, il n’y a qu’à les observer faire.

      Répondre à ce message

    • Le 16 septembre 2007 à 10:40 En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

      Hess,
      ça fait longtemps que les opposants sont revenus au pays. Ils peuvent même, désormais, critiquer l’interview du Président du Faso. Quel est le type d’opposant que vous êtes, victime de la politique du Président Blaise COMPAORE ? ça, ça doit faire rigoler les internautes et les burkinabé de l’intérieur. Revenez au pays !!!, Y a rien !!!! Maintenant c’est la démocratie. Même M. KAFANDO, est député à l’assemblée nationale. Et le capitaine ouali a pu s’extraire tout seul de la maison d’arrêt car il n’est pas revnu après une permission de sortie. Vous pouvez aussi contribuer intellectuellement sur le faosnet, sans problème. Je partage seulement vos compliments sur le Fasonet. pasaktalé. Ouaga

      Répondre à ce message

  • Le 5 septembre 2007 à 21:13 En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

    Je suis triste de constater que certains hommes politiques de mon pays ne sachent pas le minimum de comportement decent qu’ un homme normal devrait avoir. Comment peux-t-on comprendre qu’ à une simple lettre d’ invitation d’ une dizaine de lignes on réponde par des tomes ? En gentleman, on aurait tout simplement remercié pour l’ invitation et regretté de ne pouvoir y prendre part. Personne n’ aurait demandé une explication.
    Meme si cette invitation n’ a pas été de votre gout, le rang que vous occupez dans la societé ne vous permettait pas de descendre aussi bas pour étaler votre haine viscérale contre le CDP, son Président et encore moins S.E. M. le Président du Faso, sauf si...
    Soyons courtois ! C’ est le début de toute vie qu’ on veut normale et sociable. Ne soyons pas comme ces bêtes qui répondent aux caresses de leurs maîtres par des coups de crocs.

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2007 à 14:58, par Yamyélé En réponse à : > Invitation du CDP à l’UNIR/MS : “Courtoisie de façade” pour un 20e anniversaire

    A ceux qui prennent un malin plaisir à m’insulter, je vous met fermement en garde ! Damis, merci beaucoup de tes conseils, toi au moins tu peux me permettre de me resaisir.

    Quant au soit-disant Sankariste de Suisse, tu ne m’apprends rien en ce qui concerne la révolution. Quand vous êtes à l’extérieur, vous passez le temps à insulter les pouvoirs en place dans vos pays pour justifier votre séjour. Mais j’ai compris une chose : ce ne sont pas les vrais gars qui insultent, ce sont surtout ceux qui ne peuvent pas tomber sur une calebasse et la briser qui le font. C’est pareil pour tous les africains à l’extérieur, et j’ai eu le temps de le constater. Sinon les africains qui sont à l’extérieur, qui y ont un bon boulot, avec leurs familles ne le font pas. Ce sont ceux qui font MBD qui injurient le plus les pouvoirs de leurs pays (MBD : Metro Boulot Dodo).

    Toi qui dit être victime de la politique de Compaoré : tu mens complètement. Blaise n’est pas ce que tu crois. Il faut être clair : tu as certainement des problèmes judiciaires et tu es allé te planquer à quelque part.

    A bon entendeur, Salut Vive le CDP !! ODP !! Hoyééé !!! ODP !!! Hoyééé !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril 2015 à 18:47, par Mariel Hulsey En réponse à : Invitation du CDP

    Kein Patch ben

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés