Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Education : L’internat fait le plein dans le Sanmatenga

Accueil > Actualités > DOSSIERS > La réforme de l’éducation au Burkina • • lundi 3 septembre 2007 à 08h18min

Lors des concours directs de la Fonction publique, nous avons lu une affiche dans la salle des professeurs du lycée provincial de Kaya qui nous a laissé pantois.

Après les examens du BEPC session 2007, la direction régionale des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique du Centre-Nord a publié la liste des vingt-huit (28) établissements secondaires ayant pris part aux examens. Selon l’ordre chronologique, le séminaire Saint Cyprien arrive en tête avec 100% de réussite, suivi de l’institut Sainte Thérèse-d’Avilla avec 80,43% et en troisième position le centre bilingue de Tanyoko avec 64,52%.

C’est dire que les élèves de l’internat réussissent mieux que ceux qui sont à l’externat. Ce qui est indéniable puisque la plupart des dirigeants d’aujourd’hui ont fréquenté l’internat. Ce qui est à souligner, c’est la troisième place du centre bilingue de Tanyoko, un village du département qui n’a vu un centre de santé primaire qu’en 2006 et ceci grâce à l’ONG "Action directe" qui a débuté ses œuvres avec le regretté Réné Waïs décédé en 2006 à Kaya et exclu entre temps de l’établissement.

Du CP1 à la troisième, quel chemin parcouru ? Malgré la scolarité qui fait 150 000 francs CFA, les gens n’hésitent pas à inscrire leur progéniture qui se voit sevrée de télé, de spectacles avec des artistes, d’organisations de concours de danse comme cela se voit à Kaya. Que dire alors du CEG de Bourzanga avec un taux de réussite de 9,80% soit cinq admis sur cinquante et un (51) présentés !
Pour une commune où il n’y a pas tant d’activités qui peuvent détourner l’attention des élèves des études, il faut vite trouver une solution puisque les élèves sont externes. Ce qui est certain, les établissements secondaires avec internats ont une scolarité beaucoup plus élevée que ceux qui ne le sont pas.

Quand on sait qu’à l’institut Sainte Thérèse-d’Avilla de Kaya le coût de l’internat avoisine 344 500 CFA, il n’est pas donné à n’importe qui d’y envoyer sa fille par rapport à l’externat qui revient à 80 000 francs CFA. C’est dire que pour que votre enfant réussisse, il vous faut mettre la main à la poche.

Jacques NONGUIERMA
AIB/Kaya

Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 3 septembre 2007 à 15:33, par Paulin En réponse à : > Education : L’internat fait le plein dans le Sanmatenga

    Merci pour cet article qui interpelle l’Etat sur sa responsabilite dans la reinstauration des internats. En realite la baisse du niveau de l’enseignement est du a la suppression des internats. L’Etat doit y revenir car il y va de la qualite de l’enseignement. L’internat ne doit pas rester une affaire du prive.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Rentrée scolaire 2007-2008 : Une gratuité incomprise par certains parents
Rentrée scolaire et universitaire : Odile Bonkoungou sur les chantiers de la réforme
Finies les vacances, vive la rentrée scolaire !
Plaidoirie des jeunes avocats : Pour un respect effectif des droits de la défense au Burkina Faso
Alphabétisation et éducation non formelle : Des acteurs s’organisent au sein de Pamoja/Burkina
Il y a école et école
Alphabétisation et éducation non formelle : Des fonds privés sollicités pour plus de résultats
Alphabétisation au Burkina : S’adapter aux enjeux de la mondialisation
Enseignement Secondaire : Les conseillers pédagogiques tiennent leur première conférence annuelle
Inscriptions à l’Université de Ouagadougou : Les nouveaux bacheliers se bousculent
Université polytechnique de Bobo : Risque d’année invalidée au département de Génie civil
Maxime Somé : "L’enseignement technique n’est pas un engagement par défaut"
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés