Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans l’amour des hommes pour les bêtes tout l’amour des hommes pour lеur sеmblаblеs. Lеs bêtеs lе рrеssеntеnt, lеs hοmmеs lе рlus sοuvеnt l’ignοrent. » Fernando Barral

Me Franceline Toé Bouda : La justice, rien que la justice...

Accueil > Actualités > Portraits • • lundi 6 août 2007 à 06h34min

Me Franceline Toé-Bouda

Femme énergique, qui revendique volontiers son engagement pour la vérité et pour la justice, Franceline Toé Bouda, issue d’une famille de 9 enfants, était quasiment destinée à convoler en justes noces avec la robe noire. Surtout que, dans son environnement familial, l’une de ses sœurs avait déjà embrassé la magistrature.

Depuis, cette avocate, qui tient actuellement les rênes de l’Association des femmes juristes du Burkina (AFJB), « plaide la justice » au quotidien pour le bonheur de ses clients...

« Si être féministe, c’est croire à l’égalité entre les hommes et les femmes, alors je le suis ! En fait, je crois que je suis surtout humaniste. » D’emblée, cette femme qui déborde visiblement d’énergie justifie ainsi son engagement au sein de l’Association des femmes juristes du Burkina (AFJB), dont elle est la présidente depuis février 2006 et pour un premier mandat de deux ans. Cette association, qui compte une centaine de membres, a été créée en 1993 pour promouvoir le droit et s’élever contre toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Aussi, Me Franceline Toé Bouda considère-t-elle son engagement au sein de l’AFJB comme un prolongement logique de son métier d’avocate.

Fille de François Bouda, chef coutumier et par ailleurs homme politique de renom dont une rue de la capitale porte le nom, Me Bouda n’a pas connu une scolarité tout à fait normale. A cause des multiples affectations de son père, elle fréquentera pratiquement chaque classe du primaire dans une ville différente. Son secondaire, elle le fera à Ouagadougou, d’abord au collège Notre-Dame de Kologh-Naba, puis au lycée Philippe Zinda Kaboré, où elle décroche un baccalauréat économique en 1976.

Très tôt séduite par la justice, elle entreprend des études de droit à Lomé (Togo), puis en France et au Burkina. Après un DESS en droit des affaires et fiscalité, et un diplôme de juriste-conseil d’entreprises à l’Université de Rennes, elle rentre au bercail et est inscrite sur le tableau des avocats comme avocate stagiaire, en 1986.

Après son stage, effectué dans le cabinet de Me Benoît Sawadogo, de 1986 à 1989, elle travaille, après son inscription au grand tableau du Barreau burkinabè, en association avec ce dernier jusqu’en 1994, avant d’ouvrir son propre cabinet. Depuis ce jour, elle a défendu avec conviction des centaines de dossiers. Mais ce dont celle qui affirme qu’elle « ne plaide que la vérité », est le plus fière, c’est d’avoir pu réhabiliter la mémoire de son père, condamné par les Tribunaux populaires de la révolution (TPR). « Malheureusement, il n’était plus là pour voir cela », note-elle avec regret.

Malgré tout, son métier lui donne satisfaction et l’accapare au point de lui faire passer des nuits entières dans son cabinet. Elle avoue qu’il lui est même arrivé de défendre des clients complètement désargentés, sa seule récompense étant la gratitude manifestée, en retour, par ces derniers. « Certains, de passage, m’apportent qui un coq, qui un mouton, ou passent simplement pour me dire bonjour. Cela fait toujours plaisir ».

Me Franceline Toé Bouda, chevalier de l’Ordre national du Burkina (1997) et officier de l’Ordre national du lion, du Sénégal (1998), a fait un passage remarqué au Conseil économique et social entre 1993 et 1999. Elle est aussi une mère de famille comblée, qui adore passer ses moments libres avec ses trois enfants. « C’est très instructif pour eux et pour moi », dit-elle, avant d’ajouter que, grâce à eux, elle a même appris le verlan, langage des rappeurs. Son rêve : écrire un jour ses mémoires.

Par Désiré Théophane Sawadogo

Fasozine

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mode : Le styliste Saint Laurent sur les traces de François 1er
Filière avicole : Moablaou, la poule aux œufs d’or d’Abou Simbel Ouattara
Entreprenariat : Fadilatou Kaboré, une femme qui « mange » dans la pomme de terre
Yacouba Sawadogo, prix Nobel alternatif 2018 : « Je suis disposé à transmettre mon savoir-faire »
Député Tini Bonzi : « Le serpent a mordu l’UPC au talon ; nous allons lui écraser la tête »
Bernadette Gansonré : Un modèle de réussite dans la haute couture
Politique : Lona Charles Ouattara, le « déconstructeur » du mythe Sankara
Assemblée nationale : Abdoulaye Ouédraogo, le premier député sous-officier subalterne
Artisanat : Malick Zoungrana, l’homme qui transforme les pneus en objets d’art
Politique : Jacques Kodjo Palenfo, "l’enfant terrible" du parlement burkinabè
Stylisme : Mohase Design, la griffe de l’ancien étudiant en chimie-biologie
Mathilde Zerbo : Etudiante en médecine et oratrice hors pair
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés