Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être biеn аvес sοi.» Bernard Le Bovier de Fontenelle

Guinée : Premier test réussi pour Kouyaté

Accueil > Actualités > International • • vendredi 30 mars 2007 à 07h40min

Lansana Kouyaté

Ca y est ! Le nouveau gouvernement tant attendu de la Guinée est enfin formé. Il est essentiellement constitué d’un cabinet réduit de technocrates, soit 19 au total. Ce sont eux qui auront entre les mains la lourde mission de conduire la Guinée sur les voies du redressement et de l’espérance.

Mais pour trouver ces oiseaux rares, que la tâche fut ardue pour le nouveau Premier ministre, Lansana Kouyaté ! Si l’on en juge du moins par le temps mis par ce dernier pour dénicher ses mousquetaires. Dans ses consultations, Lansana Kouyaté semble s’être attaché, malgré le temps que cela devait prendre, à trouver des hommes à la fois neufs, compétents et propres, de sorte qu’ils puissent faire le consensus. Fort heureusement, son choix a été celui des Guinéens dans leur grande majorité.

Etape jugée difficile - il n’était pas évident que la composition de ce gouvernement rencontrât l’adhésion du peuple - elle vient donc d’être remportée par le Premier ministre guinéen. Comme dans une course d’obstacles, c’est un premier test réussi pour l’ancien secrétaire exécutif de la CEDEAO. Même si l’homme partait déjà avec quelques avantages. Pour être en effet resté longtemps à l’extérieur et donc relativement peu connu des Guinéens, il ne courait pas trop de risques d’être l’otage d’un quelconque parti politique. Sans aucun doute, sa récente intrusion dans la politique aura été un facteur déterminant dans ses relations en apparence distanciées avec les différents partis politiques en général et les anciens barons du régime Conté en particulier.

Cela étant, l’on ne saurait passer sous silence la composition de l’équipe gouvernementale. En s’entourant d’à peine vingt ministres, Lansana Kouyaté a opté pour une équipe suffisamment soudée pour aller à l’assaut des nombreux problèmes de la Guinée. Compris autrement, ce n’est pas le nombre pléthorique d’un gouvernement qui fait sa force, mais plutôt la qualité des membres qui l’animent.

Reste maintenant à ne pas décevoir les espoirs du peuple guinéen, mais à conduire le processus enclenché jusqu’au bout. En cela, le diplomate guinéen ne manque pas d’atouts. C’est un homme nouveau, doublé d’une réputation qui, globalement, rassure : propre, il n’a pas de comptes à rendre au régime contesté de Conté. Et puisque les membres de son gouvernement doivent être à l’image de sa probité, on comprend le choix de ses hommes.

Pour autant, saura-t-il travailler en toute quiétude et en toute liberté ? L’influence du président Lansana Conté dont les Guinéens semblent s’être finalement accommodé et dont rien ne dit qu’il a véritablement changé, sera-t-elle pesante ? Pour tout dire, peut-on faire confiance au général-président ?

Mais dans tout cela, quelle sera désormais la place de l’armée ? Continuera-t-elle de jouer le rôle de l’oppresseur qui ne recule devant rien dès lors qu’il s’agit pour elle de préserver les seuls intérêts du chef Conté ? Assurément, les mentalités doivent changer à ce niveau. Pour cela, un déclic est nécessaire pour donner le sentiment au peuple guinéen que l’armée est disposée à accompagner le processus . Au fait, pourquoi ne pas envisager une refondation de l’armée, de sorte qu’elle marque aussi le changement ?

En tous les cas, ce n’est pas la soif de changement qui manque le plus en Guinée et c’est pourquoi le président Lansané Conté a tout intérêt à encourager le Premier ministre dans sa noble mission réformatrice. Il a tout à y gagner. D’autant qu’en acceptant de coopérer, il pourrait retourner les choses à son avantage, à l’image du président ivoirien qui semble redorer son blason en Côte d’Ivoire.

Non seulement Conté pourrait restaurer son image pour le moins écornée, mais en plus, il pourrait ainsi quitter l’histoire de façon honorable et pas sur la pointe des pieds.

Pour ce qui est des nouveaux arrivants, nul doute que le travail qui les attend sera titanesque. C’est donc dire que la saine implication de tous les Guinéens est indispensable. Pour se donner toutes les chances de réussite, le nouveau gouvernement devrait donc impliquer, d’une façon ou d’une autre, les anciens barons du régime notamment, eux qui pourraient avoir l’amère impression que leur page est définitivement tournée et qui nourriraient par conséquent des ambitions pas très catholiques.

C’est dire combien il faudra à cette nouvelle génération, faire preuve de tact. Pourquoi ne pas, chaque fois que de besoin, consulter la vieille classe politique, histoire pour elle de se sentir partie prenante dans les changements voulus en Guinée ?

En tout état de cause, le pays de Lansana Conté vient de franchir une étape décisive par la formation d’un tel gouvernement. C’est déjà une bonne chose que le pays soit lancé sur une nouvelle voie. Peut-être celle du salut.

"Le Pays"

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
40e session de la Conférence générale de l’UNESCO : Le ministère de la Communication du Burkina Faso y a pris part
Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne 2019 L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science : 20 chercheuses africaines récompensées
Côte d’Ivoire : Un accident de deux hélicoptères fait quatre blessés
Mali : 13 soldats français tués dans un accident de deux hélicoptères
Guinée : « Alpha Condé, d’opposant historique à bourreau historique », selon le Balai citoyen
Le Burkina Faso participe à la 40e Session de la Conférence générale de l’UNESCO
Insécurité au Mali : L’artiste musicien, Salif Kéita, pointe du doigt la France
Sommet Russie-Afrique : 47 recommandations « pour un système de relations internationales plus juste et plus équitable »
António Guterres, Secrétaire général de l’ONU au Forum de Paris sur la paix : « Le monde se fissure. Le statu quo n’est pas tenable »
Burkina : Le Secrétaire général de l’ONU condamne fermement l’attaque contre le convoi de Semafo
Mali : La ministre française des Armées annonce la mort du numéro 2 du groupe de soutien à l’islam et aux musulmans
Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) : L’Argentin Rafael Mariano Grossi, nouveau Directeur général
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés