Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.» Victor Hugo

MCZ

Accueil > Actualités > Portraits • • mardi 27 avril 2004 à 07h13min

De son vrai nom Yacouba Napon et plus connu sous le nom d’artiste de MCZ qui signifie maître de cérémonie de toutes les danses et musique de "A à Z’’. L’homme du "BENGA Show’’ avait de fortes ambitions pour une carrière musicale qui va très vite se concrétiser à travers un travail d’abnégation.

L’artiste musicien burkinabè MCZ a débuté sa carrière musicale, comme danseur en 1983-1984 à San Pedro en Côte d’Ivoire. Il a d’abord évolué au sein des groupes musicaux de la localité. Dans cette zone à forte influence burkinabè, son intégration ne s’est pas faite sans beaucoup de difficultés. "J’ai commencé comme pianiste et je me suis souvent fait accompagné par des groupes musicaux de San Pedro".

De retour au Burkina, il fréquenta le lycée Bambata ex-municipal de Ouagadougou. A la faveur des semaines culturelles des établissements d’enseignement secondaire à l’époque, il commence à révéler ses talents cachés de danseur acrobate. Cette révélation lui a valu l’estime de ses nombreux fans qui lui ont suggéré de se lancer dans la chanson moderne.

Commence pour lui, une carrière en solo avec la bénédiction d’une mère acquise à sa cause. Une contribution financière de cette dernière va très vite accélérer ses projets. Ce sera le déclic pour entamer une carrière musicale poursuivie depuis de longues dates.

Excellent danseur, il est aussi un promoteur artistique

"Le Djazz-Men-Fou’’, est un style créé par MCZ, qui s’inspire d’un mélange de rythmes africains. Ce cocktail de rythmes englobe aussi bien les percussions d’Afrique centrale et les sonorités musicales traditionnelles du terroir gourounsi. Cette symbiose de cadences dont lui seul détient les secrets est appelé Djazz-Men-Fou spectaculaire.

Excellent musicien-danseur, il est aussi manager et promoteur de spectacles. Son mini-studio "appelé Z Production’’ qu’il a mis sur pied s’investit dans la promotion de jeunes artistes burkinabè désireux de se lancer sur la scène musicale burkinabè et sur le plan international. Il affirme avoir déjà produit le groupe "Acrymogène choc’’ dans le cadre de son album, entièrement mixé au sein de "Z Production".

Présentement, MCZ est en train d’apporter une touche pour produire un jeune artiste-musicien bobolais nommé "Body Daf" qui veut se lancer sur la scène musicale nationale. Avec son mini-studio de 16 pistes, il organise des spectacles en "live" tout comme en "Play-back" pour les vedettes nationales. A son actif, sept clips-vidéo et trois albums bien ficelés garnissent son box musical.

Son premier album intitulé "Djazz-Men-Fou" de huit titres a émerveillé des milliers de fans avec le morceau phare "Benga show’’ qui fait la promotion de nos céréales locales et invite à consommer burkinabè. Le second album de l’artiste qui comporte également 8 (huit) titres est chanté en langue Mina du Togo et du Bénin et fait allusion à la prière pour rendre hommage à Dieu.

Le troisième album produit en CD en K7 audio et bientôt en VCD s’intitule "La catastrophe" avec des chansons engagées qui prennent position pour lutter contre la prostitution, le Sida, l’infanticide et la pauvreté. Dans cet album des titres comme "Pugsada" "la-Go-la", "Lidja"(l’amour et le pardon), "Mouvement qui sensibilise sur la sécurité routière en sont évocateurs. "Le Razeur rasé’’ un de ses titres qui ambiancent les discothèques présentement est pour le plaisir de ses fans.

"Les Burkinabè doivent encourager leurs artistes et œuvrer pour leur promotion. Qu’ils sachent que tout ce qui vient d’ailleurs n’est pas forcément meilleur" souligne l’artiste.

Et il poursuit en ces termes : "J’ai honte quand je réalise surtout que nos promoteurs de spectacles font la part belle aux artistes musiciens étrangers à coup de millions pendant que les artistes nationaux manquent de sponsors pour pouvoir émerger dans "ce showbiz’’ international’’, a-t-il martelé. L’initiateur de "Djazz-Men-Fou’’ qui a déjà entrepris de nombreuses tournées en Europe (France, Suisse, Suède, Italie, Allemagne et Japon) a porté haut le flambeau du Burkina lors d’un festival mondial de danse.

MCZ qui se fait l’apôtre des artistes musiciens burkinabè invite par ailleurs chaque famille burkinabè à contribuer à la promotion de nos vedettes en achetant au moins une K7 musicale de ces artistes à chaque mois. Vivement que son appel soit entendu !

Privât OUEDRAOGO
Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 11 octobre 2005 à 20:17 En réponse à : > MCZ

    Artiste de trés haut niveau.

    Répondre à ce message

    • Le 30 novembre 2010 à 13:21, par zoungrana alain martin En réponse à : > MCZ

      bonjour moi je suis un èléve et j’aimerai sortir un album,je veus que vous MCZ soyez mon producteur contacter moi sur le 75813201 merci d’avance

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Humour : Abdoul Aziz Kéré, un web comédien made in Burkina
Roger NIKIEMA, Directeur de la Radio Salankoloto : Le parcours d’un pionnier du journalisme au Burkina Faso
Salimata MANDE (Mandy’S) : « La mode représente un marché considérable en Afrique »
Mode : Le styliste Saint Laurent sur les traces de François 1er
Filière avicole : Moablaou, la poule aux œufs d’or d’Abou Simbel Ouattara
Entreprenariat : Fadilatou Kaboré, une femme qui « mange » dans la pomme de terre
Yacouba Sawadogo, prix Nobel alternatif 2018 : « Je suis disposé à transmettre mon savoir-faire »
Député Tini Bonzi : « Le serpent a mordu l’UPC au talon ; nous allons lui écraser la tête »
Bernadette Gansonré : Un modèle de réussite dans la haute couture
Politique : Lona Charles Ouattara, le « déconstructeur » du mythe Sankara
Assemblée nationale : Abdoulaye Ouédraogo, le premier député sous-officier subalterne
Artisanat : Malick Zoungrana, l’homme qui transforme les pneus en objets d’art
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés