Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l’or et l’argent.» Bob Marley

Collectif des avocats de Norbert ZONGO : Les masques tombent !

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Norbert Zongo • • jeudi 8 février 2007 à 08h04min

Alors que les "révélations capitales" de leur témoin (?)
Moïse OUEDRAOGO avait été battues en brèche par son cousin Dieudonné SOBGO devant le procureur du Faso, les avocats constitués dans l’affaire Norbert ZONGO ont convoqué une conférence de presse au cours de laquelle, ils ont enfin levé leur vraie nature à l’opinion publique burkinabé : des tartufes politiciens savamment drapés dans leurs toges et qui n’ont qu’un seul objectif : en finir avec la IVe République.

Si les uns et les autres doutaient encore des mobiles politiques qui soutendaient l’action de maîtres Bénéwendé SANKARA et Prosper FARAMA depuis qu’ils se sont emparés de l’affaire Norbert ZONGO, ceux-ci viennent de leur être, livrés crûment après leur conférence de presse du 31 janvier 2007. Au détour d’une des envolées lyriques dont il est coutumier, Bénéwendé SANKARA a en effet déclaré que "la rue est aussi un moyen pour régler l’affaire ZONGO".

Auparavant, son acolyte Prosper FARAMA avait laissé entendre que c’était la démocratie qui était "en jeu" dans le cadre de cette affaire, tout en indiquant que "le peuple étant dépositaire de la loi", il lui appartenait d’envisager "toutes les actions pour faire aboutir le dossier". Si ce n’est pas de la politique, c’est que nous ne nous y connaissons pas, dans la mesure où dans cette affaire, rien ni personne n’est encore arrivé à nous dire qui a fait quoi et pourquoi. Faut-il le rappeler, la Commission d’enquête indépendante (CEI) commise à la tâche d’investiguer sur l’assassinat de notre confrère, avait abouti sur des conclusions vagues et imprécises en désignant de "sérieux suspects".

Un travail imprécis qui avait été refilé au juge d’instruction Wenceslas ILBOUDO, à charge pour lui de la parfaire en trouvant cette fois-ci de "vrais coupables". Or, l’enquête de police judiciaire (menée ici par la CEI) est primordiale dans le travail du juge d’instruction et l’on ne peut guère s’étonner qu’après huit ans d’investigation, "Wens" ne soit point parvenu à grand’chose.

Faut-il s’en étonner quand les "sérieux suspects" avaient été désignés sur la base de témoignages discordants et, qui plus est, plus d’un trimestre après la commission du quadruple meurtre de Sapouy. La CEI a eu l’honnêteté de mettre en doute son propre travail, elle qui a souligné que "la mémoire des uns et des autres s’était étoilée au fil du temps". Sous-entendu, il fallait prendre leurs propos avec de pincettes ou à tout le moins les soumettre à un doute cartésien.

Et, lorsque lesdits propos viennent à être remis en cause par leurs propres auteurs, comme ce fut le cas pour Racine YAMEOGO, les sérieux suspects ne peuvent être que blanchis.
Ce n’est pas du charlatanisme juridique, mais bien le respect d’un principe général de droit qui veut que "le doute profite à l’accusé". SANKARA et FARAMA le savent bien, ce qui les a conduit à sortir de leur chapeau un "nouveau témoin", Moïse OUEDRAOGO en l’occurrence, dont l’apparition dans les circonstances actuelles ne peut qu’être suspecte.

Après le "gban-gban" des soldats qui a peu ou prou mis le mercure social en ébullition et alors que le Collectif s’apprête à prendre la rue en otage, il ne restait plus à la nébuleuse qu’à activer son pendant judiciaire pour maintenir la pression. Lequel pendant avait été servi par l’aile médiatique de nos putschistes à travers les interviews accordées à Moïse OUEDRAOGO à grand renfort de publicité.

C’est dire que ce que L’Opinion avait subodoré avec perspicacité dès le déclenchement de cette affaire Norbert ZONGO, est en train de se révéler dans toute son horreur. Le drame de Sapouy a été commis à dessein par ceux qui tapis dans l’ombre en voulaient terriblement à la IVe République et plus particulièrement à son chef, Blaise COMPAORE, et cherchaient un moyen d’en finir avec lui. Ce n’est pas pour rien que cette affaire revient au-devant de la scène chaque fois qu’il y a une surchauffe sociale.

Ayant conditionné les esprits sur la culpabilité des dirigeants de la IVe République, on ressort ainsi des placards "leurs morts" pour maintenir la mobilisation et espérer "pourrir" la situation. On n’est donc plus dans une affaire judiciaire, mais dans un jeu d’ombres chinoises où les vrais commanditaires du meurtre tirent les ficelles dans l’ombre. Et c’est en cela que nous n’avons de cesse d’affirmer que nombre de personnes tomberont des nues quand cette affaire aura déroulé tous ses fils. Foi de L’Opinion.

Par Alpha YAYA

L’Opinion

Vos commentaires

  • Le 8 février 2007 à 23:13 En réponse à : > Collectif des avocats de Norbert ZONGO : Les masques tombent !

    YAYA, ne tombez pas dans le panneau de ces politiciens véreux de Me SANKRA et FARAMA. Seule la justice burkinabé pourra dégoupiller cette affaire. Si elle n’y arrive pas, c’est aussi ça le fonctionnement judiciaire ; tous les crimes dans le monde entier ne sont pas toujours élucidés ; Restons sur ce registre. Ange, France

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2007 à 15:24, par Dr.GBOLO En réponse à : > Collectif des avocats de Norbert ZONGO : Les masques tombent !

    Au dela de la tristesse qu’inspirent certaines réactions d’individus se voulant journalistes qui, pire, ont l’outrecuidance de parler Norbert Zongo en terme de collegue, c’est de la pitié qui je ressens, parfois, en les lisant. Je ne voudrais pas polémiquer sur l’option d’un individu à servir de suppôt au diable.C’est de bonne guerre, qu’on choisisse en toute âme et conscience , de souper avec le diable. On peut être mu par la nécessité peut-être ou peut être qu’on dispose d’une longue fourchette, comme dirait F. Guirma. Des griots de cette trempe, on en trouve un peu partout. Mais quant à developper des argumentaires suicidaires, voire préjudiciables à la survie de son art, sa profession, bref, son corps, c’est une autre paire de manches. Je voudrais dire par là , que même si la nécessité oblige un journaliste à s’asseoir sur sa conscience, la déontologie de son metier , il se doit tout de même de respecter la mémoire de ceux qui, au prix de leur vie, ont fait sien de l’imperieux devoir de faire rayonner la justice à tràvers leur plume. Gardons une chose en tête : partout ou ce 4eme pouvoir a été musélé, les lendemains ont été cauchemardesques. Aussi, devrions nous rappeler que dans un pays où la justice se met au service d’intérêts étrangers à ceux des justiciables, ces derniers ont le devoir rappeler au justicier que ce sont eux qui lui confère sa légitimité ? Je suis certains que l’auteur de ce fameux "Collectif des avocats de Norbert ZONGO : Les masques tombent !" pourrait avoir une autre lecture de la réalité, pour peu qu’il se donne la peine de reflechir sur ces petites interrogations.
    Je vous souhaite une bonne reception de ce point de vu.
    Dr.Gbolo

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2010 à 19:31, par Kala En réponse à : Collectif des avocats de Norbert ZONGO : Les masques tombent !

    Cher Yaya
    Je pense qu’il est plus sage de se taire si on a rien à dire que de jeter de l’huile sur le feu.
    Certains propos sont plus nuisibles aux maîtres à qui on pense rendre service !

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2015 à 05:01, par Le Citoyen. En réponse à : Collectif des avocats de Norbert ZONGO : Les masques tombent !

    Vraiment, on ne peut pas dire ça et se regarder dans un miroir LINGANI. Je ne partagerai pas ton avis.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre l’incivisme et la corruption : Norbert Zongo, un exemple de combat
Assassinat du journaliste Norbert Zongo : 20 ans après, vérité et justice sont toujours attendues
Affaire Norbert Zongo : ‘’Mes souvenirs de reporter, 20 ans après...’’
20e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo : A Fada N’Gourma, on a marché pour réclamer vérité et justice
Burkina : La justice française émet un avis favorable à l’extradition de François Compaoré
Extradition de François Compaoré : Les avocats de l’Etat burkinabè dénoncent « des sous-entendus insultants »
Extradition de François Compaoré : Tout sur l’arrêt du 13 juin 2018 portant demande de complément d’information
Demande d’extradition de François Compaoré : Le compte rendu de l’audience du 28 mars 2018 de la Cour d’Appel de Paris par Bruno Jaffré
Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018
Assassinat de Norbert Zongo : Les organisations de défense des droits humains dénoncent 19 ans d’impunité
17 ans après l’assassinat de Norbert Zongo, la SEPP en appelle au nouveau président Roch Marc Christian Kaboré
Poeme : Le temps passe, l’injustice demeure
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés