Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Guinée : la première dame au secours de son mari de président

Accueil > Actualités > International • • mercredi 24 janvier 2007 à 07h34min

L’acte est hautement significatif pour passer incognito. L’Afrique avait confiné ses premières dames dans le social et l’humanitaire. La politique, semble-t-il, est une chose trop sérieuse pour être laissée aux mains des dames fussent-elles premières dames. Dame Conté vient profaner une chasse gardée et surtout, en période de crise, en engageant un dialogue avec des manifestants.

En temps de paix, ce serait un acte banal, mais dans ce "cafouillage" indescriptible que connaît la Guinée de son mari, son acte s’il n’est pas de bravoure, ressemble bien en un baroud d’honneur.

Ne dit-on pas souvent que lorsque femme veut, elle peut ? Là où son mari de président a échoué, Dame Conté, auréolée de sa réputation de femme de poigne a cru pouvoir réussir. Au final, le résultat est identique : échec, double échec.

Peut-on en vouloir à une première dame de voler au secours de son président de mari en proie à de multiples difficultés politiques ? Non ! En Occident, les exemples de Hilary Clinton, Bernadette Chirac, Danielle Mitterrand... sont des références. Mais, ce que Dame Conté a royalement oublié, c’est qu’elle a contribué de manière directe ou indirecte à la cristallisation de la crise, par ses interventions maladroites dans la gestion du pouvoir d’Etat. Et dans ce cas, elle est plus perçue comme "acteur" que "médiateur".

La fin de règne peut libérer les énergies et les initiatives, même les plus osées. Certes, nous ne sommes pas dans le cas de figure en Guinée, mais ça y ressemble. Lassana Conté, malade, ne possède plus la force nécessaire pour gouverner un pays assoiffé de liberté et de démocratie. Et ce n’est pas une tentative isolée de la première dame qui viendrait à bout de la révolte populaire qui annoncerait une révolution démocratique.

Si Dame Conté veut sauver la face, remettre en selle son époux de président, elle doit imposer le silence des armes qui tuent des manifestants et l’arrêt de la répression sauvage qui commence à s’abattre sur les responsables syndicaux. La radicalisation n’est pas porteuse d’espoir. Même si par miracle, Conté se maintenait au pouvoir, le reste de son règne sera mouvementé et la froide dictature qui va s’installer définitivement n’augure pas de lendemains meilleurs.

Aujourd’hui, Dame Conté peut rentrer dans l’histoire par la grande porte. Pour ce faire, elle doit se mettre aux côtés du peuple guinéen, comme une mère qui veut éviter à ses enfants de se détruire et d’ouvrir largement la porte à un suicide collectif. Toute autre démarche la condamnerait, comme semble condamné, le pouvoir de son mari de président.

N’a-t-elle pas réussi à faire libérer les responsables syndicaux arrêtés ? A moins que cet activisme ne vise qu’à sauver sa tête. Ne dit-on pas que lorsque la pierre tombe du ciel, chacun protège sa tête ? Si telle est sa démarche, alors, elle la joue avec intelligence.

Michel OUEDRAOGO

Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sommet Russie-Afrique de Sotchi : « Nous n’imposons pas notre position ; nous respectons le principe proposé par les Africains », Vladmir Poutine
Crise à Honk Kong : La Chine pointe du doigt les Occidentaux
Prix Nobel de la paix : Le premier ministre éthiopien lauréat 2019
Côte d’Ivoire : Plus de 1000 agents fictifs expurgés de la Fonction publique
Conférence internationale sur le constitutionnalisme pour la consolidation de la démocratie en Afrique : Les participants plaident pour le respect de limitation des mandats présidentiels
Attaque de Boulikessi et Mondoro : Le bilan s’alourdit pour l’armée malienne
Mali : Au moins 25 soldats tués et 15 terroristes abattus lors d’intenses combats à Boulkessi et Mondoro
Jacques Chirac : « Il était l’ héritier d’un système mis en place à l’époque de la présidence du général De Gaulle », Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina
Relations France-Afrique sous Chirac : « Une politique de dominés à dominants et ça a toujours été ainsi », Moussa Zerbo, député de l’UPC
France : L’ancien président Jacques Chirac est décédé ce jeudi 26 septembre 2019
Ghana : Une tentative de coup d’Etat déjouée
Violences en Afrique du Sud : Le réseau « AFRIKKI » exige des mesures immédiates pour stopper la vague de xénophobie
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés