Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

La liberté d’expression pour tous, tous contre la dépénalisation des délits de presse

Accueil > Actualités > DOSSIERS > La liberté de presse au Burkina • • mercredi 24 janvier 2007 à 07h53min

Le Tribunal de grande instance de Ouagadougou a vidé
son délibéré dans l’affaire qui a opposé nos deux
confrères, Germain Bittiou Nama et Newton Ahmed Barry
à François Compaoré le lundi 22 janvier 2007.

Au cours
du procès, le président du Tribunal, Seydou Millogo
s’est prononcé sur la liberté de presse et sur l’idée
de la dépénalisation des délits de presse, dans un
contexte de démocratie.

De prime abord, le juge
Millogo a avoué que "personne n’est contre la liberté
de presse et d’expression". Autant on reconnaît au
journaliste le droit d’exprimer librement ses
opinions, autant il faut accepter qu’à côté de cette
liberté, existent d’autres libertés. Surtout celle qui
permet à tout citoyen sans distinction aucune, de
recourir aux juridications au cas où l’exercice de la
liberté de presse lui causerait un préjudice
quelconque.

Dans un système de gouvernement
démocratique, la liberté d’expression et de presse est
fondamentale et elle côtoie d’autres libertés
individuelles elles aussi fondamentales. Cette
précision du président du Tribunal de grande instance
de Ouagadougou repose sur la table de discussion,
l’idée de la dépénalisation des délits de presse chère
aux journalistes.

Alors, faut-il dépénaliser les
délits de presse dans un environnement d’intenses
activités de la liberté de presse ? Quand on sait que
les journalistes dans l’exercice quotidien de leur
métier pourraient être amenés à causer des torts à des
citoyens dans leur droit à la vie privée, à
l’honorabilité et à la dignité.

C’est sur question que
le président du Tribunal a invité les journalistes
toutes lignes éditoriales confondues, à méditer.
Alors, la dépénalisation des délits de la presse n’est
pas pour demain. Et le non respect des règles éthiques
et déontologiques du métier d’informer par les
journalistes pourrait en être la cause.

Salifou OUEDRAOGO

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés