Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les idées ont une durée de vie courte. Vous devez agir avant qu’elles n’expirent.» John C. Maxwell

Affaire Norbert Zongo : Force doit toujours rester à la loi

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Norbert Zongo • • samedi 20 janvier 2007 à 08h42min

A compter du 03 février prochain, le Collectif des organisations démocratiques de masses et de partis politiques compte organiser des meetings - marches sur toute l’étendue du territoire national « pour exiger la réouverture du dossier Norbert ZONGO et pour la satisfaction de la plate-forme d’action réactualisée du Collectif ».

Une action qui, loin d’être « citoyenne » illustre une fois encore, les tendances putschistes dudit Collectif.

Au plus fort de sa lutte pour « la vérité et la justice » pour Norbert ZONGO le Collectif se signalait par des slogans du genre « à bas la IVe République », « l’armée au pouvoir ». Cependant que certains de ses dirigeants indiquaient que « les bruits de bottes se rapprochaient du Burkina-Faso ». Des slogans qui, il faut en convenir, étaient loin de cette Justice et de cette vérité que l’on exigeait pour notre défunt confrère au point que certains en étaient arrivés à s’interroger sur le bien-fondé de cette lutte.

Ce d’autant que dans sa lutte, le Collectif en était venu à s’en prendre au symbole le plus représentatif de la démocratie à savoir la Justice. On est mémoratif de cette « pression » exercée sur le temple de Thémis avec saccage et destructions des biens publics au motif que la Justice « tardait » à rendre son verdict dans une affaire « claire comme de l’eau de roche ».

Or, en fait de clarté, on se trouvait en face d’allégations mensongères mettant en cause d’honorables personnalités. Une duperie qui ne pouvait prospérer sur la durée et qui avait entraîné une désaffection monstre dans les rangs du Collectif. Ainsi, à la forte mobilisation des premiers instants avait succédé une vaguelette de militants ce qui avait eu le don d’installer un spleen profond au sein du Collectif.

Le peuple burkinabè qui « ne boit pas l’eau par les narines » avait compris qu’on le menait en bateau et préférait vaquer dorénavant à des occupations plus saines. A la faveur du non-lieu prononcé dans l’affaire Norbert ZONGO, le Collectif veut donc rebondir, convaincu que c’est sa lutte « qui a contraint le pouvoir de la IVe république à des concessions et à des réformes politiques importantes ».

Une autosatisfaction béate qui illustre la suffisance qui caractérise les membres de ce bric-à-brac, putschistes invétérés qui n’ont pas abandonné leur funeste dessein. Plus que le non-lieu, c’est la « mutinerie » des 20 et 21 décembre 2006 qui donne des « idées » au Collectif dont les membres ont individuellement démontré qu’il fallait une « refondation politique » au Burkina-Faso. Laquelle dans leur entendement passe par un changement de régime fusse au prix d’un coup d’Etat.

Après tous les dégâts matériels, moraux et logistiques que leur action passée a entraîné, il convient de leur opposer pour ce coup-ci, une riposte appropriée afin de leur montrer que force doit rester à la loi. Dans cette optique tous ceux qui sont indexés dans cette « lutte contre l’impunité » devront rejoindre ces vandales sur leur terrain de prédilection à savoir la rue. Personne n’a le monopole de celle-ci et les militants du Collectif devront le sentir si d’aventure il venait à l’investir.

L’impunité tue la démocratie comme ils le disent si bien et, par une mobilisation citoyenne effective on devra le faire comprendre à ces tartufes. La Justice n’a pas « démissionné » dans l’affaire Norbert ZONGO. Elle attend au contraire des éléments nouveaux susceptibles de la faire rebondir, car, elle est la première victime du non-traîtement de ce dossier.
Qu’on arrête donc de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Alpha YAYA

L’Opinion

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Affaire Norbert Zongo : Les avocats de François Compaoré demandent au Conseil d’État français de transmettre au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité
Affaire Norbert Zongo : « Il n’est pas exclu qu’on revive un nouveau 13 décembre », avise Almamy KJ au regard du contexte actuel
Commémoration de l’assassinat de Norbert Zongo : Depuis le cimetière de Gounghin, le CODMPP et la CCVC renouvèlent leur détermination à poursuivre la lutte
22e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo : L’extradition de François Compaoré exigée
Assassinat de Norbert Zongo et ses compagnons : 22 ans après, les Burkinabè toujours en quête de justice et de vérité
21e anniversaire du décès du journaliste Norbert Zongo : Les Burkinabè attendent toujours que justice lui soit rendue
Dossier Norbert Zongo : Des journalistes demandent à la France la prise d’un décret pour l’extradition de François Compaoré
Assassinat de Norbert Zongo : Des défenseurs des droits humains toujours déterminés pour la justice
Dossier Norbert Zongo : Le Balai citoyen exige l’extradition de François Compaoré
Assassinat de Norbert Zongo : Un 21e anniversaire sous le signe du « sursaut »
Lutte contre l’incivisme et la corruption : Norbert Zongo, un exemple de combat
Assassinat du journaliste Norbert Zongo : 20 ans après, vérité et justice sont toujours attendues
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés