Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un gagnant est un rêveur ,qui n’a jamais abandonné.» Nelson Mandela

Education de base : Comment résoudre le calvaire des enfants rapatriés de Côte d’Ivoire ?

Accueil > Actualités > Société • • vendredi 20 février 2004 à 08h46min

La direction régionale de l’Enseignement de base des Hauts Bassins, en accord avec le service de l’Action sociale, la mairie, et les servies de la santé ont tenu une rencontre de concertation mardi 17 février dernier avec les parents d’élèves et d’enfants rapatriés de Côte d’Ivoire. L’initiative concernait surtout ceux résidant dans l’arrondissement de Dafra.

S’adressant à l’assistance composée de rapatriés pour la plupart, le directeur régional de l’Enseignement de base, Missa Souara dira d’entrée : "Si nous avons programmé cette rencontre, c’est parce que nous vivons une situation critique. A faire un tour dans les écoles, c’est la surcharge dans les classes, avec souvent entre 100 à 200 enfants. Des parents ont encore des enfants sur les mains surtout les rapatriés". La rencontre de la mairie de Dafra avait pour but de tenter de dresser un tableau assez probant des réalités dans les familles, des situations des uns et des autres surtout des femmes, du point de vue revenus, occupations. Les responsables de l’Enseignement de base ont été heureux d’entendre des rapatriés dire qu’ils avaient une qualification, ce qui laisse augurer des possibilités d’embauche.

Question sociale et question de scolarité sont restées liées tout au long des échanges, car la question globale de l’éducation interpelle plusieurs domaines. La surcharge des classes est très préoccupante. Dans des écoles, c’est à même le sol que de nombreux enfants reçoivent les cours. Cela pose des problèmes de propreté, de santé, d’entretien du matériel scolaire minimum à leur disposition. Aux secteurs 24, 25, dans les écoles de Sarfalao et à Koua, les cas sont criants, dira le maire adjoint. Presque toutes les écoles de l’arrondissement nous ont adressé des requêtes. Mais nos moyens restent insuffisants, ajoutera-t-il. Face à cette situation d’ensemble, n’importe quelle innovation pédagogique s’avère compromise, voire impossible, dira un conseiller pédagogique de la circonscription scolaire N°-6. "Jusqu’à fin décembre, il y avait encore des arrivages dans les écoles" !

Au cours de cette rencontre, on a voulu recueillir des propositions, des suggestions concrètes de la part des participants, parents d’élèves notamment. Par-ci et par-là, on a donc proposé la construction de hangars en guise de classes additionnelles, la mise à profit des espaces verts créés par la mairie dans les secteurs, la levée de cotisations auprès des parents pour réaliser des infrastructures complémentaires, l’allocation de subventions d’Etat à des écoles privées à effectifs limités aux fins d’y accueillir des enfants nécessiteux.

Les urgences sont là, qui viennent aggraver la précarité déjà existante du système éducatif depuis bien avant la guerre en Côte d’Ivoire. Le tout n’est pas d’absorber les effectifs d’enfants rapatriés. On le voit bien, c’est une question sociale d’ensemble à résoudre. Les propositions qui ont été recueillies au cours de la rencontre de Dafra seront, aux dires du directeur régional de l’Enseignement de base, Missa Souara, transmises au gouvernement. Le débat n’est pas clos. D’autres rencontres suivront. Les bonnes volontés sont attendues par la mairie et les directions de l’Enseignement de base.

Jean Luc BONKIAN
Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Syndicat autonome des agents du Trésor du Burkina : Boukaré Belembaogo élu nouveau secrétaire général
Établissements d’enseignement privés laïcs du Burkina : Le 14e congrès de la faitière se tient du 25 au 27 juillet
Marketing digital : L’expérience de la Burkinabè « Mimi mossi »
Éducation : Abdoul Ouédraogo fait « Grand tuteur » des écoles Nemnin
Amplify PF et Breakthrough Action : Deux projets pour accroître l’offre et l’utilisation des services de planification familiale au Burkina
Les accidents de la route, ça tue, ça blesse mais ça handicape aussi
Authentification des diplômes au Burkina : Les présidents d’institutions et les ministres invités à se soumettre à l’exercice
Nuit de l’excellence de l’UFR-LAC : La gent féminine à la traine
Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings
Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT fête ses dix ans
Chaînes de valeur maïs et niébé : 10, 725 milliards FCFA de recettes réalisées d’ici 2022 au Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés