Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La Constitution ne garantit pas le bonheur, seulement la poursuite de celui-ci. Vous devez le rattraper vous-même» Benjamin Franklin

Déclaration du CDP : Halte à la tentative de désinformation !

Accueil > Actualités > Politique • • mardi 4 novembre 2003 à 10h11min

Suite à la découverte, en début octobre 2003, d’une tentative de putsch visant à déstabiliser notre pays et à le plonger dans les affres de l’aventure, les enquêtes ont conduit à l’interpellation d’un Burkinabé dénommé Norbert Tiendrebéogo, Président du Front des Forces sociales, parti dit Sankariste.

Il n’en aura pas fallu plus pour qu’une certaine classe politique, apparemment très mécontente de l’insuccès du putsch, se mette à servir à notre peuple une littérature moyenâgeuse dont l’objectif majeur est de manipuler la conscience d’honnêtes citoyens burkinabé qui n’aspirent qu’à la paix et à la stabilité de nos institutions républicaines.

C’est pourquoi le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), parti républicain et déterminé à poursuivre la lutte par le renforcement de notre processus démocratique, ne peut assister, indifférent, à la malsaine manœuvre : les hurlements de politiciens nostalgiques des Etats d’exception, incapables d’emporter l’adhésion des populations dans le cadre du suffrage universel, ne doivent, en aucun cas, banaliser cette tentative de déstabilisation de notre pays. En effet, selon l’information officielle telle que donnée par le procureur de l’ordre judiciaire compétent, le projet de déstabilisation du Burkina Faso, financé de l’extérieur, devait être exécuté à l’intérieur par des militaires et des civils, et les éléments de l’enquête ont conduit à l’interpellation entre autres, d’un certain Monsieur Norbert Tiendrebéogo.

Cette interpellation n’est pas liée à des "relations amicales" ou "parentales" avec des militaires qui font partie intégrante de notre société. Si Monsieur Norbert Tiendrebéogo a été interpellé, c’est parce que l’enquête a établi son implication avec les putschistes, civils ou militaires.

Nous affirmons qu’être président de parti politique ou membre d’un regroupement de partis politiques ou membre de toute organisation sociale quelle qu’elle soit, ne peut en aucun cas, vous mettre au- dessus de la loi. Cette loi est la même pour tous. Les fébriles agitations actuelles ne doivent donc pas entraver l’action de la justice ou empêcher d’éventuelles autres interpellations en fonction de l’évolution du dossier. Tous ceux qui sont impliqués dans cette déstabilisation avortée, parce qu’ils veulent tricher avec le peuple et lois, doivent être prêts à rendre des comptes.

Certains dans leur mégalomanie prétendent qu’on veut les empêcher d’être candidats aux futures élections présidentielles : ridicule ; car tous les observateurs savent que le CDP n’a peur d’aucun candidat ou de regroupements de candidats.

En réalité, ce sont ceux qui ont peur du suffrage, qui sont versés dans le putschisme. Qu’ils se tiennent pour dit, la loi s’appliquera, et aucun camouflage, aussi épais soit-il, ne les sauvera, car ils ont violé la loi.

Le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) invite instamment les auteurs des écrits tendancieux et contraires aux exigences de l’Etat de droit à se ressaisir et à laisser travailler sereinement les institutions dont le peuple burkinabè s’est librement doté par référendum le 02 juin 1991.

Nous appelons nos militants et sympathisants des villes et campagnes, à se tenir mobilisés pour la défense intransigeante de notre constitution, de la république.

• Non au putschisme !

• Non à l’intoxication et à la désinformation de notre peuple !

• Non aux fossoyeurs de notre processus démocratique.

DEMOCRATIE - TRAVAIL - JUSTICE

LE BUREAU EXECUTIF NATIONAL DU CDP

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Crise au CDP : Salia Sanou crache ses vérités
Politique : « Un vrai militant doit savoir que se battre ne veut pas dire bander ses muscles. C’est dans la tête que ça se passe », Moussa Boly, 5e vice-président du MPP
Crise au CDP : Les suites réservées par le groupe Léonce Koné aux orientations de Blaise Compaoré
Burkina Faso : « Kadré a remplacé Roch à la Primature en 1996. C’est également lui qui va le remplacer à Kosyam en 2020 », Mathias Ouédraogo, président d’une organisation de jeunesse
Burkina : Le député Tahirou Barry prend le pouls au grand marché de Ouagadougou
Union pour la Renaissance/Parti Sankariste : Un congrès extraordinaire annoncé pour le premier trimestre de 2020
Attaques contre des lieux de culte : l’UPC appelle les leaders communautaires et religieux à renforcer les cadres de dialogues
Crise humanitaire au Burkina : 486 360 déplacés internes à la date du 2 octobre 2019
Burkina : « Si Yacouba Isaac Zida est candidat et président : YES à YIZ ! »
Enquête afro-baromètre : Le Centre pour la gouvernance démocratique affine les questions spécifiques au Burkina
Situation nationale : « Le terrorisme, c’est une culture et il faut d’abord l’accepter, sinon on ne pourra pas lutter contre », avise le porte-parole du MPP, Bindi Ouoba
Affaire charbon fin : « Si le ministre est fautif..., il sera responsable de ses propres turpitudes », réagit Simon Compaoré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés