Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «D’abord se prouver à soi-même qu’on est bien, aller au bout de ses forces, mais sans les dilapider ; ne jamais rêver.» Andrée Maillet

Production du beurre de Karité : Des jeunes filles prennent leur destin en main

Accueil > Actualités > Société • • mercredi 18 février 2004 à 06h08min

L’Association burkinabè pour la promotion de la jeune fille (ABPJF) existe depuis 1997 et compte trois cent soixante dix (370) membres. Elle a pour mission de permettre l’épanouissement total de la jeune fille en particulier, de la femme en général. L’ABPJF œuvre à l’éducation, la communication sociale, l’appui aux activités génératrices de revenus (AGR), les formations et la lutte contre les discriminations à l’égard de la femme. Toutefois, cette association excelle spécifiquement en production du beurre de Karité.

Un des domaines d’activités de l’ABPJF est l’extraction et la commercialisation du beurre et des amandes de karité. A cela s’ajoute la transformation du beurre en savon de toilette, savon de lessive, savon liquide, shampooing.

La qualité supérieure est le beurre que l’on extrait en première position. Extrêmement pur, il est consommé et sert à la fabrication de savons de toilette.

Le beurre extrait en deuxième position peut servir à la fabrication du savon de lessive.

Le beurre extrait en dernière position, de couleur noirâtre, sert à fabriquer le savon noir utilisé pour laver les marmites.

Les résidus du beurre servent de combustible. Les femmes et les jeunes filles utilisent encore ces mêmes résidus pour la préparation ou cuisson du beurre.

"Tout est utile et rien ne peut être jeté, en ce qui concerne le karité, depuis le fruit jusqu’au produit fini", a expliqué la directrice fondatrice de l’association, Mme P.W. Assetou Nikièma. Celle-ci a, par ailleurs, précisé qu’il y a deux sortes de beurre : le beurre conventionnel et le beurre bio.

Dans le premier cas, les amandes sont ramassées partout, même dans les champs de coton où sont utilisés les produits chimiques. Par contre dans le second cas, ce sont des amandes provenant d’arbres et de terrain certifiés sans aucune trace de produits chimiques. De plus, les femmes productrices de beurre bio sont formées selon les critères du bio. Ce beurre est de haute qualité et coûte extrêmement cher, dans la mesure où l’Europe tend vers la consommation du bio.

Les difficultés d’écoulement

Mme Nikièma déplore le fait de produire sans pouvoir écouler. "Si toutes les productrices de beurre se regroupaient et s’unissaient, cela nous donnera beaucoup plus de force. Ne dit-on pas que l’union fait la force ?

Il faut que nous soyons unies pour avoir les marchés". Dans cette logique, Mme Nikièma souhaite la mise en place de bureaux régionaux de productrices de beurre de karité et l’appui des partenaires pour l’écoulement du beurre et de ses dérivés.

Un grand espoir à l’horizon

Mme Nikièma se déclare très satisfaite des journées du karité qui se sont déroulées du 12 au 15 février 2004, à l’hôtel Indépendance. "Ces journées nous ont permis de partager nos expériences, de nous frotter à d’autres productrices et à des partenaires, de rencontrer des partenaires techniques et de savoir beaucoup plus sur la production du beurre".

En dehors de la production du beurre de karité, l’ABPJF s’investit dans la sensibilisation des populations en matière d’hygiène et de protection de l’environnement, sur la santé de reproduction, les MST et le VIH/Sida, l’éducation nutritionnelle, sexuelle.

L’ABPJF se déploie aussi dans la production et la vente de produits à base de céréales, la production et la vente du soumbala, le séchage et la vente du poisson.

En outre, cette association pratique l’agriculture et l’élevage et fait également la couture et la broderie.

Historique de l’association

L’idée de la création de l’association est partie des causeries informelles et de la tontine que les femmes organisaient au cours des années 96-97.

Et finalement, elles ont pensé à investir cet argent dans la production du beurre de karité. Cela ne concernait que des vieilles femmes au départ.

Mais un matin, celles-ci ont découvert un bébé abandonné et dévoré en partis par les porcs. Cela les a toutes marquées, si bien qu’elles ont décidé de réorienter leurs activités en intégrant les jeunes filles démunies, abandonnées ou jeunes filles-mères. Les vieilles femmes se sont elles-mêmes chargées d’initier les jeunes filles à la fabrication du beurre.

Aimée Florentine KABORE
Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 7 août 2006 à 09:55, par Assayag David En réponse à : > Production du beurre de Karité : Des jeunes filles prennent leur destin en main

    Bonjour ;
    Je souhaite plein succès à l’A B PJ F et vous informe que je suis désireux d’importer au Maroc du beurre de Karité.
    Pouvez vous me documenter ( emballages, prix des beurres de première et seconde extraction,moyen de transport, analyse de chacun des produits, quantité par expédition etc...)
    Je vous remercie et attends avec^plaisir de vous lire.
    Sincères salutations
    David Assayag
    Bio Clean Attitude
    adgestion1@yahoo.fr
    14, Bd. Zerktouni
    Casablanca Maroc

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Authentification des diplômes au Burkina : Les présidents d’institutions et les ministres invités à se soumettre à l’exercice
Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings
Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT fête ses dix ans
Chaînes de valeur maïs et niébé : 10, 725 milliards FCFA de recettes réalisées d’ici 2022 au Burkina
La Poste Burkina Faso : 35 nouveaux agents pour relever les défis
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT échange avec les maires
Education : Le Réseau Education de qualité par le bi-plurilinguisme fait son bilan après un an d’existence
Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018
Décès de 11 gardés à vue : "Ce sont des choses inacceptables qui ne peuvent pas rester dans l’impunité", déclare le président du Faso
Pr Domba Jean-Marc Palm, président du Haut Conseil du Dialogue social : « Même au niveau du gouvernement, les gens n’ont pas une bonne compréhension de la trêve sociale, ni du dialogue social »
Association La Graine : Odile Diabré au chevet des déplacés et des sinistrés du Kourwéogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés