Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les idées ont une durée de vie courte. Vous devez agir avant qu’elles n’expirent.» John C. Maxwell

Burkina-Franche Comté : un président à Belfort

Accueil > Actualités > DOSSIERS > France-Burkina : des relations mouvementées • • vendredi 28 avril 2006 à 17h29min

MM. Filippe Savadogo et Yves Ackermann

Blaise Compaoré, président du Burkina Faso, se rendra en France le 29 mai. ll commencera sa visite par deux jours à Belfort.

C’est une véritable histoire d’amour qui lie le Territoire de Belfort au Burkina Faso. Partenariats entre communes, écoles, établissements d’enseignement supérieur... Cette romance va connaître un nouvel épisode en mai prochain, avec la visite officielle du Président de la République dans la cité du Lion.

Dans une conférence de presse organisée hier matin au conseil général, l’ambassadeur du Burkina Faso à Paris, Filippe Savadogo, et le président du conseil général du territoire de Belfort, Yves Ackermann, ont rendu public le programme de la visite.

Champagney, Ronchamp et Sévenans

L’avion présidentiel atterrira à Dole le lundi 29 mai, en provenance directe de Ouagadougou. Dès le lendemain, le chef d’État et sa délégation reprendront la route pour une journée de visites et d’échanges dans le Territoire.
La matinée se fera au pas de charge. Il faut que les visites de la maison de la négritude, de la chapelle de Ronchamp, du château et du lion soient bouclées en trois petites heures.

Puis le personnel de l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) recevra la délégation burkinabé pour lui présenter son activité. L’occasion aussi de discuter du développement durable au Burkina.

Après un repas pris au château, la délégation se dirigera vers Sévenans pour une visite de l’Université de technologie de Belfort Montbéliard (UTBM). Pas vraiment un hasard, puisque l’école d’ingénieur nourrit un projet de partenariat avec son homologue locale, l’université polytechnique du Burkina Faso.

La soirée, organisée à l’Atria, sera le point d’orgue de ce séjour à Belfort. Elle mêlera spectacles, buffet et discours officiels. C’est le ministre burkinabé délégué aux collectivités locales qui ouvrira le bal avec une présentation de la décentralisation - communalisation engagée en 1993 (voir encadré). Après un échange avec la salle et un buffet, ce sera au tour de Blaise Compaoré, président de la république du « pays des hommes intègres », d’intervenir. La soirée sera clôturée par une pièce de théâtre.


Des montbéliardes à Ouagadougou

Le lendemain, l’agenda présidentiel conduira la délégation dans le Doubs, où elle visitera notamment le centre d’insémination de la race montbéliarde, pour étudier l’éventualité d’une implantation des vaches comtoises du côté de Ouagadougou. Après une pause en Aveyron, Blaise Compaoré finira son escapade française à Paris.


Un jumelage « unique »

Le partenariat entre la Franche-Comté et le Burkina Faso est humanitaire, mais aussi administratif. Il est largement basé sur la « coopération décentralisée ».

Un partage de savoir-faire entre collectivités territoriales des deux pays, d’autant plus important que le processus de décentralisation s’apprête à franchir une nouvelle étape au Burkina Faso.

Certaines communes vont élire leur maire pour la première fois de leur histoire le 23 avril prochain. « La coopération décentralisée est devenue le point nodal de notre jumelage, explique l’ambassadeur. Le Burkina Faso est le premier pays africain à avoir engagé un processus de décentralisation. C’était en 1993. Mais la France avait déjà commencé depuis dix ans, avec les lois Defferre. ll faut faire en sorte de s’enrichir de l’expérience des autres. »

Yves Ackermann se félicite également de ce double partenariat. « Ce qui est unique c’est le couplage de la coopération décentralisée avec un jumelage humanitaire. D’un côté, l’action des collectivités territoriales dont le savoir-faire ne pourrait pas être remplacé. De l’autre, un côté humain, qui est fondamental. »

Belfort Le Pays (16 avril 2006)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Michel Fructus, Consul honoraire du Burkina Faso à Marseille : « La carte sécuritaire du Burkina qui est diffusée ne correspond pas à la réalité »
Coopération : « Le Burkina à beaucoup évolué grâce à la paix qui y règne » dixit Jean Paul Grollemund, Consul Honoraire du Burkina Faso à Lyon.
Pierre Michaillard : "La personnalisation, l’accaparement par quelques-uns ont souvent fait dévier les projets "
Coopération décentralisée : Blaise Compaoré à la rencontre de la France profonde
Filippe Savadogo : « La coopération décentralisée a un rôle majeur dans les relations entre le Burkina Faso et la France »
Jean R. Guion, Président du CISAB :"Magré tout !"
La coopération décentralisée, l’autre voie du développement
Burkina-France, des échanges commerciaux déséquilibrés
Le Père Henri Leroy : le plus burkinabè des Français
Hamidou Zouba, le « Délégué »
Boureima Zoromé, expert-comptable à Marseille
Emile Yaogo, expert en systèmes informatiques chez France Télécom
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés