LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Tracasserie routière : L’Observatoire des pratiques anormales relance ses activités pour un changement de comportement des acteurs

Publié le mardi 9 juillet 2024 à 20h00min

PARTAGER :                          
Tracasserie routière : L’Observatoire des pratiques anormales relance ses activités pour un changement de comportement des acteurs

Le Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) a organisé, ce mardi 9 juillet 2024 à Bobo-Dioulasso, un atelier national de sensibilisation, de présentation et de relance des activités de l’Observatoire des pratiques anormales (OPA). Cet atelier vise ainsi à renforcer les actions de lutte contre les pratiques anormales qui affectent le développement du secteur des transports, de l’économie et de la société toute entière.

Cet atelier qui se tient sur une journée, ce mardi 9 juillet 2024, est organisé par le Conseil burkinabè des chargeurs (CBC), en collaboration avec l’UEMOA, dans le cadre des activités de l’Observatoire des pratiques anormales (OPA). Cette rencontre rentre dans le cadre de la lutte contre les pratiques anormales (prélèvements illicites, rackets, multiplicité des points de contrôles, allongement des temps de contrôles, etc.) qui affectent le développement du secteur des transports, au-delà, de l’économie et la société toute entière. La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le directeur de cabinet du ministre en charge des transports, Joseph Sawadogo.

Le directeur de cabinet du ministre en charge des transports, Joseph Sawadogo, rappelant les objectifs de cet atelier

Pour lui, l’enjeu de la mobilité des personnes et des biens dans le schéma directeur d’intégration sous régional et de mise en place des performances des économies constitue le fondement de l’observatoire qui s’est fixé pour mission d’identifier et de lutter contre ce que l’on appelle les pratiques anormales. En effet, le secteur des transports est fondamental pour le développement socio-économique du pays car il facilite la mobilité des personnes et des marchandises, relie les marchés et stimule le commerce.

Il est cependant exposé à des pratiques anormales telles que la corruption, les abus de pouvoir et autres actions illicites qui entravent son développement harmonieux. « Les tracasseries routières constituent un défi majeur pour notre société. Elles affectent non seulement la fluidité du trafic, mais aussi la compétitivité des économies », a-t-il reconnu.

Les acteurs du secteur des transports présents à l’atelier

C’est pour pallier cette situation, que l’Observatoire des pratiques anormales a été créé. Cet organe a pour mission de surveiller, d’analyser et de proposer des solutions aux dérives et irrégularités observées sur les corridors de dessertes. Sa relance aujourd’hui témoigne de l’engagement des acteurs à promouvoir et à renforcer la transparence, le professionnalisme et la bonne gouvernance dans le secteur. Le directeur de cabinet du ministre en charge des transports, Joseph Sawadogo, a souligné que l’OPA vise à permettre aux acteurs de mieux comprendre les mécanismes et les causes des pratiques anormales, de développer des stratégies efficaces pour les prévenir et de renforcer les capacités des acteurs pour qu’ils puissent agir en conséquence.

« En identifiant les zones de risque et en formulant des recommandations, l’OPA contribuera à créer un environnement plus transparent et plus propice au développement durable », s’est-t-il convaincu. Cet atelier se veut ainsi un cadre d’échanges et de partage d’expériences, entre les acteurs du transport routier et du commerce transfrontalier, sur les problématiques qui touchent le secteur des transports et les difficultés rencontrées au quotidien le long des corridors. Ce, en vue de formuler des recommandations fortes pour réduire ou mettre fin aux pratiques anormales sur les axes routiers.

La photo de famille à l’issue de la cérémonie d’ouverture des travaux

« Les objectifs majeurs de cet atelier sont entre autres, la sensibilisation des acteurs sur l’importance de la lutte contre les pratiques anormales et sur le rôle de l’observatoire, la présentation des activités de l’observatoire, ses méthodes de travail, ses acquis ainsi que ses perspectives. L’ambition affichée, c’est la relance des activités de l’OPA-BF », a-t-il laissé entendre. Tout au long des travaux, des thématiques en lien avec la facilitation des transports et l’observatoire des pratiques anormales seront développées sous forme de panels, séquencés par des échanges entre acteurs.

Convaincu que « c’est ensemble que nous pourrons bâtir un secteur de transport plus transparent, plus efficace et plus juste au profit de notre économie et de notre société », il a invité les acteurs à participer activement aux échanges, à partager leurs expériences et à proposer des idées novatrices pour sortir le secteur des transports de la spirale des pratiques anormales.

Pour le directeur général du CBC, Dr Kassoum Traoré, cet atelier demeure très important pour le CBC

Pour le directeur général du CBC, Dr Kassoum Traoré, cet atelier demeure très important pour le CBC car, dit-il, « il va permettre à tous les acteurs de se concerter et de déceler tous ce qui est tracasserie routière le long de nos corridors et de prendre des dispositions en vue de lutter contre ces pratiques ». Il a rappelé que cet atelier va permettre aux acteurs de s’approprier les activités de l’OPA, les bonnes pratiques en matière de contrôle et transport routier, les instruments communautaires en matière de facilitation des transports.
Cet atelier, en outre, permettra d’attirer l’attention des autorités politiques sur la persistance de la tracasserie routière et de sensibiliser les différents acteurs du système des transports en vue d’un changement de comportement des agents en charge du contrôle routier.

Romuald Dofini
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Access International Studies devient Access International Group
Royaume Gulma : D’où viennent les Moyenga ?