LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Burkina/Lutte contre le changement climatique et l’insécurité alimentaire : Le gouvernement et ses partenaires lancent les projets P2RIA et GIRCA

Publié le mardi 9 juillet 2024 à 15h55min

PARTAGER :                          
Burkina/Lutte contre le changement climatique et l’insécurité alimentaire : Le gouvernement et ses partenaires lancent les projets P2RIA et GIRCA

La composante Burkina Faso du Programme africain de gestion intégrée des risques climatiques (GIRCA) et le Projet de renforcement durable de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle (P2RIA) ont été lancés ce mardi 9 juillet 2024, à Ouagadougou. L’un vise à renforcer la résilience des populations face aux effets des changements climatiques. L’autre entend améliorer les moyens de subsistances et la sécurité alimentaire des petits exploitants agricoles. Ils seront mis en œuvre dans les régions de la Boucle du Mouhoun, des Hauts-Bassins, du Sud-ouest, des Cascades, du Nord, du Sahel et de l’Est.

Les changements climatiques sont une réalité et leurs effets menaces gravement l’agriculture et la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Burkina Faso. Face à ces défis, le gouvernement du Burkina Faso a pris des engagements pour transformer son agriculture et la rendre plus résiliente aux changements climatiques. Les composantes P2RIA et GIRCA, officiellement lancés ce jour, viennent accompagner ces efforts non seulement en renforçant la résilience des populations face aux effets et impacts des changements climatiques mais aussi à la lutte contre l’insécurité alimentaire. Ces initiatives sont en phase avec les politiques du gouvernement dans le secteur de l’agriculture, notamment l’offensive agro-pastorale.

Les deux projets vont être mis en œuvre dans plusieurs régions du pays ici représentées

Le programme GIRCA est une initiative sous régionale mise en œuvre dans sept pays, à savoir le Burkina Faso, la Gambie, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad. Il vise à améliorer les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire des petits exploitants agricoles. Ses zones d’intervention sont la région de la Boucle du Mouhoun, des Hauts-Bassins, des Cascades, du Sud-ouest, du Nord, du Sahel et de l’Est pour une durée de six ans. Le P2RIA, quant à lui, constitue un financement additionnel du PAFA-4R. Il sera mis en œuvre dans quatre régions, à savoir le Sud-ouest, les Hauts-Bassins, les Cascades et la Boucle du Mouhoun. Il a pour objectif d’améliorer durablement la sécurité alimentaire et les revenus des petits exploitants agricoles. Il a une durée de trois ans. Le coût global de mise en œuvre des deux projets est évalué à près de dix milliards de francs CFA. Le financement a été mobilisé par le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) à travers le Fonds vert pour le climat (FVC) et Global Agriculture and Food Security Programme.

Le représentant du président du CNA salue la mise en œuvre de ces deux projets

A en croire la directrice pays du FIDA, Ann Turinayo, ces deux subventions sont été mobilisées par le FIDA en vue de renforcer les actions déjà en cours. La mobilisation de ces fonds montre encore une fois l’engagement du FIDA à soutenir le gouvernement du Burkina Faso dans sa quête de bien-être pour les populations.

Le financement a été mobilisé par le FIDA à travers le Fonds vert pour le climat et Global Agriculture and Food Security Programme

De la mobilisation du financement

Le directeur de cabinet du ministre en charge de l’agriculture, Alassane Guiré, a indiqué que ces deux initiatives sont d’une importance capitale pour la résilience des communautés rurales face aux conséquences des changements climatiques. « Je salue la présence parmi nous de tous les acteurs du développement qui, aux côtés du gouvernement, œuvrent inlassablement de manière remarquable à accompagner les efforts du gouvernement dans sa quête de la sécurité alimentaire et nutritionnelle », a-t-il reconnu. D’après lui, le P2RIA permettra aux petits exploitants agricoles de mieux se préparer face aux risques climatiques, et surtout de réduire les risques grâce à des mesures d’adaptation et d’atténuation. Quant au GIRCA, a-t-il poursuivi, il renforcera la résilience à l’insécurité alimentaire notamment à travers l’inclusion des personnes déplacées internes. Il favorisera en outre l’adoption de tableaux écologiques pour l’amélioration des filières agricoles et la création d’emplois.

Le directeur de cabinet du ministre en charge de l’agriculture, Alassane Guiré, a indiqué que ces deux initiatives renforceront la résilience des communautés rurales

Eric Zougmoré, premier rapporteur de la Chambre nationale d’agriculture, a au nom des bénéficiaires des deux projets qui viennent d’être lancés, laissé entendre qu’en tant que bénéficiaires, ils sont pleinement conscients des défis auxquels ils font face en matière d’insécurité alimentaire et climatique. D’autant plus qu’elle s’attaque directement à leurs communautés et affectent leurs bien-être et celui des générations. « C’est pourquoi nous accueillons avec enthousiasme ces deux projets. Car ils constituent un effort visant à renforcer notre résilience et à nous aider à faire face à nos défis actuels et futurs », a-t-il déclaré.

Le lancement de ces projets s’est terminé par une photo de famille

Au nom de tous les bénéficiaires, M. Zougmoré a exprimé sa profonde gratitude aux différents acteurs impliqués dans la mise en œuvre de ces deux programmes. « Ces initiatives sont cruciales pour assurer la souveraineté alimentaire du Burkina Faso et garantir à toute la population une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable », a-t-il conclu.

Obissa Juste Mien
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Access International Studies devient Access International Group
Royaume Gulma : D’où viennent les Moyenga ?