LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Dédougou : Le roman « Le Prix de la stigmatisation » adapté au théâtre

Publié le lundi 8 juillet 2024 à 11h53min

PARTAGER :                          
Dédougou : Le roman « Le Prix de la stigmatisation » adapté au théâtre

La prouesse est de la compagnie artistique du club Unesco de l’université Daniel-Ouezzin-Coulibaly de Dédougou. Elle s’est inspirée du roman de l’écrivain Ounténi Félix Natama pour créer la pièce de théâtre intitulée « Le Prix de la stigmatisation » donnée, pour la toute première fois, en représentation théâtrale dans la salle polyvalente de Dédougou au cours de la soirée du vendredi 5 juillet 2024.

La représentation théâtrale dure environ une heure de temps. Elle est jouée par des membres de la compagnie artistique du club Unesco de l’université Daniel-Ouezzin-Coulibaly (UDOC) de Dédougou. La pièce met en scène le roman « Le Prix de la stigmatisation » de l’écrivain Ounténi Félix Natama dont la thématique principale se nourrit de la menace terroriste à laquelle le pays des hommes intègres fait face depuis près d’une décennie.

Selon les organisateurs de la soirée théâtrale, leur initiative est en droite ligne avec la promotion de la paix qui passe par des actions de sensibilisation à l’endroit des populations. La compagnie artistique dit ainsi vouloir par l’expression théâtrale dénoncer « tout ce qui pourrait constituer le germe qui alimente les tensions sociales » à l’image de la stigmatisation dans le roman du substitut du procureur du Faso, près le Tribunal de grande instance (TGI) de Dédougou ayant servi de prétexte à Fiéro, le personnage central de l’œuvre, pour rejoindre les rangs des groupes armés terroristes.

Ounténi Félix Natama, auteur du roman « Le Prix de la stigmatisation » adapté au jeu théâtral

Pour le club, le choix d’adapter ce roman au théâtre s’explique par la pertinence de la thématique du livre qui colle à l’actualité contextuelle du Burkina Faso marquée par des exactions des bandes armées terroristes. Il traduit aussi la volonté des étudiants membres de la compagnie artistique de contribuer à leur manière au retour de la paix au Burkina Faso par la sensibilisation et la mobilisation des énergies. Ils ont alors décidé que 50% des fonds obtenus de la vente des tickets d’entrée soient reversés au compte de l’effort de paix. Une collecte de fonds a également été initiée séance tenante par les organisateurs pour, disent-ils, soutenir les forces combattantes engagées dans la lutte contre le terrorisme.

Fiéro (torse nue), victime de rejet de la part de la société pour avoir fait la prison, finit par rejoindre le rang des terroristes pour se venger.

Présent à cette activité, l’auteur du livre s’est réjoui de voir son œuvre servir de fond de jeu avec pour finalité de promouvoir la cohésion sociale au moment où des menaces pèsent sur la paix. Il a reconnu aux étudiants la prouesse d’avoir réussi l’adaptation de son œuvre romanesque au théâtre sans trahir l’idée et le message initiaux qu’il a voulu transmettre. Le substitut du procureur, près le TGI de Dédougou a par ailleurs saisi cette tribune pour plaider en faveur de l’amélioration des conditions de vie carcérale car, « tout le monde est susceptible de séjourner dans une prison », a-t-il averti.

Yacouba SAMA
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Pour nous population de Dédougou c’était un spectacle très intéressant avec des thèmes d’actualité. C’est l’occasion pour ne remercier la compagnie artistes, les clubs UNESCO et l’auteur du célèbre roman " Le Prix de la stigmatisation" M. Ounténi Félix NATAMA

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Musique : Kindiss, le roi du binon, est décédé