LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Lettre ouverte au Premier ministre : Des citoyens burkinabè partagent leurs préoccupations sur la récente modification de la Charte de la transition

Publié le vendredi 5 juillet 2024 à 15h20min

PARTAGER :                          
Lettre ouverte au Premier ministre : Des citoyens burkinabè partagent leurs préoccupations sur la récente modification de la Charte de la transition

Dans cette lettre ouverte en date du vendredi 5 juillet 2024, adressée au Premier ministre, les citoyens burkinabè, Harouna Dicko et Abdoul Aziz Congo, partagent leurs préoccupations majeures sur la récente modification de la Charte de la transition. Lisez l’intégralité de la lettre ci-dessous.

PARTAGER :                              

Messages

  • Comme dit africains, c’est chercher "palabre" oh. Nous on se contente de regarder faire les mogos du moment et on se tait, les armes que notre argent achète ne sont pas dans nos mains, ....

  • Monsieur DICKO surtout, vous avez toujours dénoncé ces vices de forme et de fond dans les lois et autres documents étatiques depuis belle lurette mais je ne pense pas à une quelconque valeur ajoutée pour un citoyen lamda de Gayeri ou de Douroula. Il faut vous insérer dans la marche victorieuse du peuple Burkinabê au lieu de chercher des fautes grammaticales ou de vocabulaire dans les actes et decisions administratifs. Et puis, il faut comprendre que les messieurs actuellement au pouvoir n’ont pas d’argent à partager à de gros intellectuels malins qui veulent se faire sucrer pour se taire. Vous auriez humblement demandé une audience au PM et ces petits problèmes auraient trouvé une explication et une solution mais comme vous êtes dans une autre dimension que vous seul maitrisez, il faut faire du bruit pour attirer des attentions ; ce bruit est inaudible actuellement. Cherchez autre chose à faire.

  • L’intellectuel africain est une race a part et c’est dommage. Comment des personnes qui disent participer a la vie et au progres de la nation burkinabe mettent leurs efforts a contre courant du desir des peuples. Comment comprendre que ces intellectuels soient aussi myopes et qu’ils n’aient aucune conscience phenomenologique, qu’ils soientt incapables de lire l’heure du temps et les changement qui vont avec ? Je m’arrete la pour garder la moderation requise.

  • On voit bien venir ces Messieurs de la politique et comme ils sont déjà arrivés, on les voit bien dans tous les contours ! On connaît bien leur mission : distraire les gens et espérer impressionner le peuple ! Pourtant il y a mieux à faire : préparer vos.partis politiques pour les campagnes électorales à venir et vous apprêter à organiser vos prestations de serment puisque vous sûrs d’être élus ! Faudrait pas vous réveiller tard chers Messieurs sinon, regrets sur regrets ! Bon courage !

  • Harouna et Abdul Aziz, pour moi vous avez entièrement raison, mais sommes nous dans une "république" civilisée ???

  • On dirait que l’homme à la veste jaune est devenu le représentant et défenseur farouche du MPRS, hum, ...

  • AROUNA et ABDOUL AZIZ, Le Peuple a choisi la voie du progrès, n’en déplaise à ceux ne pensent qu’à leur panse.

     Le développement du Burkina Faso se fera de gré ou de force
     Finis, le jeu des petits Servants locaux du Néocolonialisme
     Rendue autrefois possible par la métamorphose de la cynique malice
     Le Peuple courageux a entamé sa marche triomphale et ne flanchera jamais
     Il ira à la conquête de sa liberté et de son progrès
     Et il ne sera plus jamais asservi par la rapacité
     Qu’elle soit interne ou qu’elle vienne de loin.
     Le Peuple défendra toujours sa Patrie et vaincra.

    POUR LE PROGRES ET LE DEVELOPPEMENT VERITABLE, EN AVANT !

  • Oui, c’est vrai, vous avez raison, mais admettez tout de même que, depuis l’avènement de l’autocratie, cette énième entorse à la loi et à la constitution, s’inscrit dans une trop longue liste et finit par relever d’un point de détail.
    En fait le point crucial que vous relevez, me semble négligemment glissé en milieu de texte et incomplètement exprimé : "A la fin de ce délai, force était de constater que, malgré les énormes acquisitions de matériel, grâce au changement de partenaire, le MPSR n’a pu accomplir une seule de ses missions".
    Oui, l’essentiel est dit ici et c’est incomplet, parce que outre le "changement de partenaire", vous auriez dû rajouter : grâce aux multiples sacrifices consentis ou imposés au peuple burkinabè.
    Sacrifices qui font souffrir beaucoup d’entre nous aujourd’hui et dont personne ne connait les implications à l’avenir.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique