LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Burkina : « N’ayez pas peur ! », exhorte le Premier ministre, Dr Apollinaire Kyélem De Tambèla

Publié le lundi 1er juillet 2024 à 09h12min

PARTAGER :                          
Burkina : « N’ayez pas peur ! », exhorte le Premier ministre, Dr Apollinaire Kyélem De Tambèla

Dans son speech à l’occasion de la traditionnelle cérémonie de montée des couleurs nationales, ce lundi 1er juillet 2024 au sein de son institution, le Premier ministre, Dr Apollinaire Kyélem De Tambèla, a appelé ses camarades collaborateurs, les Burkinabè en général, à ne pas avoir peur.

Les autorités actuelles du pays sont, rassure-t-il, engagées à assumer la souveraineté du Burkina Faso et à mettre le pays sur les rails du développement. Cela entraîne, dit-il, nécessairement des déchirements et des bouleversements.

"Beaucoup se complaisaient dans la situation de dépendance du Burkina Faso, parce qu’ils profitaient des bénéfices secondaires de cette situation", décèle le Premier ministre, qui explique que la politique de refondation et de souveraineté qui se mène actuellement remet en cause les intérêts des valets locaux sur lesquels, les impérialistes occidentaux s’appuient pour maintenir le pays dans la dépendance.

Selon le chef du gouvernement, la refondation et le développement du Burkina Faso remettent en cause les intérêts de ceux qui sont dans le « mimétisme comportemental et intellectuel », de certains opérateurs économiques et de « prétendus lettrés » qui usent de langages pour mieux abuser des populations.

"La gestion rigoureuse des biens de l’État et la lutte contre la corruption créent aussi beaucoup de mécontents, qui sont remontés contre le régime actuel et leur objectif est d’abattre par tous les moyens le régime", déclare le Premier ministre avant de lancer en substance : « N’ayez pas peur, parce que l’équipe au pouvoir, pour rien au monde, n’abandonnera encore le pays entre les mains des entrepreneurs politiques, des opportunistes et des aventuriers. N’ayez pas peur, parce que les dirigeants connaissent les ennemis du pays ceux qui sont prêts à hypothéquer le pays pour leurs intérêts, ceux qui ne pensent qu’à eux".

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Nous avons peur...trop peur même. Peur de vous Kyelem, peur de votre gouvernement, peur de votre régime. Peur de la pensée unique, peur de la chappe de plomb qui s’est abattue sur le Burkina Faso. Peur de vos milices surchauffées pour casser de l’intellectuel, peur de vos escadrons de la mort qui enlévent et font disparaitre nos parents. Peur de l’avenir qui se dessine en pointillé pour nos enfants, peur de la kimilsungization et de la poutinisation dont vous faite la promotion pour vos propres intérêts. Nous avons peur...

  • Encore un formidable discours rassembleur du premier ministre de tous les burkinabè.
    Un vibrant appel à l’union nationale qui ne peut laisser insensible.
    Une main tendue au national comme à l’international, qui ne pourra que renforcer la qualité de nos relations, à l’interne comme à l’externe.
    Dans la situation dramatique que vit notre pays, attaqué par ses propres citoyens, où le frère tue le frère, nous avons tout intérêt à cette réconciliation, d’autant que, du propre aveu de Kyelem en personne : "Beaucoup se complaisaient dans la situation de dépendance du Burkina Faso, parce qu’ils profitaient des bénéfices...", beaucoup, donc ! Devons-nous nous demander s’ils sont majoritaires ?
    Cette généreuse main tendue, incitera-t-elle les apatrides profiteurs à faire une demande de CNIB ?
    Pour l’instant, on peut surement en douter.
    Pourra-t-on tous les éliminer, les enfermer, les envoyer au front,... on peut également en douter.
    Au fait, où est donc passé Adama Bayala ?

  • Le disc va finir par se rayer. ’’L’impérialisme, les valets locaux, le mimétisme comportemental et intellectuel, les prétendus lettrés,...’’

    Monsieur le PM, les Burkinabè vous regardent. Vous et votre gouvernement passeront. D’ici 20 ans les enfants viendront vous traduire devant des tribunaux et il faut demander à Blaise qui a été rattrapé dans le procès SANKARA.
    Quand on est Sankara, on renonce à bien de chose pour diminuer le train de vie de l’etat. Votre Ministre de l’administrtaion a dit aux PDS d’arrêter de vendre les parcelles. Ce que vous avez reproché aux politiciens est en marche.

    "Déchirements et des bouleversements", ce sont vos mots, est-ce que vous êtes venus pour augmenter la souffrance des Burkinabès ? A quand la fin de l’insécurité ? Avez reçu aussi un mandat de 5 ans ? Qu’aviendrait-il si un nouveau PM venait à être appelé ?

  • Pourquoi ce appel soudain ?? Ça sent le roussi on dirait, de toutes façons c’est eux qui tapent leur tam tam et c’est eux aussi qui dansent, nous ont ne fait que regarder.

  • Le disque du premier ministre est rayé ! Toujours la même rengaine sur les valets locaux. Serait-ce un hasard si ce discours est répété chaque fois que les FDS sont poussés dans les cordes comme cela a encore été le cas ce week-end à Tougouri ?

  • Panique à bord : quand Apollinaire rassure avec la verve d’un marabout !

    Ah, Dr Apollinaire Joachimson Kyélem de Tambèla, quel Curé Comédien ! Dans son one man show il nous invite, dans un discours aux allures de sermon, à ne pas craindre les ombres du soir tant que le soleil brille au firmament de la Primature ! regardez l’évolution de son teint.

    Avec une assurance presque comique, il nous assure que « avec le Président Traoré, le Burkina est entre de bonnes mains ». Quelle métaphore rassurante ! Cela sonne presque comme une publicité pour des gants de jardinage, non ?

    Il peint un tableau des ennemis de « l’État »(l’état cest pas le MPSR), un vrai bestiaire politique, depuis les opportunistes déçus jusqu’aux capitalistes impérialistes, tous apparemment unis dans un complot shakespearien contre le régime IB. Ces méchants, après avoir été rejetés par la nouvelle garde, semblent être devenus des personnages de tragédie antique, conspirant dans l’ombre pour leur revanche.

    Et les mises en garde du Premier ministre ! « N’ayez pas peur ! » répété comme un refrain de chanson pop. On pourrait presque imaginer une troupe de danse synchronisée en arrière-plan, chaque membre levant un doigt accusateur à chaque proclamation. « N’ayez pas peur, mais soyez vigilants », nous conseille-t-il, dans un mélange déroutant de sérénité et de PARANOIA .

    Quant à la façon dont il cible ceux qui se « dandinent dans un bureau ventilé », il y a une ironie délicieuse. N’est-ce pas précisément dans un bureau climatisé que ce discours a été concocté ? Et cette charmante invitation à ne pas vivre « cent ans dans la peau d’un lâche » ? Cela ajoute un zeste de bravade virile à son appel à l’action, nous incitant presque à marcher droit sur le chemin de la refondation sans regarder derrière nous, guidés par l’éclatante lumière de sa rhétorique.

  • Mr de TAMBELA, dites à votre mentor de réduire sa garde privée et les moyens y affectés, de réduire votre garde, et là, nous saurons que nous n’avons plus à avoir peur.

  • Quelle gestion rigoureuse des biens de l’état ? C#est après le MPPSR qu on saura qui allait prendre quoi chez qui , qui dotait les petites filles de V8 etc. Donc doucement doucement. Ce pays est sahélien , donc tout se voit à partir de février.

    Bonnes gens , est-ce qu’il y’a une différence qualitative entre valets locaux de l’impérialisme qu’elle soit russe ou francaise ? Un valet local est un valet local ; Donc en parlant il faut faire très attention.

    Passakziri

  • "N’ayez pas peur !". Je pense que Monsieur le Premier Ministre du Burkina Faso aurait dû citer sa source car cette exhortation est de Saint Jean-Paul II qui s’adressait aux peuples de l’Europe de l’Est alors sous le joug de régimes où la contradiction menait au mieux au goulag. Ensuite Monsieur le Premier Ministre doit citer sa source lorsqu’il dit que certains sont "prêts à brûler ce pays pour chauffer leur café" car cette phrase a pour père, Monsieur Norbert ZONGO de regrettée mémoire.
    Au-delà de tout ; je propose que le discours d’une haute personnalité soit modérée car la vie réserve trop de surprises et comme l’a dit le philosophe, "Nul n’est fort pour être toujours fort si il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir. Monsieur le Premier Ministre, pourquoi vous vous en prenez quasi régulièrement aux fonctionnaires ? Les fonctionnaires ne sont pour rien dans la situation du pays. Et Dieu seul sait à combien de personnes profite le salaire d’un fonctionnaire. Combien de cadres aujourd’hui ont été hébergés par leur oncle fonctionnaire qui leur a fourni logis et couvert pour leurs études ? Combien de fonctionnaires ont fait venir des parents du village afin de les soigner ? Contrairement à ce que beaucoup pensent, la basisse du pouvoir d’achat des fonctionnaires va jouer négativement sur le PIB de notre pays. En effet, le salaire du fonctionnaire est redistribué à l’intérieur par le mécanisme de la consommation des biens et services. A part certains hauts fonctionnaires, les fonctionnaires qui investissent à l’extérieur se comptent sur le bout des doigts. Ce sont les fonctionnaires qui, de retour de mission, font vivre toutes ces femmes et tous ces hommes qui vendent fruits et légumes sur nos routes nationales et ces revendeurs de fruits et légumes font vivre les maraichers et c’est ainsi que la roue de l’économie tourne. Sans être économiste, je lis souvent de la part des grands économistes des grands pays, qu’il faut relancer l’économie par une relance de la consommation et dans notre contexte, les fonctionnaires sont essentiellement des producteurs de services au Burkina Faso et des consommateurs de produits et services burkinabè.

  • Quand je lis certains commentaires, on se pose vraiment des questions sur la motivation de plusieurs burkinabè. Comment, parce que nous n’aimons pas telle ou telle autre personne, on en arrive à souhaiter le mal pour son pays ?

    Personnellement, je n’ai aucun intérêt à ce que X ou Y soit au pouvoir. Mais avec le péril auquel ce pays était confronté, il faut être malhonnête ou de mauvaise foi pour ne pas reconnaitre le travail qui est fait et ce qui est en cours. Oui on est libre de ne pas aimer le Président IB, oui on est en droit de détester le PM KYELEM, mais on a l’obligation d’aimer son pays et de vouloir son bien.

    Bref, par exemple Passakziri estime qu’il n’y a pas de différence entre l’impérialisme russe et français, et oui c’est peut-être vrai. Mais lorsqu’on est sincère, on doit au préalable reconnaitre que la Russie n’a jamais colonisé un pays ni en Afrique ni ailleurs alors que la France est une ancienne puissance coloniale et de ce point de vue, il y a plusieurs points de dissemblance dans la comparaison à établir.

  • @Danton, très bonne et véridique réponse. C’est le genre de discours dont les révolutionnaires du 4 août 83 nous abreuvaient rien de nouveau à l’horizon.

  • Bonjour Minnayi,
    Et donc, vous nous apprenez que : " la Russie n’a jamais colonisé un pays ni en Afrique ni ailleurs...", ces propos faisant de vous la parfaite incarnation de l’ultracrépidarianisme.
    Ce qui signifie que, lorsque l’on tient à affirmer quelque chose, on prend un minimum de temps pour s’informer.
    Si vous utilisiez internet pour vous cultiver, plutôt que pour déverser votre mensongère propagande, vous éviteriez de déverser de telles inepties.

  • @ Minnayi

    "Bref, par exemple Passakziri estime qu’il n’y a pas de différence entre l’impérialisme russe et français, et oui c’est peut-être vrai. Mais lorsqu’on est sincère, on doit au préalable reconnaitre que la Russie n’a jamais colonisé un pays ni en Afrique ni ailleurs alors que la France est une ancienne puissance coloniale et de ce point de vue, il y a plusieurs points de dissemblance dans la comparaison à établir."
    Dites vous ?

    Moi je n’ai pas encore fini de lire ma propre histoire, donc je n’irai pas dans les méandres de l’histoire pour dire si la Russie a déjà colonisé un pays ou pas. Le présent ne continet-il pas dejá assez de traces ?
    Ce que vous ne comprenez pas c’est qu’il y’a un psyhopathe quelque part qui semble vivre encore les année 1890 et qui croit bon de lancer ses troupes à la conquête d’autres territoires. Donc ne vous étonnez pas, surtout n’oubliez pas de dire à vos pétits enfants de ne pas casser les tympans des pétits-enfants d’autres personnes pour une prétendue lutte contre l’impérialisme russe demain car leurs grands parents ont applaudi leur arrivée. Je parierais un chameau que demain le psychopathe peut même revendiquer le Mali et le Burkina comme ses territoires parce qu’il aurait signé des traités avec ses valets locaux. Alors y’at-il une différence entre les diffrents impérialismes oui ou non ? C’est la simple question que je pose.

    Passakziri

  • Les anciennes colonies russes : Îles Komandorski, l’Alaska. On est au 21e siècle, on ne dure pas dans les discutions.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique