LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Burkina/Manifestation devant l’ambassade de France : La CRS charge, le sit-in de la coordination de veille citoyenne se termine en course-poursuite

Publié le dimanche 30 juin 2024 à 22h40min

PARTAGER :                          
Burkina/Manifestation devant l’ambassade de France : La CRS charge, le sit-in de la coordination de veille citoyenne se termine en course-poursuite

Les membres de la Coordination nationale de veille citoyenne se sont regroupés, ce vendredi 28 juin 2024 à quelques mètres de l’ambassade de la France pour réclamer sa délocalisation. A écouter certains membres de la coordination, il s’agit de venir « les déloger purement et simplement ». L’ambassade de la France, à côté de la présidence du Faso, constitue une menace pour le président du Faso, selon eux.

Il est environ 10h30 quand la foule, rassemblée un peu plus loin au niveau du rond-point des Nations unies, commence à avancer en direction de l’ambassade de France, jouxtant la présidence du Faso. Ils passent le premier feu, puis le deuxième. Au troisième feu, juste au croisement, un barrage dressé par la garde présidentielle stoppe l’avancée des manifestants. Sur les côtés, des pickups remplis de policiers de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS). Un groupuscule formé par les responsables de la coordination, avance. C’est parti pour quelques minutes de discutions. « Nous voulons avancer jusqu’à l’ambassade. On ne veut pas qu’un représentant de l’ambassade vienne ici », lance un des leaders au chef d’équipe de la CRS.

Les manifestants en fuite

La foule, massée un peu plus loin, s’impatiente. Et face au refus catégorique de la CRS de les laisser passer, les manifestants forcent la barrière pour contourner le dispositif et rejoindre l’ambassade par le côté droit. « Même si c’est par "la mur", on va rentrer », menace un Wayiyan. Les journalistes qui couvraient la manifestation ont vite compris que la situation allait dégénérer et qu’il fallait faire un "repli tactique" pour mieux réagir au cas où. Avant même qu’ils aient traversé le goudron pour se retrancher vers le ministère en charge de la Sécurité, un ordre sec retentit : « embarquez et chargez ! ». Les gaz lacrymogènes commencent à pleuvoir. L’atmosphère devient irrespirable. C’est la débandade. Wayiyans et journalistes confondus cherchent un refuge ou un point de chute. Les policiers chargent jusqu’au rond-point des Nations unies. « Hayii…ils n’ont qu’à arrêter de gazer comme ça, c’est bon ! », implore juste derrière nous, en langue mooré, une dame âgée, visiblement fatiguée de courir. C’est finalement à la direction régionale de la douane que presse et certains manifestants trouvent refuge pour prendre des forces avant d’aller chercher leurs engins garés un peu plus loin.

Les manifestants bloqués au dernier feu en face de la présidence du Faso

Le pays est gouverné

Lassané Sawadogo, coordonnateur du Front de défense pour la patrie, membre de la Coordination nationale des associations de la veille citoyenne, était de ceux qui se sont retranchés à la direction régionale de la douane. « Nous rendons grâce à Dieu. Je félicite le camarade, le capitaine Ibrahim Traoré. Je félicite l’ensemble de nos gouvernants. Parce que l’acte qu’ils ont posé ce matin nous prouve que le pays est gouverné. Nous sommes les Wayiyans et nous resterons toujours les Wayiyans. Nous avons demandé à l’ambassade de déménager de Koulouba parce qu’elle fait face à la présidence du Faso », déclare-t-il d’un air toujours hagard, avant d’ajouter : « vous savez, on n’a pas demandé une autorisation pour sortir. C’est logique qu’on soit gazés. Parce qu’un pays où les gens n’ont pas d’autorisation de manifester, si l’autorité n’avait pas fait ça, j’allais avoir peur de ce gouvernement », a-t-il philosophé.

« Nous sortirons encore », lance Lassané Sawadogo

La coordination n’a pas dit son dernier mot, à écouter M. Sawadogo. « Si l’autorité et les représentants de l’ambassade ne réagissent pas, nous allons sortir encore, même si nous allons être gazés. L’objectif est que le monde entier sache que ce n’est pas logique qu’une ambassade soit à quelques pas de la présidence d’une nation. Nous allons sortir parce que la puissance du gaz n’est pas plus que la puissance des balles que nos soldats prennent en brousse », a-t-il prévenu.

Obissa Juste Mien
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Pourquoi vous manifester sans autorisation ? Ou bien, c’est de publicité pour dire que le pays est gouverné ? Si vous-même refusez de donner l’exemple aux yeux du monde en suivant les lois, que pensez vous de l’avenir du Burkina Faso. L’excès est nuisible.
    Arretez votre enfantillage, vous ne rendez service ni au gouvernement en place, ni au peuple qui souffre du terrorisme depuis des années.
    Allez veiller aux fronts...

  • Pour ce que je connais, l’ambassade de la France dans ses anciennes colonies n’a jamais été loin de la Présidence de ces pays et on sait pourquoi ! Cette France avait bien convaincu les présidents de ce pays que cette proximité pourrait aider les troupes françaises à exfiltrer les responsables gouvernementaux en cas de coup d’Etat. Mais dans la pratique, cette proximité a permis à la France d’accompagner les coups d’État contre les Chefs d’État qui ont tenté de se libérer de la tutelle française dans la prise de décision dans tous les domaines ! Les terrains ont été octroyés aux Ambassades dans la zone de Ouaga 2000 et l’ambassade des États-Unis a déménagé dans ces locaux de Ouaga 2000 il ya plus de 10 ans. Pourquoi la France ne s’exécute pas et refuse de délocaliser ses services depuis longtemps ? Il ya de quoi donner du grain à moudre à ses détracteurs !

  • @LOM-LOM, en réponse à votre question. Vous répondez vous-même à la question. Pourquoi l’ambassade de France ne déménage pas à Ouaga 2000 ? C’est parce que notre palais présidentiel est censé être à KOSYAM à Ouaga 2000 et non plus à KOULOUBA.
    Si IB s’était installé à Kosyam, ce cirque n’aurait plus lieu d’être. C’est nous-même qui créons des situations inconfortables pour tout le monde.

  • Avec ou sans autorisation, le devoir de protéger les missions diplomatiques et consulaires ainsi que leur personnel est un principe absolu, consacré par le droit international, en particulier par les Conventions de Vienne sur les relations diplomatiques et consulaires ; le Burkina a donc obligation en tant que signataire, de se conformer à cette règle supranationale.

    Mesurez alors la répercussion internationale de votre nuisible manifestation, car à vouloir agir comme des idiots nocifs, vous êtes plus dangereux que utiles.

  • ça ressemble à une mise en scène. Surtout avec les propos du monsieur membre de la coordination nationale. Si l’Etat Burkina juge que l’ambassade pose problème, les voies diplomatiques existent pour régler le problème. Pas besoin de ce désordre.

  • La Présidence du Burkina Faso est à Ouaga 2000. C’est avec la sueur de tous les Burkinabé vivants ou morts que ce local a été construit. N’est ce pas ????

  • Le maire de Ouaga est quand même étonnant. Une manifestation non autorisée qui est annoncée depuis des jours, qui vient d’être réprimée par la police et qui n’a pas fait l’objet de communiqué de la part du maire qui préfère piéger des chauffeurs de bus.
    l’État a signé des conventions internationales et doit recadrer très vite ces wayiyan avant qu’ils ne nous créent des problèmes dans une chancellerie quelque part.
    Je suis étonné du silence du ministère des affaires étrangères et des syndicats du même ministère.
    Je suis aussi étonné du profil physique et démographique des manifestants. En règle générale dans le monde, ces manifestations qui se déroulent généralement les samedis sont tenues par des jeunes en jeans et casquette mais curieusement nos manifestants font leurs manifestations les vendredis et sont des papys bien barbus, au petit bonnet, au gros pantalon court ou en boubou. Les femmes et les jeunes filles y sont rares et les quelques mamys qui apparaissent viennent dans ces manifestations avec des boubou trop longs et des étoffes sur la tête. Visiblement c’est un groupe qui n’a pas la culture des manifestations telles qu’on en voit des écoles, les campus, les bourses de travail etc. Ce qui complique la course lorsque des lacrymogènes sont tirés.
    Oui au soutiens de la cause du Sahel mais soyons vigilant et prudent pour que la suite des évènements ne soit pas plus complexe et plus compliquée que le terrorisme. Que Dieu inspire nos autorités et qu’il ramène la paix au Burkina.

  • Le Pays a autre chose à faire que de s’occuper de ce désordre. Une simple note de nos Autorités suffit à régler le problème si effectivement il y a problème.
    Par ailleurs, le Burkina dispose d’une Ambassade et d’un Consulat en France. Agissons en toute responsabilité dans le cadre des textes et règlements en vigueur dans notre Pays. Se révolter spontanément ou s’énerver ne suffisent pas à résoudre durablement les préoccupations.

  • On est WAYIYAN ..OK.
    On ne veut plus de la France au BF.. OK
    Mais cameme respectons au moins l’autorité de l’État !!!

  • Voilà la partie : " ..Les gaz lacrymogènes commencent à pleuvoir. L’atmosphère devient irrespirable. C’est la débandade. Wayiyans et journalistes confondus cherchent un refuge ou un point de chute. Les policiers chargent jusqu’au rond-point des Nations unies. « Hayii…ils n’ont qu’à arrêter de gazer comme ça, c’est bon ! »
    Ouais -Obissa Juste Mien " du Lefaso.net ; Mais tu es Fort !!
    Donc toi tu n’as pas couru quoi ??

  • Il faut éviter cette chienlit. Quelle les raisons soient valables ou pas, ce genre de choses ne donnent pas une bonne image de notre pays. Les autorités doivent parler à ces gens là parce que ce sont eux qui vont "gâter" la sauce à la longue.

  • HUG a dit sur le forum que le monstre que l on dresse se retourne souvent contre soi.Allons seulement. Dites a.votre mprs de demenager à ouaga 2000 c est là où se trouve la presidence.Allons seulement.

  • QU’ON ARRETE DE RIDICULISER LE PEUPLE BURKINABE. SI LA POSITION DE L’AMBASSADE DERRANGE LA SECURITE DES AUTORITES C’EST A EUX DE FAIRE LE TRAVAIL AVEC LE RESPECT DES REGLES DIPLOMATIQUES.

  • Je trouve dommage cette nouvelle ligne éditoriale d’articles de plus en plus romancés. Des superlatifs …
    Que dire du fond ? Des policiers préparés ? Une manifestation interdite ? … autant demander clairement à la France de faire ses valises avec son ambassade, après son armée… et voir les conséquences pour les 2 pays.

  • Huum ! Je pense que si les Wayignans n’ont pas le droit de poser de tels actes car la diplomatie a ses règles, la diplomatie française a sa part de responsabilité ! Respect de règles pour respect de règles, c’est la diplomatie française qui est bien la plus fautive dans sa cohabitation avec celle des Burkinabè. Que disent les détracteurs des Wayignans quand les Burkinabè se sont rendus compte que les français sans autorisation, ont réalisé une soute de carburant déjà approvisionné par TOTAL au sein de l’Ambassade et étaient entrain de finaliser un bâtiment à niveaux , tout cela étant fait sans autorisation ! Oui, les autorités françaises savent que la provocation est entretenue par les français et tant que cela va continuer, ce genre d’événement pourrait survenir à tout moment ! Tôt ou tard, ce qui est arrivé entre le Rwanda et la France va aussi arriver au Burkina. Il faut que toutes les parties assument la rupture totale des relations diplomatiques, qu’elles tirent toutes les leçons et au besoin reprendre sur de nouvelles bases ! C’est la France qui l’aura chercher et elle va trouver !

  • Ainsi va le pays des hommes intègres.Mais Avez vous pensé au cas haïtien avec les gangs ? Pourtant ils se réclamaient des patriotes,des souverainistes et pour une justice sociale les politiques en ont tiré profit pendant un certain temps mais au finish les gangs se sont substitués à l’état ! C’est ce que vous voulez chers compatriotes ?

  • Bonjour à tous,
    J’ai beaucoup de difficultés à comprendre le raisonnement de Lassané Sawadogo :
     J’ai voulu perturber la classe, mais, dans mon intention, c’était pour le bien de l’instituteur.
     L’instituteur m’a sévèrement réprimé, ce dont je me félicite, car il a démontré son autorité.
     Je me tiens prêt à recommencer dès que possible...
    Que ne comprend-il pas ?

  • Quand ce n’est pas bon, il ne faut pas tergiverser avant de le reconnaitre. Je rejoint ceux qui trouvent ce type de comportement malvenu.
    L’ambassade est une enclave d’un pays au sein d’un autre. Il n’est pas question de vouloir demander à un voisin de déménager parce que l’on le soupçonne de nous espionner. Aussi, aucun pays n’a le droit de demander à un autre, voisin de déménager.

    La lutte n’est pas pour créer de nouvelles injustices autour de nous mais de mettre fin à celles qui existent. Aux autorités du Burkina d’agir avec pédagogie et fermeté pour éviter ce type agissements.

  • Allons-y seulement, toute chose a eu une fin

  • @Diallo Oumarou, bien répondu, ce n’est que vérité.

  • Les Wayignans viennent d’apprendre à leurs dépens qu’ils ne dirigent pas le pays contrairement à ce qu’ils croient. Leur rôle doit se limiter à donner l’impression que le gouvernement bénéficie d’un large soutien populaire. S’ils l’outrepassent, ils seront reniés.

  • Voici l’extrême droite du Burkina Faso (haine, racisme, radicalisme). Notre pays risque de se mettre en marge des autres pays modérés de la planète. Cette attitude n’est pas celle de Naaba Koom, ni celle des pères de l’indépendance.

    On commence ça pour dire un jour qu’on ne veut plus d’une religion, d’une ethnie. Si ce sont ces personnes qui ont fait bloc pour imposer une nouvelle charte pour notre pays, l’avenir nous dira quand les armes se tairont.

    La situation sécuritaire actuelle ne doit pas être une porte ouverte pour que des burkinabè haineux passent le temps à constituer une menace pour les autres burkinabè. 22 000 000 de Burkina n’ont pas eu leur mot à dire, seulement, il faut craindre cette majorité silencieuse.

  • J’ai peur pour mon Faso, il n’est jamais bon d’avoir des pouvoirs parallèle
    Que IB a décidé de ne pas aller à Ouaga2000 c’est son choix,
    Que IB pense que la France nous espionne, il a le droit et les voies pour faire respecter le Faso.
    Mais que des manifestants décident de la direction d’un Pays n’est jamais bon.
    Et IB est installé labas pour espionner la France et connaitre tous leur magouille ??

  • La présidence du Faso est à Kosyam ou à Koulouba ?

  • Feu Thomas SANKARA disait "qu’un militaire sans formation politique est un criminel en puissance". Il est temps que le MPSR2 commence à songer à la formation tout cour de ces leaders qui veulent l’accompagner.
    J’ai vu le président de ABR s’en prendre aux responsables de la TNB pour n’avoir pas répondu à sa demande couverture médiatique de la marche sur l’ambassade de France. Jusqu’à leur taxer de média de Ministre ou de députés au lieu d’être des médias du peuple . hay ! Pense t-il vraiment qu’un média d’Etat puisse couvrir officiellement ce genre d’activité ?
    J’ai vu le président de "La France doit partir" dire qu’ils vont encore sortir. Pour une manifestation qui n’a pas été autorisée, donc empêchée par les forces de l’ordre, dire cela revient à défier l’autorité. Pour quelle fin ?

  • IB, il faudrait tout simplement stopper cette pagaille et l’indiscipline !
    Ce n’est pas digne de notre pays.
    Merci

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Royaume Gulma : D’où viennent les Moyenga ?
Access International Studies devient Access International Group