LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Lassiné Diawara, parrain de la Journée nationale de l’arbre 2024 : La 6e édition fait un clin d’œil à la forêt classée de Dindéresso avec 2 000 plants mis en terre

Publié le lundi 24 juin 2024 à 20h02min

PARTAGER :                          
Lassiné Diawara, parrain de la Journée nationale de l’arbre 2024 : La 6e édition fait un clin d’œil à la forêt classée de Dindéresso avec 2 000 plants mis en terre

C’est la forêt classée de Dindéresso, dans la commune de Bobo-Dioulasso, qui a été retenue pour la plantation d’arbres à l’occasion de la 6e édition de la Journée nationale de l’arbre (JNA). La plantation a eu lieu sur une superficie de cinq hectares et environ 2 000 plants d’espèces variées ont été mis en terre. Cette cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement, Dr Apollinaire Joachimson Kyélèm de Tambèla. Il avait à ses côtés le président du Conseil d’administration de Bank of Africa, Lassiné Diawara, ainsi que plusieurs autres personnalités du Burkina Faso.

La Journée nationale de l’arbre a été célébrée le samedi 22 juin 2024 sur toute l’étendue du territoire national. C’est à Bobo-Dioulasso que la cérémonie officielle a eu lieu avec le chef du gouvernement, Dr Apollinaire Joachimson Kyélèm de Tambèla, représentant le président du Faso, Ibrahim Traoré. C’est la forêt classée de Dindéresso qui a abrité la cérémonie officielle de plantation d’arbres, avec en viseur la mise en terre de 2 000 plants d’espèces variées. Pour le ministre de l’environnement, Roger Barro, le choix de cette forêt n’est pas fortuit.

Le Premier ministre a présidé la cérémonie de plantation d’arbres à Bobo-Dioulasso

« C’est la forêt classée de Dindéresso qui a été choisie comme site de la Journée nationale de l’arbre 2024. Cette forêt classée a été anthropisée et cette plantation va permettre de la récupérer. Nous avons une superficie de cinq hectares sur laquelle nous allons mettre en terre plus de 2 000 plants d’espèces variées. Nous avons des plants dédiés à l’éducation environnementale et des plants qui sont une source pourvoyeuse de produits forestiers non-ligneux. Ceci pour donner un signal fort qu’à partir des arbres, on peut améliorer les conditions de vie des populations et créer du revenu », a dit Roger Barro.

Pour prendre soins des plants, le site de la JNA 2024 a été sécurisé par une clôture en grillage, en plus de la réalisation d’un forage sur ledit site avec un débit de 16 000 litres d’eau par heure. Ce qui va permettre de faire un arrosage des plants. Et c’est très sportivement que les officiels ont procédé à la mise en terre des plants. Ainsi, sur ce site de la JNA 2024, des plants ont été mis en terre au nom du président du Faso, au nom du Premier ministre, du président du Conseil constitutionnel, du président de l’Assemblée législative de transition ainsi que des parrains dont le Président du conseil d’administration de BOA-BURKINA FASO, Lassiné Diawara.

Le président du Conseil d’Administration de BOA-BURKINA FASO, Lassiné Diawara, a planté son arbre sur le site de la JNA

En effet, c’est BOA-BURKINA FASO qui a été le sponsor officiel de cette 6e édition de la JNA. Elle a accompagné l’évènement avec une enveloppe financière de 50 millions de FCFA. Sur le site, elle a aussi mobilisé son personnel pour la réussite de l’évènement. Cette initiative du gouvernement a été saluée par les premiers responsables de BOA qui estiment que cette action entre en droite ligne de la politique de responsabilité sociale et environnementale de la société. C’est pourquoi, elle a souscrit au concept une entreprise, un bosquet. Ce, afin de contribuer à reverdir le paysage burkinabè.

Le thème retenu cette année est : « Arbre : Capital de résilience pour un développement endogène ». Un thème qui vise à mettre en exergue la contribution de l’arbre dans la résilience des populations vulnérables du fait des aléas climatiques et de l’insécurité. L’objectif de la JNA est de susciter une mobilisation générale de toutes les couches socio-professionnelles pour la restauration des forêts et des terres dégradées du pays. Pour le ministre Barro, cette journée est une « révolution verte » qui entre en droite ligne des orientations du chef de l’Etat qui souhaite que le Burkina soit un « champion » en matière de verdissement.

L’équipe de BOA fortement mobilisée pour la plantation d’arbres sur le site de la JNA

« Pour cela, il faut que chacun s’engage individuellement ou collectivement. Individuellement, il s’agit de planter soi-même un arbre et de l’entretenir. Collectivement, c’est de choisir un bosquet, quand on est une entreprise, une institution, le mettre en place et l’entretenir ou encore faire des aménagements paysagers au niveau des ronds-points ou autres sites », a-t-il suggéré. Il a donc invité les Burkinabè à planter et à entretenir au moins un arbre chaque année pour, d’une part, donner du sens à l’éducation environnementale et d’autre part contribuer à lutter contre la désertification.

La photo de famille des autorités après la plantation d’arbres

Historique de la Journée nationale de l’arbre

Le pays, dont l’économie reste tributaire des ressources naturelles, fait face à une dégradation accélérée de son couvert végétal. Les superficies forestières ne cessent de décroître. Elles sont passées de 6 956 631,47 ha en 2000 à 5 117 777,07 ha en 2022 soit une perte annuelle d’environ 83 000 ha. Les forêts sont en nette diminution, les terres se dégradent, les écosystèmes sont en souffrance et la résilience des populations fortement dépendantes des ressources naturelles est mise à rude épreuve.

L’inauguration du forage sur le site de la JNA par les officiels

Cette forte dégradation des ressources forestières est la résultante des activités anthropiques que sont l’agriculture extensive, l’exploitation du bois énergie, les mauvaises pratiques pastorales, l’exploitation industrielle et artisanale de l’or, la forte démographie, la pratique des feux de brousse, entre autres. C’est au regard de ce constat peu reluisant que le gouvernement burkinabè a décidé d’adopter des « mesures fortes » en initiant la Journée nationale de l’arbre lors du conseil des ministres du 24 juillet 2018, pour compter de la campagne de reforestation 2019.

Une vue du forage inauguré sur le site de la JNA

Romuald Dofini
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique