LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Dédougou : Des enfants plaident pour la protection de leurs droits

Publié le lundi 24 juin 2024 à 14h06min

PARTAGER :                          
Dédougou : Des enfants plaident pour la protection de leurs droits

Le Réseau provincial de la protection de l’enfant (RPE) du Mouhoun a célébré la 34e édition de la Journée de l’enfant africain (JEA), le samedi 22 juin 2024 à Dédougou. La cérémonie a servi de tribune pour les enfants de la province pour plaider pour la prise de mesures en faveur de leur plein épanouissement dans un contexte sécuritaire et humanitaire difficile qui remet « gravement » en cause leurs droits.

Cette commémoration en différé de la journée du 16 juin, instituée Journée de l’enfant africain (JEA) par la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) aujourd’hui Union africaine (UA) en mémoire d’enfants tués en Afrique du sud en 1976, a permis de réunir des enfants de divers horizons de la province du Mouhoun, région de la Boucle du Mouhoun, autour de diverses activités. En effet, les plus petits se sont amusés à travers des compétitions sportives et des jeux de différentes sortes.

Wendpouiré Charles Raoul Konombo, coordonnateur provincial du Réseau de la protection de l’enfant (RPE) du Mouhoun

Le secrétaire général de la province (SGP) du Mouhoun, Boureima Ouédraogo, a indiqué d’emblée que la manifestation rappelle des événements tragiques qui ont bouleversé les consciences. Représentant le haut-commissaire, patron de la cérémonie, le secrétaire général a souligné que le Burkina Faso a voulu adapter la célébration de la 34e JEA à son contexte national. Ce qui justifie le choix du thème « Problématique de la protection et de la promotion de la famille et de l’enfant dans un contexte de crises sécuritaire et humanitaire ».

L’avenir des milliers d’enfants doit être sauvé, selon Boureima Ouédraogo, SGP du Mouhoun

Cette thématique, poursuit Boureima Ouédraogo, dépeint un idéal de société et jette un regard sur l’impérieuse nécessité de protéger les droits de l’enfant dans un contexte de sérieuses menaces. Elle « interpelle et invite aussi à réfléchir sur notre rôle d’accompagnement et de renforcement des capacités des familles sur leurs responsabilités dans la protection et la promotion des droits de leurs membres », a commenté M. Ouédraogo. Ce dernier de renchérir que l’activité obéit surtout à l’urgence d’être auprès des enfants les plus vulnérables. En l’occurrence les enfants déplacés internes pour « leur donner de la force et de l’espoir » et œuvrer en sorte que l’avenir de ces milliers d’enfants ne soit pas sacrifié.

Le PDS de Dédougou, Dieudonné Tougfo, promet 200 extraits de naissance et 100 000 FCFA aux enfants démunis

Le plaidoyer des enfants

La cérémonie fut une occasion pour les enfants de la province de plaider pour la prise de certaines mesures afin de contribuer à leur plein épanouissement. Il s’agit entre autres de la lutte contre la mendicité forcée des enfants, la subvention des frais de scolarité et de formation des orphelins et des enfants vulnérables. Les enfants souhaitent également voir les acteurs soutenir les élèves déplacés internes retournés en favorisant leur réinscription dans les localités d’origine et de traduire devant la justice les présumés auteurs et complices de violences faites aux enfants. Séance tenante, le président de la délégation spéciale communale de Dédougou, Dieudonné Tougfo, a promis la délivrance de 200 extraits d’acte de naissance et la somme de 100 000 FCFA pour la prise en charge des enfants nécessiteux de la commune de Dédougou.

Des enfants participant à la cérémonie.

Le coordonnateur du Réseau provincial de la protection de l’enfant (RPE) du Mouhoun, Wendpouiré Charles Raoul Konombo, a expliqué que cette commémoration se veut une interpellation des acteurs. « Avec la situation sécuritaire difficile dans notre localité, il y a des milliers d’enfants qui n’ont plus la chance de partir à l’école. Nous interpellons l’autorité sur cette question cruciale pour qu’elle s’investisse davantage » afin de trouver des réponses adéquates, a lancé le coordonnateur, particulièrement préoccupé par les violations des droits fondamentaux des enfants.

Yacouba SAMA
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique